Du mouvement à la tête de Végépolys


Rédigé par Emmanuel DE GESTAS, stagiaire L2 Histoire option Sciences Politiques à l'UCO - Angers, le 04/03/2017 - 08:30 / modifié le 05/03/2017 - 09:51


Dans le Who's who angevin, c'est le changement de la semaine. Le président de Végépolys, le pôle de compétitivité international du végétal d'Angers, Jacques Antoine Cesbron a démissionné cette semaine de son poste, et c'est l’ancien président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Maine-et-Loire Eric Groud, qui siégeait au conseil d’administration du pôle, qui a pris le relais. Par intérim, à fortiori.



Après la démission de Jacques-Antoine Cesbron, c'est Etric Groud qui a pris la présidence de Végépolys, pour le moment en intérim.
Après la démission de Jacques-Antoine Cesbron, c'est Etric Groud qui a pris la présidence de Végépolys, pour le moment en intérim.
la rédaction vous conseille
A trois mois de la fin de son mandat à la tête de Végépolys, la décision a de quoi surprendre. Et même d’intriguer. Interrogé par téléphone sur  la raison de sa démission, Jacques-Antoine Cesbron reste vague, évoque un « devoir de réserve » ; son successeur à la tête de Végépolys -et ancien président de la Chambre de commerce et d'industrie du Maine-et-Loire (CCI 49)- Eric Groud, table sur une « possible lassitude », après six années de mandat. Mais il a une certitude : « Il n’y a pas eu de clash », même si  nos confrères de Ouest France évoquent eux un « différend », sans davantage de précisions.

Pôle de compétitivité mondial dans le domaine du développement végétal depuis 2007 (d’abord association loi 1901 depuis sa création en 2004), Végépolys a son cœur en Anjou  où il regroupe des école, comme l’ESA (Ecole Supérieure d’Agriculture) ou Agrocampus Ouest, de multiples centres de recherche dont l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et les représentants de tous les secteurs liés au végétal : agricoles, horticoles, viticoles ect...

Les deux dirigeants de Végépolys, l’ancien et le nouveau, sont unanimes pour saluer le bilan du pôle : l’un comme l’autre se félicitent des projets réalisés au cours des six années de présidence de Jacques-Antoine Cesbron, comme par exemple la création, en 2016, du Club Sully, regroupant dix pôles de compétitivité agricoles dont Végépolys pour être en pointe dans l’innovation et la réflexion stratégique de leur domaine de compétence commun. Ou encore le lancement d’un pôle de compétitivité en Colombie, en janvier 2016, appelé Végépolys Latina.

Quand on lui demande s’il pourrait, au terme de son intérim, être reconduit à la tête de Végépolys, Eric Groud n’imagine pas pour l’instant continuer. Pour le bien du groupe, il vaudrait mieux « quelqu’un issu du sérail » qui serait plus compétent, et que le pôle « aurait à gagner à avoir un président issu de la filière ». Lui qui assume « ne pas être un homme du végétal », se dit prêt à écouter et à apprendre. Il assure que les Chambres de Commerce et d’Agriculture, ne « lâcheront pas le pôle ».
Et que si vraiment personne ne s’impose au choix du Conseil d’administration comme nouveau président pour Végépolys, le 18 mai prochain, il sera « évidemment prêt à (se) dévouer ».
 












Angers Mag