Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Coupe de France : Angers-SCO tombe avec les honneurs


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Jeudi 21 Avril 2011 à 01:43


Les angevins peuvent être fiers de leur équipe. Angers-SCO s’est appliqué, s’est battu, souvent brillamment, sans jamais rien lâcher. Mais voilà, en face se trouvait un Paris Saint Germain en grande forme, qu’Angers-SCO n’a pu faire douter qu’un trop court instant.



Une belle communion entre l'équipe (ici Olivier AURIAC et Jérémy HENIN) et son public (*)
Une belle communion entre l'équipe (ici Olivier AURIAC et Jérémy HENIN) et son public (*)
Un très bon Angers-SCO a été éliminé hier par un très bon Paris Saint Germain. La division d’écart entre les deux équipes s’est traduite au tableau d’affichage, grâce à la justesse des gestes offensifs parisiens, dans un stade comble qui a longuement applaudi ses héros et le superbe parcours d’Angers-SCO.

Le match débutait rapidement avec une première situation chaude pour BODMER, à laquelle répondait, de suite, Gaëtan CHARBONNIER, de loin (2’). Paris Saint Germain donnait du rythme, mais Angers-SCO défendait avec intelligence et sans affolement, tout en plaçant quelques contres.

Les Angevins se méfiaient à juste titre des contres des attaquants ultra-rapides du PSG, mais aussi de son jeu long, pour la tête de HOARAU qui ne cadrait pas (5’).

Fodé DORE faisait montre de son jeu de tête, en écho, suite à un corner (10’). Sans gros danger pour COUPET. Suivait une frappe lointaine hors cadre de l’attaquant angevin, au-dessus des buts du gardien parisien(18’). PSG avait le ballon mais buttait sur un bloc angevin bien en place.

La solution pour les parisiens allait venir d’une perte de balle offensive d’Angers-SCO. JALLET alertait de suite NENE, qui s’engouffrait dans l’espace libre, côté gauche, levait la tête et servait BODMER en retrait, qui, démarqué, ajustait Grégory MALICKI (22’ 0-1).

Angers-SCO réagissait immédiatement, comme libéré. Henri SAIVET débordait et servait Sébastien RENOUARD, dont la frappe en pivot passait de peu à côté (23’).

Le milieu angevin récidivait à la 27ème, comme à Troyes, sur une touche de Karim DJELLABI. Tout le stade voyait le ballon dans le but de COUPET. Malheureusement, c’est le petit filet extérieur du but parisien qui tremblait.

Paris temporisait et gérait face à des angevins plus entreprenants, à l’image d’Olivier AURIAC, qui ne cadrait pas (34’) tout comm Malik COUTURIER (41'). Angers-SCO bénéficiait de plusieurs coup-franc, frappés par Gaëtan CHARBONNIER, qu’il n’arrivait pas à concrétiser. Mais, c’est à ce moment qu’Angers-SCO allait être à deux doigts de se faire prendre à revers.

A la 43ème, CEARA alertait encore une fois NENE, libre sur son côté gauche. Sa reprise en drop heurtait la barre de Gregory MALICKI, qui se détendait pour sortir d’une magnifique horizontale la tête plongeant de CHANTÔME, qui avait suivi. Superbe. L’excellent Monsieur COUE renvoyait les deux équipes aux vestiaires au terme d’une belle première mi-temps.

C’est le PSG, avec un nouvel extérieur du pied de BODMER, sans danger, qui ouvrait les hostilités de la seconde période (46’). C’est COUPET qui devait sortir le grand jeu, à la 49ème pour sortir une reprise de David DE FREITAS, à la réception d’un centre de RENOUARD, prolongé par DORE.

Angers-SCO poussait, mais se faisait punir par le froid réalisme parisien en contre. BODMER rendait l’offrande du premier but à NENE, dont la reprise de volée à angle fermé faisait mouche (50’, 0-2).
Angers-SCO, au courage, ne renonçait pas et allait vite être récompensé, redonnant espoir à tout un stade, qui, lui non plus, n’avait pas abdiqué.

Après un premier sauvetage sur une reprise d’Henri SAIVET (56), c’est Jérémy HENIN, resté aux avants postes qui prenait l’espace, sur l’aile droite. Son centre trouvait Sébastien RENOUARD, qui, d’une frappe en pivot, nettoyait la lucarne de Grégory COUPET (1-2, 57’).

Jean BOUIN était en ébullition, Angers-SCO poussait pour revenir et …allait être pris à revers. Dès la 62ème, BODMER, encore de l’extérieur du pied, trouvait NENE, qui prolongeait sur HOARAU, qui glissait le cuir entre les jambes de Greg MALICKI. Terrible efficacité parisienne.

Il restait près d’une demi-heure à jouer, au cours de laquelle, Angers-SCO n’allait pas abdiquer.
Un but et la prolongation devenait jouable. Et dès la 68ème, Claudiu KESERÜ, d’un coup franc lointain, trouvait la transversale de COUPET. Henri SAIVET reprenait de la tête, à côté.

Les occasions se faisaient plus rares, face à un PSG compact, même si Gaëtan CHARBONNIER, sur coup franc, sollicitait COUPET (76’).

La dernière opportunité d’Angers-SCO qui commençait à avoir les jambes lourdes, après tant d’efforts, se présentait sous la forme d’un centre de Claudiu KESERÜ, mais la tête de Jérémy HENIN était captée par COUPET.

Le match s’achevait sur la victoire d’une belle équipe du Paris Saint Germain, qui a trop vite marqué le deuxième puis le troisième but.

Angers-SCO n’avait nullement démérité, mais Paris était trop réaliste pour douter hier. Le public, chaleureux acclamait ses joueurs.

Place maintenant au championnat, où rien n’est perdu, même si ce sera difficile. Espérons que le public sera plus nombreux qu’à l’habitude, samedi à 19 heures, ne serait-ce que pour remercier Angers-SCO pour son magnifique parcours, achevé hier soir par un bien joli feu d’artifice à Jean Bouin.

(*) photo aimablement prêtée par Angers SCO









1.Posté par alain courais le 23/04/2011 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci de m avoir fait reve et bravo a vous pour ce superbe parcours en coupe de france