De Keersmaeker : un état de danse


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Samedi 9 Avril 2016 à 07:09


Comme en 2011, la geste de la chorégraphe belge nous a retourné jeudi soir au Quai. La pièce « Drumming », offerte dans un T 900 au complet, enivre autant qu’elle fascine.



De Keersmaeker : un état de danse
la rédaction vous conseille
C’était en 2011, au sein d’une des saisons « Diptyque » proposées au Quai par l’ancienne équipe du CNDC. La chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker y était à l’honneur avec deux pièces : « Rosas danst Rosas » et « En Atendant ». Deux rendez-vous avec l’histoire de cette artiste incontournable de la danse contemporaine (une pièce datant de 1983 et l’autre de 2010) et deux chocs émotionnels, deux rendez-vous avec notre propre histoire de spectateur.

« Drumming » vient de rallumer la flamme. On y a retrouvé toute la force d’une pensée chorégraphique à la fois mathématique, brute, extatique. La géométrie se dessine sur le sol : des droites, orange, forment un dessin à la fois clair et complexe. Tout est là, concentré dans cette dualité. Chez De Keersmaeker, la danse est histoire de lignes claires et de combinaisons savantes. L’art est subtil, comme ses changements délicats de lumière transformant la grande toile blanche du fond en tableau mouvant, paysage mental des variations répétées des corps dansants.

Le poète Mallarmé voulait reprendre à la musique son bien. De Keersmaeker ne souhaite pas autre chose. La partition pour percussions de Steve Reich, écrin hypnotique d’une transe qui en épouse sa structure – un unique motif rythmique qui enfle par d’infimes modulations – produit de la sensation obsédante. Les douze danseurs de « Drumming », dont on ne saura jamais la qualité de la source à laquelle ils puisent leur énergie, leur joie d’être ensemble, leur générosité, incarnent cette abstraction. Ils composent une même cellule, se font particule libre et dépendante en leurs émancipations, adhésions au groupe et rémissions immobiles.

La cellule est parfois mutante, et laisse l’une de ses forces vives s’échapper en solo, tolère un duo. Et c’est riche de ces nouveaux apports qu’elle redevient une, tourbillonnante, foisonnante, incontrôlable. Et toujours sous contrôle : à un certain degré de complexité, les mathématiques comme la philosophie pénètrent des espaces qui ne s’appréhendent que par l’esprit poétique. « Drumming » comme « Rosas danst Rosas » est un spectre aux contours infinis, de la simplicité d’un corps en mouvement (tout semble ici tellement naturel, basique, primaire) à la sophistication d’une pensée.

En 2011, le critique de danse Christophe Wavelet nous disait : « Les chorégraphies d’Anne Teresa De Keersmaeker donnent à voir des corps en train de penser ». Penser un espace-temps définitivement bouleversant.












Angers Mag












Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00







cookieassistant.com