Droit à l’avortement : les angevins se mobilisent pour soutenir les Espagnoles


Rédigé par - Angers, le 02/02/2014 - 10:39 / modifié le 02/02/2014 - 14:08


Pareil à de nombreuses villes de France, environ 400 à 500 personnes ont manifesté samedi dans le centre-ville d’Angers en soutien aux femmes espagnoles dont le droit à l’avortement est sérieusement menacé. Ces manifestants répondaient à l’appel de collectif Angevin « d’égal à égales », lequel regroupe plusieurs associations de défenses des droits des femmes et de lutte contre les discriminations.



Une jeune fille d'origine espagnole, parmi les manifestants. « Chers »  église et Gallardon (*), en 2014 je serais une bonne mère, mais quand je voudrais, peut-on lire sur son panneau
Une jeune fille d'origine espagnole, parmi les manifestants. « Chers » église et Gallardon (*), en 2014 je serais une bonne mère, mais quand je voudrais, peut-on lire sur son panneau
Obtenu de haute lutte le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est menacé dans de nombreux pays. En France, la loi du 17 janvier 1975, dite loi Veil, relative à l'interruption volontaire de grossesse, est toujours contestée par les mouvements d’appartenance religieuse. Une importante manifestation réclamant l’abrogation de la loi a eu lieu dernièrement à Paris. Dans le même temps, le gouvernement français renforce la loi en proposant dans le cadre du débat sur l’égalité homme –femme, la suppression de la notion de détresse pour les femmes réclamant l’IVG.

Actuellement la plus lourde menace pèse sur les femmes espagnoles dont le gouvernement conservateur vient de faire un spectaculaire volte-face, en retravaillant les textes concernant l’IVG. Le recours à l’interruption de grossesse ne serait autorisé que dans le cas de viol déclaré ou de danger pour la mère constaté par au moins deux médecins. Fortement mobilisées, les Espagnoles sont soutenues par les associations de défense des droits des femmes de la plupart des pays européens, dont la France.

Pour les associations qui défendent les droits de femmes, à l’exemple de celles qui se rassemblent au sein du collectif « d’égal à égales » à Angers, la remise en question des lois autorisant l’IVG, signerait le retour vers les avortements clandestins avec tous les risques que cela entraine pour les mères, souvent très jeunes.

« Cette mobilisation est très importante, car ce que vivent les femmes espagnoles peut aussi arriver en France. Rien n’est jamais acquis », déclarait samedi lors du rassemblement organisé sur la place du Ralliement à Angers, Gaëlle Thébaud d’Alternative libertaire, une des associations du collectif « d’égal à égales ». « Quand on voit les levées de boucliers en France, les attaques de plus en plus violentes contre les droits des femmes, plus de 17 000 personnes défiler pour demander des retours en arrière gravissime, on est en droit de s’inquiéter ».

Le Maine et Loire, département où la pratique religieuse est encore importante, « ne fait pas l’objet de manifestions ou d’attaques contre la loi autorisant l’IVG plus importante que dans d'autres régions », rapporte Gaëlle Thébaud. « Heureusement que l’on peut encore manifester et revendiquer ces droits acquis. Mais n’oublions pas que nous avons dans le département un député, Marc Laffineur, qui est opposé à cette loi et qui l’année dernière a voté contre le remboursement à 100% de l’avortement par la Sécurité Sociale ».

« Nous connaissons la position de certains parlementaires et élus de droite sur ce sujet », poursuit la représentante du collectif, même si elle admet que c’est justement une ministre de droite, Simone Veil, qui s’est battue pour que cette loi aboutisse. « Nous sommes vigilantes et nous n’hésiterons pas à descendre dans la rue, soutenues par d’autres partis et syndicats de travailleurs, pour faire valoir nos droits. Nous sommes d’autant plus vigilantes que nous observons la montée en puissance des mouvements réactionnaires, et en France l’on sent bien qu’il est ainsi à chaque fois que l’on ébranle le système patriarcal ».

Les manifestants, parmi lesquels des élus et parlementaires de gauche ainsi que des femmes d’origine espagnole ont ensuite défilé dans les rues piétonnes du centre-ville.

(*) Alberto Ruiz-Gallardon, ministre de la justice, artisan de la modification des textes espagnols concernant l’interruption volontaire de grossesse.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Daniel Fleury le 03/02/2014 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Rien n’est jamais acquis" - Quand on constate le recul du gouvernement sur les promesses faites en matière d'élargissement des droits concernant la Procréation Médicalement Assistée, on ne peut que souscrire. Des droits en matière de filiation viennent d'être donnés aux couples de même sexe. Que ceux-ci ne se traduisent pas dans une nouvelle loi "famille", après que toutes les variétés de droites aient défilé ces derniers week end, peut légitimement inquiéter toutes les femmes. Quels seront ...








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com