Dès 15 ans, ils créent leur entreprise coopérative éphémère


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 01/08/2016 - 07:00 / modifié le 01/08/2016 - 09:54


Née il y a trente au Québec, la Coopérative jeunesse de services (CJS) permet à des jeunes de 15 à 20 ans de vendre des prestations de services pendant l'été, et d'apprendre à faire fonctionner une petite entreprise. Après Trélazé il y a trois ans, Monplaisir a inauguré sa CJS en juillet.



Corentin, Mélodie, Coline et Sibel n'attendent plus que votre voiture !
Corentin, Mélodie, Coline et Sibel n'attendent plus que votre voiture !
la rédaction vous conseille
Dans un angle du parking bondé d'un grand magasin de bricolage, à l'ombre d'un hangar, quatre jeunes gens s'ennuient, à côté de leurs seaux, éponges et vaporisateurs de toutes les couleurs : personne ne vient faire laver sa voiture.
Coline (17 ans), Sibel (17 ans), Mélodie (23 ans) et Quentin (18 ans) sont tous les quatre membres d'une Coopérative jeunesse de services (CJS) et attendent le chaland.

Né au Québec il y a une trentaine d'années, "la CJS est une entreprise éphémère qui vit pendant deux mois, en juillet et août et permet à une quinzaine jeunes de 15 à 20 ans de vendre des prestations de services aux entreprises et aux particuliers", résume Isabelle Petiteau, salariée de Coup de Pouce 49, une coopérative qui a déjà mené une CJS à Trélazé pendant deux ans avant de l’installer à Monplaisir – avec de nombreux partenaires du monde socio-économique.

Coline et Sibel, toutes deux membres de la CJS de Trélazé sont venues se faire un peu d'expérience et goûter à la diversité. La première rentre en 1ere STMG à la rentrée et aimerait travailler plus tard dans le domaine de la communication. "On apprend beaucoup à ce sujet à la CJS : on fabrique des flyers, on cherche des clients..." Sibel, elle, passera l'année prochaine son bac en Services de proximité et vie locale, et étoffe aussi son CV. Corentin, ose à peine dire qu'il vient, "voir d'autres gens", mais aussi "se faire un peu d'argent".
 
"On souhaite leur montrer que l’on peut devenir entrepreneur quel que soit le milieu d’où l’on vient"

Pourtant, avec 180 euros gagnés par jeune en moyenne sur les 21 CJS en France l’année dernière, l’argent ne doit pas être le moteur des néo entrepreneurs. "On insiste sur l’aspect pédagogique : la CJS va amener les jeunes à découvrir ce qu’est le monde de l’entreprise, dans un esprit collectif. On souhaite leur montrer que l’on peut devenir entrepreneur quel que soit le milieu d’où l’on vient", souligne Audrey Barthélémy, animatrice à Monplaisir.

C'est "l'expérience coopérative" qui a séduit Mélodie, en deuxième année de Licence d'Histoire. Car après avoir suivi une mini-formation en groupe, chaque CJS doit s'organiser : élire son bureau, se répartir selon les commissions (ressources humaines, marketing, finances) et réussir à s'entendre. Par exemple, sur l'épineuse question de la répartition des gains (décidément), car chaque CJS, a sa façon de voir les choses. "A Trélazé, ils veulent compter les heures de chacun et rémunérer en fonction", déplore Sibel. "Sauf que certains sont avantagés, parce qu'ils ont le permis de conduire par exemple", renchérit Corentin qui pense qu'à Monplaisir, les gains vont être partagés "équitablement."

Plusieurs grandes enseignes ou entreprises de Trélazé et Monplaisir ont d'ores et déjà ouvert leurs portes à la CJS pour acheter ses services ou prêter du matériel. Et vous : besoin d'un lavage de voiture, d'un coup de main pour le jardinage ou de faire promener votre chien ?

Monplaiz' Multi Services : cjsmonplaisir@gmail.com ou 02 41 37 56 96 / 07 68 55 37 31
CJS de Trélazé : cjstrelaze@gmail.com ou 07 82 70 42 70
Jusqu'au 26 août












Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com