Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Coupe de France : Angers - SCO élimine Le Havre 2-1


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Dimanche 21 Novembre 2010 à 19:10


C’est une équipe d’Angers-SCO plus volontaire, bien organisée, qui a sorti Le Havre de la coupe de France, ce dimanche, à l’occasion du 7ème tour, grâce à un Charles DIERS des grands jours.



Charles DIERS, avec son passeur Gaëtan CHARBONNIER, a été le grand bonhomme du match. (*)
Charles DIERS, avec son passeur Gaëtan CHARBONNIER, a été le grand bonhomme du match. (*)
Le match a débuté sur un round d’observation, à peine émaillé de deux frappes au-dessus. L’une, angevine, par Loris ARNAUD (5’), l’autre havraise par BONNET (8’). Assez vite, Angers-SCO prend l’ascendant et se montre de plus en plus dangereux.

Loris ARNAUD, remuant, à la 11ème, Gaëtan CHARBONNIER, très bon, sollicitent, tour à tour, à ras de terre, Mike VANHAMEL, le prometteur gardien belge du Havre, habituellement réserviste. Davis DE FREITAS, sur un coup franc vicieux, oblige encore VANHAMEL à intervenir (19’), avant que Loris ARNAUD, encore lui, ne soit contré de justesse (22’).

Angers-SCO est récompensé à la 24ème minute. Suite à des transmissions à une touche de balle au milieu, CHARBONNIER glisse le cuir à Charles DIERS, qui, en drop, ajustait de 30 mètres, d’un maître tir, le gardien havrais, légèrement avancé. Superbe.

Le Havre ne réagit guère. Sur une situation dangereuse, Charles DIERS, omniprésent, tacle au dernier moment BOUADLA, qui s’apprête à frapper de près (33’). C’est encore BOUADLA , qui chipe au milieu, un ballon à Matar FALL, pour remonter le terrain et frapper à ras de terre à l’entrée de la surface. Pas de soucis pour Greg MALICKI. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur le score de 1-0, en toute logique.

La seconde mi-temps part sur les mêmes bases que la première. Angers-SCO maîtrise la situation et fait mouche, dès la 52ème. Loris ARNAUD, très actif, peut être plus libre, en l’absence de Claudiu KESERÜ suspendu, récupére un ballon au milieu. Il lançe Gaëtan CHARBONNIER, qui fixe et décale magnifiquement, dans l’espace, Charles DIERS. Charly ne manque pas l’opportunité de réaliser un doublé, en ajustant VANHAMEL, d’un joli tir croisé.

Angers-SCO allait, ensuite reculer un peu, au moment où Cédric DAURY, le coach havrais, bien connu en Anjou, y va de son coaching, en faisant rentrer son buteur, mis au repos, Brice JOVIAL (56’). Deux minutes plus tard, sur un long centre, BONNET prend le dessus sur Matar FALL et plaçe une tête lobée sur l’équerre du but de Grégory MALICKI. Brice JOVIAL, plus prompt, reprend le ballon avant que Grégory MALICKI ne s’en saisisse. Le Havre réduit la marque : 2-1 (58’).

Le match était relancé. Mais, si Le Havre est beaucoup plus entreprenant, il se montre rarement dangereux. De son côté, Angers-SCO essait de profiter du moindre contre pour tuer le match.
Il fallut attendre les dix dernières minutes pour que Le Havre se jette sans retenue dans la bataille.
A la 82ème minute, RIVIEREZ déborde Manu BOURGAUD, pris de vitesse, pour servir DIALLO, qui reprend, de peu à côté.

A la 87ème minute, DIALLO repred un centre de la tête. Il faut alors tout le talent de Gregory MALICKI, pour claquer main gauche, le ballon sur son poteau. Magnifique parade du gardien angevin.
Angers-SCO manque par deux fois l’occasion de se mettre définitivement à l’abri. Charly DIERS voit VANHAMEL l’empêcher de réaliser un coup du chapeau, en détournant sa frappe, suite à un beau mouvement côté gauche, entre DORE, entré en jeu, ARNAUD et BOURGAUD (88’).

Dans les arrêts de jeu, Loris ARNAUD, émoussé, manque de jambes, pour mener à bout un contre (92’), alors que la défense havraise pointe aux abonnés absents.

Angers-SCO allait trembler encore une fois. 93ème, suite à une combinaison sur un corner, VANHAMEL , le gardien havrais, monté en attaque, plaçe une tête sur la barre d’un Grégory MALICKI, bien placé, qui aurait, probablement, claqué le ballon, s’il avait été cadré.

Au bout de quatre minutes d’arrêts de jeu, Monsieur JAFFREDO libére Angers-sco et le (trop) maigre public de Jean BOUIN. La qualification méritée du sco est porteuse d’espoir.On a vu de belles choses, de beaux enchaînements, un collectif bien huilé, onze joueurs à l’unisson, de bon augure pour la suite. Cependant Il convient de confirmer cette prestation, dès vendredi à Vannes.

Auparavant, Angers-SCO connaîtra son adversaire du 8ème tour, ce mercredi. Et si c’était Saumur, également qualifié?

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO