De la poésie au creux de l’oreille


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le Dimanche 13 Juin 2010 à 11:27


Rencontre étonnante ce samedi de juin avec les « chuchoteurs » de la compagnie Map. Installés sur les rails du tramway de la rue d’Alsace à Angers, ces personnages sortis de nulle part avec leurs longs tubes de carton ne pouvaient pas laisser les promeneurs indifférents. Il suffisait de s’asseoir et de se laisser bercer.



De la poésie au creux de l’oreille
la rédaction vous conseille
Pas facile de déclamer quelques vers dans une rue du centre ville. On peut les crier, mais on peut aussi les chuchoter doucement à l’oreille, ça rend la poésie plus vivante et moins agressive », déclare Benjamin TUDOUX, l’un des « chuchoteurs » de la compagnie MAP. Le poème lu par un comédien qui sait se jouer des rimes en fonction de son auditeur du moment, devient rare et unique puisque personne d’autre ne l’entend en même temps.

Cet exploit, la compagnie MAP le réalise grâce à de longs tubes en carton servant initialement à enrouler la moquette. Ces tubes, les « machines à dire », sont montés sur un pied, lecteur et auditeur s’asseyant à chaque bout, l’un lisant son poème et l’autre s’abandonnant sans complexe à ce moment de lecture intime.

Se faire susurrer au creux de l’oreille un texte d’Arthur Rimbaud, quoi de plus agréable, surtout en plein centre d’une rue où tout s’agite autour de vous. D’un seul coup une mamy, un homme d’affaire, un flâneur, se coupent du monde, accrochés à leur tube, pour en demander encore et encore, jusqu’à plus soif. C’est un vrai instant de bonheur.

Pour la compagnie MAP, née dans le quartier de Montplaisir à Angers, « l’A-parenthèse … les poètes chuchotent » est un vrai spectacle de rue qui sait investir les espaces les plus inattendus, portant les rimes et les syllabes au cœur de la ville. Les comédiens invitent le passant à s’asseoir pour l’apaiser ou l’assommer à coup de phrases bien senties, créant un véritable instant poétique dans sa forme comme dans son contenu.

La compagnie MAP s’illustre chaque année, dans son quartier de prédilection, là où une fois de plus on ne l’attendrait pas, avec « la Tambouille », un spectacle à usage unique. En 10 jours, avec le concours des habitants du quartier, les comédiens passent à la moulinette le quotidien, la vie du quartier, pour en faire un véritable « pâté de tête » sans prise de tête. Un vrai spectacle collaboratif et interactif, à consommer sans modération.

« La compagnie MAP participe à sa manière à la lutte contre la désertification culturelle des quartiers », selon ses initiateurs, David REPARS et Thomas DRELON. Et ça leur réussit plutôt bien.

En savoir plus sur : www.compagnie-map.fr




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Raphaël Zacharie de IZARRA le 15/06/2010 16:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA POESIE RONGEE PAR SES VERS

La poésie de nos jours, surtout la poésie d'auteurs inconnus, est tombée en totale désuétude.

Par le simple fait que n'importe qui écrive de la poésie aujourd'hui, autant dire tout le monde, elle ne vaut plus rien. La poésie de nos jours ronronne. Et lorsque la rime pour se démarquer cherche à aboyer, hurler, rugir, elle ne fait que lamentablement braire : la corde poétique a été archi usée depuis un siècle. Ecrire en vers, c'est mal écrire.

Défenseurs des Lettres,...

2.Posté par gossaïaniskatsyrvjey le 27/06/2010 23:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'équation poésie = Rimbaud c'est le comble du conformisme, la leçon poétique obligatoire pour tous
Rimbaud le révolté doit se retourner dans sa tombe

Vivement qu'un poète vienne f. tout ça en l'air

Baudelaire !!? c'est de la prose rimée, adjectifs bouche-trous dans 3 vers sur 4
syntaxe nullissime








Angers Mag