Des traces de castors sur la Loire


Rédigé par François BREAU - Angers, le 07/02/2010 - 18:16 / modifié le 09/02/2010 - 17:26


Depuis 1905, année durant laquelle ils ont failli disparaître de notre territoire, les castors semblent bien reconquérir nos rivières. Des traces bien visibles, allant de la coupe d'une jeune pousse de frêne, jusqu'à l'abattage d'un saule de 60cm de diamètre, parsèment nos rivages ligériens.



Des traces de castors sur la Loire
Il ne faut pas s'attendre à rencontrer un castor sur votre chemin. Ce mammifère, qui ne voit pas très bien mais possède un odorat très développé, vous reniflera à des dizaines de mètres. De nature très méfiant, il fera en sorte que vous ne le voyiez pas. Beaucoup de ceux qui prétendent en avoir vu, on confondu l'espèce avec le myocastor (ragondin). Il sort de toute façon beaucoup plus la nuit que le jour.

A quoi repérer la présence de castors ? Aux copeaux et aux coupes de végétaux visibles sur les rivages. L'on attribue souvent ces tailles au fait de pêcheurs ou de promeneurs utilisant un outil pour dégager un passage. Si l'on observe de près la surface de la coupe, on constatera au toucher qu'elle a un aspect rugueux marqué par les coups de dents des rongeurs. Le doute ne subsiste plus lorsque des copeaux recouvrent le sol.

Des traces de castors sur la Loire
Pourquoi les castors abattent-ils des arbres ? Pour plusieurs raisons.... Celle qui vient souvent à l'esprit est de dire qu'ils construisent des barrages. C'est une idée reçue, du moins en ce qui concerne nos régions, étant donné la largeur du lit de la Loire....Les castors abattent arbres et arbustes pour en manger leurs feuilles et leur écorce. Ils utilisent ensuite les branchages et les troncs pour construire ou renforcer leur hutte, ou bien faire de la paille de bois pour tapisser leur terrier.

Les techniques de coupes sont variées: coupe en "K" ou en "sablier" ou "crayon" pour les arbres, coupe en "sifflet" pour les arbustes. La plupart du temps le mammifère construit un terrier en guise d'habitat. Il le creuse souvent à flanc de berge, l'entrée se trouvant toujours sous l'eau. Ainsi le terrier demeure toujours invisible. Lorsqu'il ne peut pas creuser de terrier proprement dit, le castor édifie une hutte, ou un terrier-hutte, dont le dôme, constitué d'un amoncellement de branchages reste visible à la surface de l'eau, l'entrée demeurant toujours sous la surface.

Voici un excellent thème pour une sortie en vallée Ligérienne, que celui d'aller à la recherche des indices de castors, sur les rives de notre cher fleuve...

Des traces de castors sur la Loire



François BREAU
François BREAU
Contributeur Angers Mag - spécialisé dans le domaine scientifique et le milieu naturel. Cinéaste,... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03