Dans la nuit du Boléro…


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers le Dimanche 17 Février 2013 à 08:09


Une plongée dans ce lieu mythique de la nuit angevine. Un repaire de fêtards joyeux où l’ambiance chaude est à la hauteur de sa réputation.



Sur le dance-floor ou au bar, toutes les générations se mélangent. Sans complexe, ni prétention.
Sur le dance-floor ou au bar, toutes les générations se mélangent. Sans complexe, ni prétention.
la rédaction vous conseille
Si j’aime le Boléro ? Je viens ici tous les week-ends depuis bientôt 15 ans, lâche François, 37 ans, le sourire Colgate. J’habite Paris la semaine et chaque vendredi quand je monte dans le train qui me ramène à Angers,je me dis : "Tu vas encore passer une bonne soirée au Bol" ». Plus qu’une discothèque, ce lieu mythique de la nuit angevine ressemble à un repaire de fêtards joyeux, insouciants et sans complexe. Àl’angle des rues Claveau et Saint-Laud, en plein coeur de ville, trône cet édifice aux allures baroques que le temps a épargné.

Datant du début XXe et signé de l’architecte Gaston Réchin,le Boléro,feu l’Alcazar,a traversé les époques, passant du cabaret au lupanar à la salle de boxe pour accueillir aujourd’hui, du jeudi au samedi, d’une heure à 5 heures, une clientèle noctambule variée et cosmopolite. À sa tête depuis bientôt 3 ans, un jeune gérant,discret et généreux, Malik,35 ans, gardien du temple : « Le Boléro n’est pas une boîte comme les autres, annonce-til. C’est un établissement transgénérationnel. Étudiants et fidèles quadras et quinquas s’y côtoient. Sans prétention ». Dans le sillon de Mazen,fondateur et figure emblématique, décédé trop tôt, Malik porte avec force et détermination ce lieu chargé d’histoire.


Canapés noirs et murs rouges

L’équipe du Boléro : Djo, Anaïs, Ché, Malik, Charline, Thomas, Julie, Lise, Manon et Olivier.
L’équipe du Boléro : Djo, Anaïs, Ché, Malik, Charline, Thomas, Julie, Lise, Manon et Olivier.
Dans sa tâche, il est épaulé d’une équipe jeune et dévouée (deux vestiaires, un dj, trois barmen et quatre « physios »). Des tubes, « c’est la règle ». Une fois passé la double porte noire et la vigie de Djo, physionomiste historique, une entrée vestiaire donne accès à un espace feutré, canapés noirs et murs rouges. Derrière le premier bar, Charline tient le comptoir d’un main de velours. Délicieuse.

Quelques marches plus bas, le dance-floor est souvent le théâtre d’exploits chorégraphiques. Ambiance. « Olive », l’ancien dj parisien connaît la musique. Derrière ses platines vinyles, il improvise chaque soir. Sans copier-coller. Dans son store,une multitude de tubes,« c’est la règle ». Un melting-pot de house, électro, rock, funk, disco… et parfois de vieux flash-back – efficaces – tirés des standards du rythm-and-blues. Chaude ambiance.

Concerts intimistes

Derrière le bar central, ça s’active.Anaïs, Manon et Thomas répondent à la demande, sans compter. « On ouvre à une heure du matin, mais c’est réellement chaud vers 2 heures et demi ! », confie Manon. À l’extérieur, la file d’attente est cadrée de barrières sous l’oeil vigilant de Djo. Au delà des 130 clubbers, le Boléro fait porte close.

Sur la piste, Estelle, 24 ans et son pote David, 26 ans, s’en donnent à coeur-joie. Ce soir-là, ils fêtent le dîplome du jeune notaire. Au Boléro ? « Nos parents venaient ici faire la fête quand ils étaient jeunes, on perpétue la tradition », lance David. Sur les banquettes en skaï, des couples se sont formés et se forment encore. On discute sans hurler autour d’une vodka-orange face à cette fresque touristo-érotique phosphorescente d’un autre âge. « C’est très moche !, n’hésite pas François, mais on aime ce lieu suranné, baroque et rococo ».

