Dans ses yeux : un autre regard sur la vie.


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Samedi 5 Juin 2010 à 08:59


1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le meurtre violent d'une jeune femme.
25 ans plus tard, il décide d'écrire un roman basé sur cette affaire "classée" dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d'écriture le ramène à ce meurtre qui l'obsède depuis tant d'années, mais également à l'amour qu'il portait alors à sa collègue de travail.



Esposito et son collègue alcoolique dans un bar
Esposito et son collègue alcoolique dans un bar
la rédaction vous conseille
Juan José Campanella, réalisateur de nombreuses séries, notamment « 30 rock » et « Dr.House », nous livre ici un long métrage envoûtant et d’une beauté rare. Ce film plein de poésie nous plonge directement dans la mémoire de Benjamin Esposito, interprété par Ricardo Darin, un ancien policier qui tente d’écrire un roman sur une histoire de meurtre qui l’obsède depuis maintenant 25 ans. Ce long-métrage, qui ne dure pas moins de 2h09, se déroule en deux temps : tout d’abord nous sommes emportés dans l’Argentine des années 1970 pour revivre le meurtre et l’enquête, puis nous revenons dans les années 2000 pour retrouver le personnage d’Esposito tentant de nouveaux d’élucider le mystère qui plane autour de cette enquête.

Durant toute la première partie de ce film, qui se déroule dans la mémoire d’Esposito, nous assistons dans de nombreux plans à un jeu de mise au point parfaitement orchestré ainsi qu’à de nombreux gros plans sur les visages des personnages. L’enquête nous aspire au sein de nombreuses intrigues, comme la recherche du meurtrier ou l’amour grandissant qui naît entre les personnage d’Esposito et de sa collègue Irène, magnifiquement interprétée par Soledad Villamil qui a remporté le Goya de la révélation féminine 2010. Nous rencontrons, tout au long de cette enquête, beaucoup d’univers et de personnages différents : le criminel qui a violé et tué une jeune mariée, le collègue alcoolique d’Esposito, le mari solitaire de la victime, … Ce tourbillon d’univers différents et d’intrigues oblige le spectateur à se poser de nombreuses questions sur leur vision des autres, sur la politique, sur la mémoire ou tout simplement sur eux-mêmes.

La deuxième partie du film nous montre le personnage d’Esposito essayant de savoir ce qu’est devenu l’assassin, officiellement condamné à perpétuité mais gracié par les autorités, car il n’a pas oublié cette jeune femme assassinée, son mari, ou encore son collègue mort pendant l’enquête. Il n’a pas oublié non plus son ancienne collègue qu’il aimait tant. Toute cette partie du film oblige aussi le spectateur à se poser de nombreuses questions : à quoi sert la vengeance ? Peut-on refaire sa vie une fois passés les 50 ans ? Est-il encore possible de réparer nos erreurs du passé ?

« Dans ses yeux », primé par le Goya du meilleur film hispano-américain et par l’Oscar du meilleur film étranger, est donc vraiment un film a aller voir car il nous propose véritablement un autre regard sur la vie, sur notre vie, tout en nous livrant une intrigue complexe et haletante ainsi que de nombreux plans magnifiques, en particulier le plan-séquence de plusieurs minutes dans lequel le criminel est arrêté. « Dans ses yeux », ça c’est un film qui vaut le coup d’œil !

Antoine.


LES TAGS : cinéma, dans ses yeux










Angers Mag