Du sport et du fun, d’un arbre à l’autre…


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers le Lundi 17 Juin 2013 à 07:10


Voilà une dizaine d’années que les parcours Aventure ont fait leur trou dans le paysage déjà saturé des loisirs de plein air. à son crédit : du sport, de la détente, de la hauteur et de sacrées tranches de rire.



Les collégiennes de Saint-Augustin ont goûté sans retenue aux joies de la vitesse et de l’altitude.
Les collégiennes de Saint-Augustin ont goûté sans retenue aux joies de la vitesse et de l’altitude.
Allez mon poussin, avance ! C’est pas le plus dur. On va pas y passer trois heures ! » Impitoyables adolescents… Salomé, le « poussin » en question, ne se laisse pas démonter par les « encouragements » de Léa et Irène : « Mais ça bouge ; de toute façon j’aime pas l’accrobranche ! » Drôle de réponse lorsque l’on est juché à 5 m du sol, en équilibre précaire sur un rondin de bois.

Cet après-midi de mai, une soixantaine de collégiens de Saint-Augustin et leurs correspondants indiens ne touchent plus le sol, disséminés çà et là dans la forêt de pins du Parc Anjou Aventure d’Angers-Ecouflant. « Nous sommes venus ici pour créer du lien entre les élèves et leurs correspondants, explique Manuel Jobard, directeur adjoint de l’établissement. C’est une manière de bien débuter le séjour ».

En plein cœur du parc de loisirs des Sablières, le pari est réussi. L’adrénaline ne connaît ni les langues, ni les frontières… Pas plus que la peur du vide, d’ailleurs. C’est sans doute une des raisons de la réussite des parcs aventure en France et à l’étranger. Peu connue du grand public il y a dix ans – elles était alors surtout l’apanage des zones touristiques de mer ou de montagne – l’activité a vécu un essor spectaculaire dans les années 2000, y compris dans les villes.

Une activité pour tous

Le principe est simple : cheminer en hauteur en reliant les arbres à l’aide d’ateliers (ou jeux) plus ou moins acrobatiques. Voilà pour la théorie. En pratique, c’est une toute autre histoire : le vertige peut s’en mêler, le manque d’équilibre aussi, transformant le plus simple des itinéraires en un parcours du combattant. Dès lors, les parcours aventure ne seraient-ils réservés qu’aux sportifs avertis ?
« Absolument pas, assure Charles Goujon, le tout nouveau gérant du Parc Anjou Aventure. L’idée, c’est justement que tout le monde puisse se lancer sur un parcours, quel que soit son niveau. Et plus encore, qu’il y prenne du plaisir. Tout est une question de dosage entre sensation et difficulté ».

Retour sur le parcours vert, où Salomé a pris de l’assurance. Les cris sont toujours là, mais sont enjoués à l’heure d’emprunter la plus grosse tyrolienne du parcours. Solidement relié à sa ligne de vie – le b.a.ba sécurité de l’activité – chacun avance à son rythme.

A hauteur d’arbre, l’adolescent n’est pas bien différent de celui qu’il est au sol : il chambre, lance des défis, dit « trop facile » en finissant un parcours. Mais il est au vert et se remplit d’air frais à mesure qu’il prend de l’altitude. Pas le moindre des avantages du parcours aventure…

Parc Anjou Aventure-parc des Sablières. 49000 Ecouflant
info@parcanjouaventure.fr
Tél. : 02 41 968 968
www.parcanjouaventure.fr

EN CHIFFRES

b[5
C’est l’âge minimum (ou 1,10 m) pour profiter des activités du Parc Anjou Aventure. La structure abrite deux parcours « enfants », quatre « ludiques et familiaux » et trois « adrénaline ».

130
comme le nombre de jeux (ou ateliers) répartis sur les neuf parcours, du pont népalais au saut de Tarzan, en passant par le filet de pirate ou les incontournables tyroliennes (25 en tout dont une de 170 m).

200
Le nombre maximum de personnes (encadrées par six personnels sur le terrain) en simultané sur le parc, qui correspond au nombre de baudriers disponibles.
C’est le plus important en Anjou. Deux autres parcours dans les arbres existent à La Jaille-Yvon et Brion.]b

“Des sensations, de la vitesse… en toute sécurité”

Charles Goujon
Charles Goujon
10 ans après son ouverture, le Parc Anjou Aventure a changé de propriétaire en début d’année. Rencontre avec Charles Goujon, le jeune gérant.

Angers Mag : Quelle a été votre priorité lorsque vous avez repris le parc il y a quelques mois ?
Charles Goujon :
« C’est un domaine d’activité que nous connaissons bien car nos associés gèrent déjà deux structures du même type dans la Vienne. Nous avons mis l’accent, durant les premiers temps, sur la sécurisation des parcours. C’est la grande priorité, ce qui fait la crédibilité de nos parcs à l’heure ou la météo ou le recul du pouvoir d’achat fragilise une activité qui reste très saisonnière. » (NDLR : le parc est ouvert de mars à octobre).

Quelle ambition portez-vous pour ce Parc Anjou Aventure ?
« Concernant les parcours aventure, nous les voulons plus accessibles, plus simples, plus fun. Nous avons déjà commencé à travailler là-dessus : il faut offrir des sensations, de la glisse, de la vitesse, bref un côté ludique sans rien céder sur la sécurité. Mais ici à Ecouflant, nous avons une belle base de travail et un environnement idéal. »

D’autres activités sont-elles proposées ?
« Oui, nous avons mis en place l’Escalad’Arbre, pour admirer les hectares de forêt alentours ; mais également une base jump ou des courses d’orientations, à la demande, à travers tout le parc des Sablières. Notre but est de s’adapter à chaque client, à chaque groupe. Les particuliers qui paient un parcours auront donc droit à trois heures d’activité sur le terrain. Nous voulons également développer notre offre en direction des associations, CE ou scolaires, car les parcours aventure sont une belle opportunité de développer la cohésion d’un groupe. »




Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20




cookieassistant.com