Les balconnets ornés de têtes d’anges sculptées témoignent toujours de cet ancien théâtre de quartier. D’ailleurs, le Boléro est parfois l’antre de concerts intimistes. Une autre facette sur laquelle flottent, certains soirs, les notes jazzy d’un big band local ou les accords soyeux d’un songwritter en devenir. Un savant mélange des genres.

ILS EN PARLENT…

Dans la nuit du Boléro…
THOMAS GIRAUD, 27 ans, barman

« Je travaille au Boléro depuis 2 ans et demi maintenant et j’aime ce lieu pour plusieurs raisons. Sa clientèle est très variée, tous les âges se croisent ici. C’est aussi un endroit de rencontres, de fête bien sûr où tout le monde se respecte. Mon travail consiste à répondre au mieux à la clientèle. C’est parfois speed mais toujours grisant ».

Dans la nuit du Boléro…
DJO MOUANGA, 39 ans, physionomiste

« J’entame ma treizième année au Boléro. J’ai connu plusieurs époques, plusieurs styles, plusieurs clientèles. J’aime ce club pour son ouverture et son côté familial. Tout le monde se connaît et des couples se sont formés ici. Enfin, nous sommes trois physionomistes et nous veillons à la bonne ambiance. Les bagarres se font rares ».

Dans la nuit du Boléro…
OLIVIER LEBLANC, 38 ans, DJ

« Le Boléro est une boîte à part. Depuis deux ans, je mixe chaque soir pour une clientèle très hétéroclite, de 18 ans à pas d’âge. Je passe donc tous les styles musicaux. Le plus souvent des tubes, des années 60 à la musique actuelle. C’est une réelle chance de surfer sur toutes ces époques. »

QUOI FAIRE AUX ALENTOURS

Pierrick et Marion
Pierrick et Marion
OÙ MANGER ? Au Brin Folk, intimiste et musical

Un endroit cosy, comme chez soi. De la bonne musique, une soupe bien chaude et parfumée de légumes de saison, une généreuse tartine maison servie avec un vin de pays, voilà la recette de Pierrick Le Drian et de Marion Aubert, les jeunes patrons du Brin Folk au bas de la rue du Mail. Elle, ancienne fleuriste, lui, artiste voyageur, ont conçu ce lieu intime et chaleureux en septembre 2010. « On a voulu recréer l’ambiance que nous avions connue à San Francisco aux Etats-Unis où l’on a vécu un an », explique Pierrick. Alors,si vous cherchez un endroit sympa pour débuter la soirée en douceur, ne loupez surtout pas les soirées concert. Quelques perles rares y font (souvent) escale.
Résa. conseillée : 02 44 85 58 04.

Alexandra Elies
Alexandra Elies
OÙ DEGUSTER ? Au Bazar « qui porte bien son nom »

Sa déco et son ambiance vintage donne le ton. Dans ce bar de nuit de la rue Parcheminerie, c’est une femme derrière le comptoir. Alexandra Elies tient le Bazar depuis bientôt 3 ans. Du jeudi au samedi soir, de 18 h à 2 heures, elle accueille une clientèle variée dans une ambiance bon enfant et festive. « Les gens viennent pour boire un verre (le fameux Bazar à la recette secrète), commencer à faire la fête, écouter de la musique, explique Alexandra. Notamment, le jeudi pour la soirée Blind-test ». On y croise aussi les Red Pants, un duo féminin de DJ angevins. Ambiance de folie garantie. « Certains soirs, le Bazar porte vraiment bien son nom », conclut Alex.
Le Bazar. Tél. : 09 81 94 24 23.


OÙ FLANER ? Une bonne toile aux « 400 Coups »

Rien de tel qu’une petite toile, au calme, avant de plonger dans les tumultes de la nuit angevine. Dans le centre-ville, les « 400 Coups » semble le lieu idéal pour s’aérer l’esprit et découvrir des joyaux du 7e Art. Grand public, intimiste, version originale et films d’art et d’essai, la programmation est alléchante et souvent ponctuée d’avant-premières.
Rens. : 02 41 88 70 95 ou www.les400coups.org.





Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51




cookieassistant.com