Denis Podalydès : « Un comédien doit cultiver curiosité et disponibilité »


Rédigé par Tristan LOUISE. Photos : Elisabeth Carrecchio - Angers, le Vendredi 17 Janvier 2014 à 07:15


Auteur, acteur, metteur en scène, Denis Podalydès est à l'honneur du festival Premiers Plans qui s'ouvre ce vendredi soir. Il sera aussi sur les planches du Quai du 22 au 24 janvier avec « Le Cas Jekyll ». Fidèle du rendez-vous angevin, le sociétaire de la Comédie-Française a répondu à nos questions.



Denis Podalydès est l'invité de Premiers Plans et du Nouveau Théâtre d’Angers.
Denis Podalydès est l'invité de Premiers Plans et du Nouveau Théâtre d’Angers.
la rédaction vous conseille
Quel sentiment vous procure l’hommage que vous rend le festival Premiers Plans d’Angers ?
« Très honoré, très intimidé. Me reviennent des sentiments d’être illégitime, que de telles distinctions réactivent au lieu d’éteindre définitivement. C’est curieux. J’aime profondément ce festival. J’y ai lu plusieurs scénarios en public, exercice que j’aime beaucoup. C’est donc aussi un geste d’amitié qui m’est fait et je le reçois avec une profonde gratitude ».

Vous êtes comédien, metteur en scène, scénariste, lecteur..., quelles passerelles relient toutes ces activités et quelles différences faites-vous entre elles ? Y’a-t-il une voie de création qui vous nourrit ou vous enthousiasme davantage ?
« Chaque voie enrichit l’autre et la renouvelle, à mon sens. Il en est une qui recouvre les autres, mon métier d’acteur, qui influence plus ou moins consciemment toutes ces activités. Quand j’écris, c’est aussi une pulsion de jeu qui crée l’énergie première, même si les textes ne sont pas écrits pour la scène ».

Vous avez évoqué la voix dans l’un de vos ouvrages. Un autre sociétaire de la Comédie-Française, Guillaume Gallienne, aussi lecteur de grandes œuvres, insiste, lui, sur le mouvement, le corps. Comment abordez-vous ces différentes voies de l’artiste ?
« Pour moi c’est un tout. La voix, c’est le corps, et le corps doit tout entier être dans la voix. Un corps vivant, en mouvement, maîtrisant et construisant ce mouvement, infléchit la voix, lui imprime son rythme. Une voix émane non pas seulement d’une bouche, mais de tout le corps. Valère Novarina – écrivain, dramaturge, metteur en scène et peintre franco-suisse – a écrit à ce sujet de très grands textes définitifs. »

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le double rôle Jekyll-Hyde ?
« Non pas de jouer deux rôles en un, mais le mouvement contradictoire de l’un à l’autre, non pas la métamorphose accomplie, mais la transformation en acte, dans le corps et dans la voix. Le texte de Christine Montalbetti fait entendre constamment dans sa ligne directrice – le discours scientifique de Jekyll – la violence, la révolte, l’ironie, la trivialité de Hyde. Cela a tout à fait à voir avec ce que je disais dans la question précédente. C’est aussi pour moi un autoportrait de l’acteur que je suis, travaillé par un démon, une pulsion de jeu dont je voulais, en faisant ce spectacle, apaiser et comprendre la “frénésie”.»

Voyez-vous dans ce personnage une métaphore (monstrueuse) du comédien ?
« Oui absolument. De celui que je suis en tout cas. J’ai toujours pensé que je devais à la fois nourrir et maîtriser, juguler et libérer le chien qui est en moi, le “cabot”, terme parfaitement adapté, qui toujours réclame sa part ».

"J’aime profondément ce festival. J’y ai lu plusieurs scénarios en public, exercice que j’aime beaucoup. C’est donc aussi un geste d’amitié qui m’est fait et je le reçois avec une profonde gratitude.”

Il interprétera «Le Cas Jekyll» dont il assure aussi la mise en scène.
Il interprétera «Le Cas Jekyll» dont il assure aussi la mise en scène.
Quel est votre rapport au cinéma ? Vous semblez aussi à l’aise dans les registres de la comédie et du drame ? Le plaisir est-il le même ?
« Je ne sais pas. Au cinéma je “disparais”, je l’espère, dans la proposition du réalisateur. Généralement, une fois que j’ai accepté un film, je dis oui à tout, ou à peu près, je me “laisse glisser”, comme a dit Gérard Depardieu dans une interview. Le cinéma pour moi, c’est l’anti-volontarisme ».

