Du son pur !!! made in Angers rien qu'avec la bouche...


Rédigé par Robyo - Angers, le Vendredi 16 Avril 2010 à 22:26


Performances musicales aux couleurs Angevines d’un coté, et découverte Outre Atlantique de l’autre, tel était le programme de ce mercredi 14 avril au Chabada.



Du son pur !!! made in Angers rien qu'avec la bouche...
la rédaction vous conseille
Un certain Charles Darwin a démontré un jour que l'homme descendait du singe, et que, de ce fait, l'évolution nous était propre. Et les technologies avec, forcément. Amputez-nous donc de nos ordinateurs, téléphones portables ou MP3, et quelque chose nous manque. C'est alors que deux gars qui ont la musique dans le sang décident de nous faire du Jazz, de la Drum n' Bass ou du Hip-hop avec...la bouche, et un I-phone.

On est en l'an 2000, ne l'oublions pas. On les appellent les Bionicologists, qui sont donc Ezra et L.O.S., deux angevins qui maitrisent le beat-box comme d'autres Coltrane le saxo et Hendrix la guitare.
Après un début Jazzy assez cool, les deux aliens nous embarquent dans leur vaisseau où les vibrations, les notes et les rythmes sont hypnotiques à souhait. Tout commence doucement et évolue avec des beats qui nous donne envie de danser. Mais ce n'est pas encore gagné avec un public un peu amorphe. Alors ? Public attentif ? Pas le cran de danser par peur de se prendre une réflexion par son voisin ? On ne saura pas. Par-contre, les E.T. du beat-box sont repartis sur leur planète en ayant gagné le droit de revenir.

Du son pur !!! made in Angers rien qu'avec la bouche...
Débarqués de Cincinnatti, Ohio, « IsWhat ?! » nous entrainent dans la lignée Jazz / Hip-hop avec des instruments cette fois-ci. Un saxo, une batterie, une basse et une voix suffisent pour que le charme agisse.

Il y a du Saul Williams dans le phrasé de Napoléon Maddox, le saxophone balance des rythmes jazzy, tandis que la batterie et la basse groovent comme pas deux. Venus vanter les mérites de leur dernier album "Big appetite", les quatre affamés ne se reposent pas une seconde, balançant progressivement un flot de sons variés, jusqu'à placer ici et là des clins d'œils tels que AC/DC et les Whites Stripes, en évitant la carte trop facile de la reprise pour se mettre le public dans la poche.
Encore une fois, ce dernier était à l'écoute, mais encore très, trop attentif, et Mister Maddox aura eu de la peine à faire participer la foule. Et c'est quand les 4 fantastiques sortent de scène que les cris et les applaudissements se font plus fort afin d'exiger un retour pour une dernière virée.

Bilan, des oreilles totalement à l'écoute, des mains qui claquent, mais des pieds trop sages pour rayer le parquet, alors les Angevins, timides ?











Angers Mag