Daria, le récit d’une tournée aux USA


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le Samedi 13 Avril 2013 à 14:20


Daria, groupe angevin indie-rock, s’est produit sur la côte est américaine et à Austin, ville jumelle d’Angers durant dix jours. Récit de voyage avec Camille, le chanteur.



Dernier concert de cette tournée US pour Daria. A Austin, dans une ambiance psychédélique, au Justine’s Brasserie, un bar tenu par des Français.
Dernier concert de cette tournée US pour Daria. A Austin, dans une ambiance psychédélique, au Justine’s Brasserie, un bar tenu par des Français.
la rédaction vous conseille
Austin n’était finalement qu’un très bon prétexte. Une occasion rêvée pour Daria de poursuivre un peu plus loin sa tournée calée de longue date aux Etats-Unis. Le quatuor rageur angevin, tendance Foo Fighters, Fugazi, Weezer…, s’est donc expatrié l’espace d’une dizaine de jours outre-Atlantique. Du mercredi 6 au dimanche 17 mars, ils ont distillé crânement et sans complexe les titres puissants de leur troisième Lp « Red Red » dans les clubs et les bars de New York, Washington DC, Philadelphie, Richemond en Virginie et Durham en Caroline du Nord.

Camille (chant-guitare), Etienne (guitare), Arnaud (batterie) et Germain (basse) ont surtout fait naître et donné du corps à un projet original et collaboratif : la sortie d’un 45 tours avec leurs amis d’Office Of Future Plans (lire ci-contre). « Cette tournée était importante pour nous à double titre, explique Camille. Nous avons joué plusieurs soirs pour la promotion de ce 45 tours et de « Red Red », une forme d’hommage à Iain Burgess, notre producteur disparu trop tôt. C’est d’ailleurs grâce à l’un de ses amis, Jay, que nous avons pu monter cette tournée ».

Des concerts qui resteront à jamais gravés dans la mémoire de Daria. Tant pour le gros son, l’ambiance, les lieux mythiques, que pour les rencontres parfois fortuites, mais ô combien importantes dans la vie d’un groupe de rock. Notamment celle de Ian MacKay, figure de proue et emblème vivant de la mouvance hardcore « made in USA ». « Quand tu sors de scène et que le leader de Fugazi te félicite en te disant : “Vous avez assuré, les gars !”. Et bien, t’es comme un gamin…», raconte Camille, ému.

Capitale mondiale de la musique live

Juste avant le retour, dernière soirée à Austin en compagnie de Christophe Davy aka Doudou de la société angevine Radical Production.
Juste avant le retour, dernière soirée à Austin en compagnie de Christophe Davy aka Doudou de la société angevine Radical Production.
Mais, après ces cinq jours passés sur la côte est dans un froid glacial, il était temps pour Daria de rejoindre Austin dans la profonde chaleur du Texas. « On est passé de la neige à 30°C à l’ombre », raconte Camille. L’occasion pour eux de goûter de plus prêt au jumelage entre Angers et la « capitale mondiale de la musique live ». Et de participer au SXSW, un « festival de musique à l’échelle d’une ville », celle de Janis Joplin ou encore de Stevie Ray Vaughan. Mythique.

« C’est de la folie pure, annonce Camille. Il y a des concerts partout. Dans les bars, dans les rues, dans les jardins aussi bien publics que privés, c’est totalement hallucinant ». Sous un soleil de plomb, Daria a donc aligné les sets avec énergie et générosité. Après dix jours non-stop teintés de moments rares et riches, un « jet lag » de 6 heures, les Angevins de Daria ont repris le cours de leur vie… normale.

« Nous ne sommes pas intermittents, on a tous un boulot !», lâche Camille qui est prof d’anglais au collège Jeanne-d’Arc. Mais ils poursuivent leur chemin artistique. De nouveaux morceaux ont vu le jour lors de cette tournée US. Et la tournée « Red Red » va se poursuivre en Allemagne, en Espagne cet été et en Irlande à la rentrée.

Un 45 tours « made USA »

Daria, le récit d’une tournée aux USA
Dans ses bagages, Daria a rapatrié un pressage inédit : un vinyl 45 tours, produit par Lovitt Records, label américain du mythique Dischord Record (Fugazi, Jawbox, Black Eyes…). Un « six titres » que le groupe angevin partage avec Office Of Future Plans. « Chacun joue trois morceaux : un inédit, une reprise de son choix et, exercice compliqué, nous avons repris un titre d’Office Of Future Plans et eux un titre de Daria », explique Camille, le chanteur-guitariste. Résultat : un split à la fois sobre et rageur porté par une production soignée. Disponible en version numérique, il est en vente via Dischord Records et en écoute intégrale sur le site de Lovitt Records. Que du bonheur !












Angers Mag