Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mardi 21 Octobre 2014







Créer une Europe citoyenne


Rédigé par - Le 01/06/2012 - 07:40 / modifié le 01/06/2012 - 07:40


"Il est impératif de créer une Europe politique, sociale et citoyenne" s'exclame-t-on un peu partout. A l'heure où les peuples de l'union connaissent les plus grandes angoisses et où le renfermement sur soi menace les individus, il est réjouissant d'entendre ces témoignages de convaincus. Mais comment créer une telle identité européenne ? Comment concevoir une structure commune ? Comment vivre et faire vivre cette citoyenneté européenne ? Une partie de la réponse se situe peut-être dans le développement local. Et plus particulièrement à travers les actions de jumelage.



Créer une Europe citoyenne
Tout jumelage entre deux communes est une action qui s’inscrit dans l’espace comme dans le temps. Du point de vue géographique il réunit dans le cadre d’un même projet deux territoires parfois très éloignés qui décident d’unir leur destin. La relation qui se fait jour entre les deux populations permet la découverte, l’échange et le partage. Il importe à ce titre que les relations soient équilibrées afin que chacun apprenne de l’autre. Si une aide particulière est apportée par un pays en direction de l’autre en fonction de sa situation moins avantageuse, l’apprentissage doit quant à lui être mutuel. Cette histoire se construit au long cours, au fil des rencontres et doit être entretenue afin de perdurer. Les mots clés sont les solidarités, l’ouverture à l’autre, la volonté de découvrir sans juger mais également une action concrète qui permette à chacun de s’y retrouver. Aujourd’hui, si les moyens de communication sont nombreux et la relation plus facile, rien ne remplace la rencontre et le travail de terrain.

b[[Construire une citoyenneté européenne] ]b

Forte d'une richesse d’associations et de collectifs divers, les villes européennes connaissent une véritable dynamique locale et citoyenne. De longue date, les habitants ont su prendre leurs responsabilités, se regrouper afin d’ouvrer collectivement dans le souci de l’intérêt général. Il s’agit d’une dynamique qu’il faut soutenir, alimenter régulièrement afin qu’elle perdure. L’Europe est un levier qui permet de se construire une identité commune. Pour les acteurs locaux, un échange européen est une manière de construire et vivre concrètement sa citoyenneté européenne. Un tel projet d’échange culturel constitue une formidable opportunité de développement local. C’est par conséquent une manière d’échanger à niveau égal excluant tout rapport de domination.

b[[Favoriser une ouverture à l’autre] ]b

Si comme le dit le célèbre dicton « il faut tout un village pour élever un enfant », sans doute en faut-il plusieurs pour élever les peuples. C’est pourquoi, l’ouverture au pays membres de l’union est un vecteur d’apprentissage du respect de l’autre par la connaissance de ce qu’il vit. C’est l’occasion de rompre avec les idées reçues et les images toutes faites trop souvent véhiculées. L’échange et transmission de pratiques culturelles (musiques, chants, patrimoine…) sont des dimensions que nous portons à l’intérieur de notre commune, dans nos projets intercommunaux et que nous souhaitons également poursuivre au-delà de notre hexagone. La découverte mutuelles de peuples est en ce sens un symbole fort pour la vie communale. Cette ouverture est par ailleurs une source de valorisation pour les populations.

b[[Animer la cohésion sociale] ]b

Participer à la vie locale est une condition inhérente de la citoyenneté. Sur les communes comme dans les villes, il n’est pas d’action qui ne repose, en partie, sur l’implication bénévole. Le vivre ensemble implique le partage de tâches afin que chacun soit acteur de son territoire.

b[[Agir pour la solidarité]]b

La création de liens de solidarités est une préoccupation prégnante à l'échelle des bassins de vie. Le contexte de crise à l’échelle mondiale a pour conséquence de favoriser chez chacun d’entre nous la conscience que nous vivons dans une « société-monde ». Où qu’il soit, chacun peut intervenir s’il accepte d’inscrire ses gestes au service du bien commun et de l’humanité. C’est vrai pour les gestes en faveur de l’environnement comme pour ceux en faveur de l’individu. Les deux dimensions de l’homme et de son environnement étant indissociables par ailleurs. En ce sens on pourrait dire qu’agir pour soi passe par l’autre.




François-Xavier Helbert
Contributeur Angers Mag - "L'écriture n'est rien si elle ne sert à porter ou relayer un message".... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Jean-Michel le 07/07/2012 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En 2001, le passage à la "monnaie unique" n'est qu'une opération de consolidation du système frauduleux dans lequel nous vivons depuis si longtemps en mettant hors de portée des peuples une banque centrale européenne dite « indépendante » mais dominée souverainement par un conseil directeur constitué de quelques membres, imposant sa loi à trois cents millions d'européens. Spéculant sur la méconnaissance générale du domaine monétaire, les rédacteurs de l'article 104-2 du traité de Maastricht o...

2.Posté par Jean-Michel le 07/07/2012 00:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l faut faire la Révolution. On peut refuser de payer nos impôts, c'est notre argent, on est libres de refuser parce que Le Traité de Lisbonne n'a aucune légitimité et l'EUROPE de Maastricht n'est pas la notre, c'est un abus de pouvoir, le texte était illisible, et la campagne mensongère... L'argent est le nerf de la guerre, on doit se le réserver pour nous, il n'est pas pour nos ennemis !















Angers Mag













Instagram


A PROPOS

cookieassistant.com