Doué-la-Fontaine : le sanctuaire des okapis ouvre en juillet


Rédigé par Matthieu GRUAZ - Angers, le 18/06/2013 - 16:43 / modifié le 18/06/2013 - 19:41


C'est l'une des nouveautés de la saison au parc zoologique de Doué-la-Fontaine. A partir du mois de juillet 2013, les visiteurs vont pouvoir y découvrir un nouvel espace forestier africain dédié aux Okapis.



Le Biopoarc de Doué-la-Fontaine va accueillir 3 okpais dans leur sanctuaire. Ouverture début juillet. (Photo Wikipédia)
Le Biopoarc de Doué-la-Fontaine va accueillir 3 okpais dans leur sanctuaire. Ouverture début juillet. (Photo Wikipédia)
C'est un "drôle" d’animal, à la morphologie étrange évoquant à la fois un zèbre et une girafe. Caché au fond des forêts profondes du Congo et de l’Ouganda, il est le dernier des grands mammifères à avoir été découvert sur la planète (au tout début du XXe siècle). Craintif et discret malgré sa grande taille, il n'était connu que d'une tribu de Pygmées.

Endémique de la forêt équatoriale, l'okapi est à ce jour classé « quasi-menacé » par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) mais est complètement protégé en République démocratique du Congo, seul pays où on le trouve encore et dont il est l’emblème nationale. On estime qu’il reste entre 30 000 et 55 000 individus en milieu naturel.

Sensibles au sort de cet animal mystérieux et menacé, les responsables du Bioparc de Doué-la-Fontaine, Pierre et François Gay, ont imaginé pour lui, un espace unique au monde. Implanté dans une vaste carrière de 4 000 m2, couverte d’un filet tendu à 20 m du sol, le sanctuaire des Okapis abrite deux mâles et une femelle, mais aussi une douzaine d’espèces d’oiseaux très colorés tels que des touracos, calaos, perroquets...

Des céphalopodes (petites antilopes) y seront également visibles. Comme à l’état sauvage, ces animaux vivent ensemble dans des conditions quasi-naturelles au milieu d’une végétation dense. Ce site sera accessible aux visiteurs grâce à des passerelles sur pilotis leur permettant d’y pénétrer et d’observer les animaux sans les déranger.

L’okapi présente quelques caractères communs avec la girafe. Plus court, son long cou peut atteindre tout de même une cinquantaine de centimètres. Ses pattes arrières, moins hautes que les pattes avant, abaissent le niveau de sa croupe par rapport aux épaules, imprimant un axe oblique à sa colonne vertébrale.

Son corps est recouvert d’un pelage brun et finalement seules les rayures de ses membres et de son arrière- train évoquent le zèbre. Adulte, il peut mesurer de 1,90 à 2,50m de long et pèse entre 200 et 300 kilos. D’une longévité d’environ 20 ans, l’okapi atteint sa maturité sexuelle vers 2 ans. Concernant les portées, un unique petit voit le jour au terme d’une gestation de 15 mois.

Pour plus d'informations concernant les horaires et dates d'ouverture du Bioparc, rendez vous sur le site internet.



















Angers Mag