Que pensez-vous du choix de vos films qui seront visibles lors de Premiers Plans ?
« Ce sont des films concertés avec Claude-Éric Poiroux, des films que j’aime, dont le souvenir m’est toujours très cher, que je suis fier d’avoir faits, par lesquels j’espère un peu honorer l’art cinématographique. »

Le festival rend aussi hommage à Patrice Chéreau. Pourriez-vous dire un mot sur ce très grand homme de théâtre et de cinéma ?
« C’est un des maîtres par lesquels – sans jamais travailler avec lui, en l’ayant très peu souvent rencontré, mais en ayant pratiquement vu tous ses spectacles et tous ses films – je me suis forgé mon idée du théâtre et du cinéma. Ainsi je peux dire que je suis fait de Patrice Chéreau, il est présent dans les sous couches de mon inconscient esthétique, présent et agissant. Qui a vu “Peer Gynt” ou “Hamlet”, en a été marqué à jamais. »

Question un peu décalée : vous avez incarné Nicolas Sarkozy dans « La Conquête ». Que pensez-vous, vous, homme de gauche, de son éventuel retour ?
« De son retour ? J’ai l’impression que le vent de l’histoire souffle si fort et balaye si facilement les événements, les actualités et les hommes, qu’il pourrait se faire qu’en 2017, il n’en soit plus question, mais je crois que ce serait très mauvais signe : cela voudrait dire que le Front national aurait encore et davantage prospéré. Sarkozy est quand même l’homme de droite qui contient le mieux les pulsions nationalistes, passéistes et xénophobes qui régulièrement agitent la Droite, en leur donnant à la fois un certain champ d’expression, et une limite, ce qui a plutôt joué in fine en faveur de la Gauche. Quant à savoir s’il remporterait l’élection présidentielle, je n’en ai aucune idée ».

Enfin, Premiers Plans étant un festival tourné vers la jeunesse, que diriez-vous à un jeune homme ou une jeune femme qui souhaite embrasser votre métier ?
« De cultiver deux dispositions essentielles : la curiosité – de tout, des êtres, des arts, de la vie même – et la disponibilité, s’ouvrir à tout ce qui n’est pas soi, semble nous contredire, ignorer notre présence, malmener notre identité, bousculer nos certitudes… Un acteur doit avoir, en plus d’un peu de talent (qui ne fait pas tout), ces deux qualités, qui en supposent bien d’autres : énergie, goût, joie de vivre, audace…, pour être heureux dans ce métier, je dis bien “heureux” et pas forcément connu, célèbre, génial… Ce qui ne se décide, ni ne se prévoit ».

BIO-EXPRESS

Denis Podalydès : « Un comédien doit cultiver curiosité et disponibilité »
1963 : naissance le 22 avril à Versailles (Yvelines).

1984 : Conservatoire national supérieur d’art dramatique, dans les classes de Jean-Pierre Miquel et de Michel Bouquet.

1997 : entre à La Comédie-Française le 27 janvier et en devient le 505e sociétaire le 1er janvier 2000.

1999 : Molière de la révélation théâtrale pour son rôle dans « Le Revizor ».

2006 : publie « Scènes de la vie d’acteur » (éd. Du Seuil).

2011 : incarne Nicolas Sarkozy dans « La Conquête » de Xavier Durringer.

Sur scène et sur grand écran

Après Isabelle Carré, Jacques Gamblin et Denis Lavant, c’est Denis Podalydès qui est cette année l’invité commun de Premiers Plans et du Nouveau Théâtre d’Angers. Il interprétera « Le Cas Jekyll » dont il assure aussi la mise en scène, du 22 au 24 janvier au Quai. Seul en scène, Denis Podalydès incarne tour à tour le Docteur Jekyll et son double maléfique, Mister Hyde, créé pour assouvir ses pulsions les moins avouables. Une étonnante performance du sociétaire de la Comédie Française…

Premiers Plans lui rend aussi hommage à travers la projection de plusieurs de ses films : Dieu seul me voit (Versailles-Chantier), La Chambre des officiers, Liberté-Oléron, 8 fois debout... Le comédien accompagnera plusieurs des projections : il devrait présenter Versailles rives gauche et Candidature, le mercredi 22 janvier au 400 Coups à 14h15, Liberté Oléron, le jeudi 23 janvier à 11h (Variétés), La Chambre des Officiers, le vendredi 24 janvier à 16h45 (Variétés). Enfin, il devrait rencontrer le public après la projection de Dieu seul me voit ce même 24 janvier à 20h30 (Variétés).

« Le Cas Jekyll ». Du mercredi 22 au vendredi 24 janvier à 19h30.











Angers Mag












Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30







cookieassistant.com