David Cayla : "Il faut remettre le débat public au centre de l'économie"


Rédigé par - Angers, le 26/01/2015 - 08:06 / modifié le 13/03/2015 - 10:13


Membre du collectif des Economistes atterrés, qui publient leur "Nouveau manifeste", l'universitaire angevin David Cayla nous dévoile la substantifique moelle d'un ouvrage qui trouve un écho particulier dans l'actualité économique de ces derniers jours.



L'universitaire angevin David Cayla a contribué à la rédaction du "Nouveau manifeste des économistes atterrés", paru il y a quelques jours aux éditions Les Liens qui Libèrent.
L'universitaire angevin David Cayla a contribué à la rédaction du "Nouveau manifeste des économistes atterrés", paru il y a quelques jours aux éditions Les Liens qui Libèrent.
la rédaction vous conseille
L'information est en Une de la plupart des quotidiens, vendredi matin, et a été commentée dans toutes les rédactions, depuis jeudi : à raison de 60 milliards € par mois - soit plus de 1100 milliards injectés jusqu'en septembre 2016- la Banque centrale européenne se lance dans un rachat massif d'actifs, concernant notamment les titres de dette publique des états européens. L'objectif de ce premier "Quantitative easing " (pour un décryptage pédagogique, c'est sur le site du Nouvel Obs) de la zone Euro ? Stimuler une économie atone, et répondre au risque de déflation.

De cela, ainsi que du "Nouveau manifeste des économistes atterrés ", nous avons discuté avec David Cayla, l'un de ses membres et maître de conférences à l'Université d'Angers.

Comment recevez-vous l'annonce faite hier par le président de la BCE, Mario Draghi ?

"Je ne suis pas réellement surpris. Depuis qu'il est président de la Banque centrale européenne (il a été nommé le 1er novembre 2011 NDLR), il a annoncé à plusieurs reprises que sa priorité était la lutte contre la déflation, donc la baisse des prix. Elle pose un vrai problème, puisqu'elle implique un cycle de récession. La déflation est la conséquence des politiques d'austérité conduites par les différents gouvernements européens, qui induisent que la seule manière d'être compétitif, c'est d'avoir une inflation plus faible que celle de ses voisins."

C'est donc, selon vous, une bonne décision de la part de la BCE ?

"Mario Draghi  n'avait plus vraiment le choix. Il a joué tout ce qu'il pouvait pour baisser les taux d'intérêt, mais il n'avait plus beaucoup de marge de manœuvre de ce côté-là. Alors oui, le Quantitative easing -ou assouplissement quantitatif- qui consiste à racheter des titres de dette publique- est une bonne chose. Une précision cependant : la BCE ne rachète pas en direct aux États, comme serait en capacité de la faire, par exemple, la réserve fédérale américaine. Il y a des intermédiaires, qui sont les banques...
Ce qui est fondamental, c'est que la Banque centrale agit en dehors de tout cadre politique, de manière indépendante. En clair, cette décision ne peut être efficace tant que les gouvernements ne font pas tout ce qu'ils peuvent pour relancer la demande en mettant fin aux politiques d'austérité."

"L'économie ne se confond pas avec le marchand. Il faut comprendre la richesse comme quelque chose de plus large, changer les indicateurs mais aussi la manière dont on produit. Mais tout ça passe aussi par une réhabilitation de l'Etat."

Que faut-il faire pour cela ?

"Instaurer de nouvelles règles de fonctionnement pour les budgets européens. Réintroduire du débat public dans la politique monétaire et le fonctionnement de la BCE, ce qui amènerait notamment à revoir profondément les règles qui imposent l'austérité aux pays. Je pense entre autres au Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG, appelé aussi le Pacte budgétaire européen NDLR), qui a renforcé encore un peu plus "les 3%".

L'austérité européenne est l'un des principaux thèmes du "Nouveau manifeste" que vous publiez, avec les Economistes atterrés. Pourquoi ce nouveau manifeste, bientôt 5 ans après le premier, qui s'est vendu à 100 000 exemplaires ?

"Le premier manifeste a été écrit pour démonter les logiques de retour à une austérité rigide, et brutalement mise en œuvre. Dans le monde "développé", l'Europe est la zone géographique avec la croissance la plus faible. Et à l'intérieur de l'Europe, la zone Euro est la pire ! Nous voulions tirer la sonnette d'alarme. Avec ce nouveau manifeste, nous prenons acte que ce cri d'alarme n'a pas été entendu, nous sommes donc beaucoup plus contributifs : c'est une synthèse de propositions concrètes que l'on fait, et de leur raison d'être. Bref, on s'engage."

L'Europe, et l'euro, sont donc au centre de ce manifeste ?

"Oui, parce que nous sommes tous, parmi les Economistes atterrés, des européens convaincus, mais nous appelons avec force à une reconfiguration de l'euro, sans laquelle la monnaie unique va droit dans le mur. Je ne suis pas très optimiste... On paie aujourd'hui le prix de l'erreur originelle : avoir construit l'Europe économique avant l'Europe politique. Là où il faudrait, pour faire vivre la monnaie unique, une harmonisation fiscale -ne serait-ce que sur les impôts sur les sociétés- et sociale -ne serait-ce que sur l'augmentation du salaire minimum- on assiste plutôt à un écartèlement des normes sociales, faute de légitimité politique."

L'autre grand combat de demain, de votre point de vue, est celui de la transition écologique ?

"C'est un défi énorme, mais aussi une chance de réorganiser profondément l'économie et de réinstaller le débat public dans l'économie. Ça passe évidemment par une intervention de l'État, mais aussi une réorganisation des règles commerciales au niveau international ou le fait de favoriser le service public, au sein de l'Union européenne.
Il y a un autre point sur lequel on insiste, c'est la notion de non marchand : l'économie ne se confond pas avec le marchand. Il faut comprendre la richesse comme quelque chose de plus large, changer les indicateurs mais aussi la manière dont on produit. Mais tout ça passe aussi par une réhabilitation de l'État et du secteur associatif."

Une autre idée force revient dans ce "Nouveau manifeste", c'est celle d'égalité ?

"Evidemment ! Vous avez vu comme moi les conclusions de l'enquête Oxfam : près de la moitié des richesses est détenue par 1% de la population. C'était 2 % en 2006. Si l'on ramène cela à la zone Euro, qui n'a pas connu de croissance, ça veut bien dire que les inégalités se creusent ! De ce point de vue, nous sommes d'accord avec Thomas Piketty -qui a été reçu par Barack Obama, mais pas par François Hollande...- pour dire qu'il faut réhabiliter l'impôt progressif. Une fiscalité progressive aussi bien sur le revenu que sur le capital."

Vous êtes visibles médiatiquement depuis votre premier manifeste, en 2010, mais avez-vous des relais, aux postes de pouvoir ?

"Honnêtement, non. Nous avons des relais sur le continent avec un réseau européen d'économistes progressistes, mais nous constatons aussi un changement de discours. Nous étions récemment les invités, avec Dominique Plihon (un autre économiste atterré, NDLR), de BFM Business, pour débattre avec deux autres intervenants du Cercle des économistes, pas réputé à gauche. Sur une bonne part des sujets, ils sont d'accord avec nous ! Tout ça pose une question : sur quels intellectuels s'appuie le monde politique actuel pour conduire ce type de politique ?"

"Nouveau manifeste des économistes atterrés" : 15 chantier pour une autre économie, Les Liens qui libèrent (LLL) , 10€.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com