D-Day, Angers se souvient aussi


Rédigé par - Angers, le 07/06/2014 - 08:25 / modifié le 07/06/2014 - 08:25


70 ans après le D-Day et en écho aux commémorations du Débarquement de Normandie et de la victoire sur l’Allemagne Nazie, la ville d’Angers présente une exposition dans le hall de l'hôtel de ville : « Angers sous les bombes ». L'occasion de se souvenir du bombardement de la ville et de sa libération.



D-Day, Angers se souvient aussi
la rédaction vous conseille
Les témoins directs de cette grande bataille navale, aérienne et terrestre qui permit à la France de se libérer du joug des nazies, ont aujourd’hui plus de 80 ans. Mais pour tous, le souvenir de ces moments forts où se mêlaient douleur de voir ses proches mourir sous les bombes et joie d'être enfin libre, est intact. « C’est un devoir de mémoire, pour faire en sorte que pareil chaos ne se reproduise pas », déclarait un normand, adolescent à l'époque, sur une chaine de télévision.

Angers qui n’est pas si loin de la Normandie fut libérée deux mois après le D-Day, le 10 août 1944, par le général Patton et ses boys. Un site web, celui de Papy Louis, décédé il y a maintenant 4 ans, mais maintenu pas son fils François, apporte un témoignage sur cette page d’histoire.

A sa façon, la ville d’Angers qui ne souhaitait pas être en reste avec ce qui se déroule ce vendredi sur les plages et dans les villes de Normandie, participe à ce devoir de mémoire à travers la présentation d’une exposition originale, visible depuis ce vendredi 6 juin 2014, jour anniversaire, à l’Hôtel de Ville.

Intitulée « Angers sous les bombes », cette exposition qui « réponds à l’engouement du public dont l’intérêt ne faiblit pas pour cette page d’histoire si proche de nous », affirment les organisateurs, est constituée d’une douzaine de panneaux et de documents filmés. Elle se concentre plus particulièrement sur le bombardement américain qui frappa Angers, alors occupée, lors de la Pentecôte 1944.

Programmé dans le cadre du Plan Rail qui précéda le Débarquement, cet événement fut un véritable traumatisme pour les habitants, mal préparés en dépit de l'ordre d'évacuation pris par les autorités. Officiellement, le bilan est resté de 254 tués, 250 blessés et 5584 sinistrés.

L'exposition est le fruit d’un travail solidement documenté, sur la base des archives d’époque, que l’on doit à une équipe d’historiens et contributeurs bénévoles, membres de l’Université angevine du temps libre (UATL), avec le concours actif et l’expertise de son président Alain Jacobzone, spécialiste reconnu de la période contemporaine.

Christophe Béchu, maire d’Angers, a chaleureusement remercié Alain Jacobzone, dont la démarche et les publications font autorité. « Son implication et le rôle qu’il joue à la tête de l’UATL confère à cette institution une dimension scientifique avérée, de recherche et de diffusion de la connaissance ».

Les Angevins sont invités à découvrir cette exposition, visible à partir du 6 juin dans le hall de l’Hôtel de Ville d’Angers

« Angers sous les bombes ». Ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 17h30, et le samedi de 9h à midi. Entrée libre.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com