Crise agricole : la jungle du "cas lait"

CRISE AGRICOLE : TRIMER N'EST PAS JOUER #4


Rédigé par La rédaction - Angers, le 29/04/2016 - 07:50 / modifié le 29/04/2016 - 11:13


Qu'en est-il de la "crise agricole" en Anjou ? Lait, viande bovine, porc... ici comme ailleurs, les éleveurs sont nombreux à en subir les contrecoups. Toute cette semaine, nous tentons d'approcher d'un plus près cette réalité. Aujourd'hui, zoom sur le lait dont l'évolution des prix guide l'existence de 1 500 exploitations agricoles et au moins 3 500 personnes en Maine-et-Loire. Des prix qui, sept ans après une grève historique, continuent de cristalliser un sentiment d’injustice chez nombre de producteurs, en dépit ou à cause de la fin des quotas. Mais au fait, les quotas, c'était quoi ? Un peu d'histoire.



Angers, 28 août 2015 : des producteurs de lait réunis à l'initiative de l'APLI (Association des producteurs de lait indépendants) protestent contre la dérégulation du marché du lait, en immergeant des portraits de responsables politiques européens dans une piscine de lait.
Angers, 28 août 2015 : des producteurs de lait réunis à l'initiative de l'APLI (Association des producteurs de lait indépendants) protestent contre la dérégulation du marché du lait, en immergeant des portraits de responsables politiques européens dans une piscine de lait.
la rédaction vous conseille
Années 1970
Le secteur laitier devient excédentaire en Europe. La Communauté européenne met en place des systèmes de stockage de poudre de lait ou de beurre, puis des pénalités, pour ceux qui dépassent leur quota, et des restitutions pour exporter à prix réduit : des produits sont ainsi bradés à l’Europe de l’Est, voire donnés à des pays du Sud en guise d’aide alimentaire.
 
1984
Mise en place des quotas laitiers. Les pays d’Europe, dont la France, veulent stabiliser la production par pays, par région, et même par département. Chaque agriculteur a un volume à atteindre et à ne pas dépasser. Ce système fonctionne plutôt bien pendant 30 ans, même s’il est rapidement critiqué par les pays d’Europe du Nord.
 
Années 1990-2000
La donne évolue dans le paysage agricole français. Beaucoup d’éleveurs laitiers se diversifient ou cessent cette production faute de pouvoir produire plus. C'est aussi l'époque de la mise en oeuvre des 35 heures de travail par semaine. Certains agriculteurs commencent à regarder le ratio revenu/temps de travail, par rapport à d’autres productions, comme les céréales par exemple. Conséquence, la France n’atteint pas son quota laitier.
 
2000
Contre l’avis de la France, sous la pression de pays de l’Europe du Nord, la fin des quotas est votée, pour une application en 2015.
 
Jusqu’en 2008
La production mondiale est équilibrée avec la consommation. A partir de 2008/2009, la production mondiale est excédentaire, provoquant une chute des prix.

2009
Face à la chute des prix, le secteur laitier entre en crise. Et, côté production, regarde d'un mauvais oeil la préparation de la loi de modernisation agricole qui, en 2010, actera le principe de contractualisation entre organisation de producteurs et industriels. L'Association des producteurs de lait indépendant (APLI) enclenche une série d'actions inédites en France qui rallient des déçus du syndicalisme agricole. Elle lance même une grève du lait en septembre qui durera plusieurs jours et sera diversement suivie.  La contractualisation ne permettra pas de déboucher sur des prix convenables pour les éleveurs, car les industriels révisent les prix en fonction de la conjoncture.
 
2015/2016
L’offre et la demande mondiale sont encore déséquilibrées. La fin des quotas a fait exploser la production européenne : + 2,5 %. Certains pays européens ont enregistré de fortes augmentations : + 13 % en Irlande, + 6 % aux Pays-Bas, + 2,5 % au Royaume-Uni, + 2,3 % en Pologne. Parallèlement, le marché mondial a du mal à consommer ces hausses. En particulier le marché chinois, qui a des stocks. 

La répartition du prix d'un litre de lait en 2015

Répartition du prix du lait en €/l en 2015. Selon les organisations syndicales, le coût de production est évalue entre o,35 et 0,40€/l.












Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com