Education à Angers : accompagner les parents


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 14/11/2010 - 14:47 / modifié le 17/11/2010 - 21:26


Les Assises Locales de l’Éducation qui avaient lieu ce week-end à Angers ont donné lieu à de nombreux échanges entre parents et acteurs du monde de l’éducation, dans le cadre d’ateliers de travail et de conférences. Ces assises vont permettre à la ville d’Angers de peaufiner son Projet Éducatif Local.



Yves Fournel et Claire Leconte lors de la conférence du Samedi matin
Yves Fournel et Claire Leconte lors de la conférence du Samedi matin
Organisées ce vendredi et samedi du pont du 11 Novembre les Assises Locales de l’Éducation, conduites par Luc BELOT, adjoint au Maire d’Angers et Beaudouin AUBRET, conseiller municipal, pour les questions d’éducation, d’enfance et de petite enfance, ont semble-t-il rempli leur objectif : à savoir comment situer l’enfant dans notre société et comment aider les parents à remplir leur mission de premiers éducateurs.

Plusieurs ateliers ont été organisés pendant ces deux jours afin de permettre aux parents, responsables d’association, assistantes maternelles, animateurs de crèches, enseignants, élus locaux, d’échanger des idées sur des thèmes tels que la construction de l’enfant dans l’univers des médias et des écrans, l’intervention des villes dans le domaine éducatif et l’intégration de l’humain dans le développement durable. Environ 350 personnes ont participé à ces assises.

Pour Cécile, mère de 2 enfants, Louis 9 ans et Élise 5 ans, membre de l’association des parents d’élèves de l’école de l’Isoret , laquelle expérimente l’école en 4 jours et demi, ce fut très enrichissant. « J’ai participé au premier atelier. Nous avons constaté que nos enfants sont, pour la plupart, constamment entourés d'écrans (TV, ordi, console, téléphone..) et que pour certains, il y a désormais une véritable addiction au détriment d'autres loisirs et apprentissages. L’échange en petits groupes a permis de mettre en commun nos réflexions et propositions d’amélioration afin qu’elles puissent être reprises dans le PEL de la ville d’Angers ». Ancienne salarié de la télévision Angers 7, Cécile sait de quoi elle parle en matière de médias

L’enfant doit pouvoir déconnecter des rythmes que la société lui impose

Luc Belot, adjoint à la Mairie d'Angers, délégué à l'enfance, la petite enfance, l'éducation et l'informatique
Luc Belot, adjoint à la Mairie d'Angers, délégué à l'enfance, la petite enfance, l'éducation et l'informatique
Le point d’orgue de ces deux jours était sans conteste l’intervention d’Yves FOURNEL, adjoint au Maire de Lyon et président du Réseau des Villes Éducatives de France, dont fait partie Angers, et surtout de Claire LECONTE, chronobiologiste et psychologue de l’enfant. Cette dernière, très impliquée dans les questions de rythmes scolaires, a fait l’objet de nombreuses questions sur le sujet, les professionnels présents notamment les aides maternelles et les enseignants étant intéressés par des solutions à leurs problèmes.

« Avant de parler de rythme pour les enfants, il faudrait d’abord s’intéresser à celui des parents, dont certains m’amènent des enfants à 6h le matin… », explique une assistante maternelle. « Il faut donner des outils aux enseignants lesquels forment les citoyens de demain », questionne un instituteur. On parle de rythme scolaire, mais aussi d’apprentissage, de vrai pause détente pour les enfants. « Un enfant excité qui part en récréation le sera encore plus au retour. Il faut aménager des temps de déconnexion. C’est pareil pour la pose méridienne, celle du déjeuner, il faut faire des pauses, jeux ou simple repos ». Autant d’échanges constructifs qui permettront à chacun de repartir avec quelques idées sur le sujet.

Quand à l’ultime question concernant l’idéal pour la durée de la semaine scolaire, Claire LECONTE répond : « Ca ne va pas vous plaire, mais c’est la semaine de 6 jours, le matin pour l’apprentissage et l’après midi pour le repos et les loisirs. ».

Pour Luc BELOT, ces assises ont atteint leur objectif. « Nous avons eu deux jours extrêmement riches, avec le top niveau des intervenants dans le domaine de l’éducation, ça nous donne une vraie base pour le futur projet éducatif local », précise l’adjoint au Maire. « Ce n’est pas un projet pour l’école, c’est un projet éducatif dans lequel on met la culture, le sport, l’urbanisme, les déplacements… C’est le projet de toute une ville. On a désormais les fondations d’un groupe, une communauté éducative qui va pouvoir construire. » Et de poursuivre : « La Ville va donner les orientations, assurer la cohérence et accompagner. Il y a deux points qui me tiennent à cœur : la place des parents d’élèves et la question des écrans dans la famille ».

Luc BELOT et la communauté constituée pendant ces assises partent pour 6 mois de chantier, avec d’autres temps de rencontre pour construire le Projet Éducatif Local dans ses grandes lignes d’action, afin de le présenter en septembre prochain.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag