Eagles Gift signe sur la bande originale du nouveau film d'Alejandro Jodorowsky


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le Jeudi 19 Mai 2016 à 15:00


Le groupe de rock psyché angevin, Eagles Gift, signe l'un des morceaux de la bande-originale du dernier film du réalisateur franco-chilien Alexandro Jodorowsky. "Poesía Sin Fin" était présenté cette semaine à Cannes, dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. Simon Sockeel, au clavier et au chant au sein d'Eagles Gift, revient sur sa rencontre avec "Jodo".



Simon Sockeel (clavier et chant, à droite de la photo) a "écrit une petite lettre d'amour" à Alejandro Jodorowsky. Crédit photo : Titouan Massé
Simon Sockeel (clavier et chant, à droite de la photo) a "écrit une petite lettre d'amour" à Alejandro Jodorowsky. Crédit photo : Titouan Massé
la rédaction vous conseille
 Comment avez-vous rencontré Alejandro Jodorowsky ?

Simon Sockeel : "J'ai toujours été fan de son travail, même si je ne connaissais pas trop sa partie bande-dessinée ("L'Incal" ou "Métagénéalogie", qui sont des BD qu'il a sorties avec Moebius, juste après avoir essayé de faire le film "Dune"). Je l'ai découvert par le biais de ses films et j'ai aimé son esthétique un peu psychédélique, l'imagerie, le symbolisme, le côté ésotérique...
En octobre dernier, il y avait une exposition Jodorowsky au musée d'art contemporain de Bordeaux, pendant laquelle il donnait des conférences sur le thème de la poésie et du tarot. J'ai eu envie de lui écrire une petite lettre d'amour pour lui dire que j'étais fan de son travail et qu'il m'avait beaucoup influencé dans le mien (et notamment pour le prochain album d'Eagles Gift). J'ai assisté à l'une de ses conférences et à la fin, j'étais un peu stressé mais je suis allé le voir. Je l'ai remercié pour ce qu'il avait fait indirectement pour moi et je voulais lui faire partager mon travail.
Je lui ai donc remis cette petite lettre et un CD de démos réalisées avec Romain (Lejeune, le compositeur du groupe, NDLR). C'était sans prétention, je ne savais pas du tout qu'il préparait un nouveau film. Fin février dernier, j'ai reçu un mail de son assistante en post-production qui annonçait qu'Alejandro Jodorwsky voulait prendre un morceau de notre album pour la bande-originale de son prochain film."
"On n'a eu aucune crainte, on y est allé les yeux fermés"
Vous n'avez pas pu voir "Poesía Sin Fin", son nouveau film présenté cette semaine à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et dont vous signez donc une chanson de la bande-originale. Cela doit être étrange de dire "oui" sans savoir sur quel film va être posée votre musique ?

"J'ai tellement été fan de ses films... J'avais aussi repéré qu'il avait lancé un financement participatif pour la suite de "La Danse de la réalité", son précédent film un peu auto-biographique - avec tout le côté surréaliste de Jodorowsky. Je lui faisais totalement confiance. On est tous fans de son esthétique, du travail qu'il a fait, de sa personnalité, de sa philosophie, qui dit que le cinéma ce n'est pas une industrie à la base. Il dit qu'il fait des films non pour gagner de l'argent mais pour en perdre, pour ouvrir les esprits. On n'a eu aucune crainte, on y est allé les yeux fermés."
 

Comment décririez-vous "Charlie's violence", la chanson retenue par Alejandro Jodorowsky ?

"C'est une chanson qu'il a choisi lui-même parmi toutes celles tout l'album. Elle est assez rapide, violente, ultra frénétique. Ce n'est pas du tout un morceau planant. J'imagine que c'est pour une scène un peu surexcitée du film."

"Charlie's violence" est issue de votre prochain album, qui sortira le 30 septembre prochain : "An Astral journey". A quoi faut-il s'attendre ?

"Ce n'est pas un album concept. Dans l'enchaînement des morceaux et le processus créatif, c'est un voyage astral. Le voyage astral, c'est l'impression que l'esprit se dissocie du corps physique pour vivre une existence autonome et explorer librement l'espace environnant. Cela fait référence à des expériences hors-corps, une sorte d'apocalypse intérieure. Ce sont des morceaux que Romain Lejeune a composés et dans lesquels on a vraiment trouvé un parallèle avec l'Apocalypse selon Saint-Jean et toutes les expériences psychiques.
Nous avons commencé à l'enregistrer au studio de l'Île d'amour, avec Brett Horisson, un producteur américain qui est notamment l'ingénieur du son des Black Angels. Puis, le groupe a tourné pendant un an et je l'ai rejoint après la première phase d'enregistrement. On a refait une session d'enregistrement en mélangeant ce qui avait été fait avec Brett et tout ce que l'on avait acquis pendant un an. On a retravaillé tout ça il y a quelques mois, ce qui donne ce petit album chouette."












Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com