Elections départementales : alors on vote...

La Tribune du lundi - #Tribune du Lundi


Rédigé par La rédaction - Angers, le 16/03/2015 - 07:00 / modifié le 17/03/2015 - 11:18


Contribuer au débat public et, à notre niveau, participer à l'indispensable vie des idées, c'est l'objet de [La Tribune du Lundi], carte blanche proposée à des acteurs économiques, politiques, sociaux ou culturels du territoire angevin. Une fois n'est pas coutume, ce lundi, c'est la rédaction d'Angers Mag qui se saisit de cette tribune pour... un appel au vote !



Les élections départementales ont lieu les 22 et 29 mars prochains.
Les élections départementales ont lieu les 22 et 29 mars prochains.
la rédaction vous conseille
Après tout, pourquoi n'apporterions-nous pas aussi notre écot à la vie citoyenne ? Le rendez-vous électoral qui se profile, les 22 et 29 mars prochain, nous semble être un moment important dans la vie démocratique du pays.

C’est un fait : médias et politiques locaux ne font pas grand cas des élections départementales de dimanche prochain. Les nombreux atermoiements autour de l’avenir des conseils généraux, du redécoupage des cantons, ou des compétences que devra exercer le futur conseil départemental ne les ont pas aidé à « vendre » un événement qui, traditionnellement, n’ameute déjà guère les foules.

Plongés dans le dur, les Angevins, à l’instar de nombreux Français, guetteront plus les premiers signes du printemps et du rebond tant attendu de l’économie que les nouveaux visages de l’assemblée départementale. Et pourtant…
 
Nous aimerions les convaincre de se saisir de  leur bulletin de vote dès le matin du premier tour. Parce que, quoi qu’on en dise, ces élections départementales déboucheront sur un réel et profond renouveau du personnel politique. La parité homme/femme y est pour beaucoup, mais le Maine-et-Loire a cela de particulier que la moitié des conseillers généraux en exercice ne brigueront pas de nouveaux mandats.
Les formations politiques ont ainsi dû aller chercher de nouvelles forces vives –et incidemment de nouvelles idées- non seulement parmi leur troupe, mais également au sein de la société civile, pour constituer leurs « quadrinomes ».

Gageons qu’un conseiller départemental néophyte entrera d’autant mieux en politique et en responsabilité qu’il sera bien élu.
"Le scrutin départemental des deux prochains dimanches est la première élection depuis le 7 janvier. Et il est une occasion unique de prolonger dans les urnes l’élan républicain aperçu à Angers au lendemain des événements tragiques du début d’année"

Ensuite, si les compétences du conseil départemental ne seront effectivement « votées » qu’à l’été, il semble acquis qu’il sera encore, demain, le moteur de l’action sociale sur le territoire. Plus qu’aucune autre collectivité, le Département est le garant de l’équilibre et de l’égalité entre aires urbaines et espaces ruraux. Comme il est le garant de l’attention de la sphère publique aux plus faibles et aux plus démunis.

Enfin, et c’est fondamental, le scrutin départemental des deux prochains dimanches est la première élection depuis le 7 janvier. Et il est une occasion unique de prolonger dans les urnes l’élan républicain –quelque soit ses motivations- aperçu à Angers (plus de 45 000 marcheurs, doit-on le rappeler ?) au lendemain des événements tragiques du début d’année.

20 ans après la fracture sociale, on a feint de découvrir la fracture citoyenne, républicaine. Avec les évènements de janvier, avec malaise, voire effroi, les élites du pays et une partie de la population ont enfin réalisé qu’une autre partie de la population n’avait pas pris sa place de citoyen. En particulier la jeunesse « des quartiers », comme on dit. Mais cette fracture citoyenne ne concerne pas que « les quartiers ». Combien d’autres citoyens ont tourné le dos aux urnes, et à la République ? Oubliant au passage que la liberté d’expression ne s’use que si on ne s’en sert pas. Et qu’en démocratie, hormis la manifestation, on n’a pas trouvé meilleure voie d’expression populaire que la voix électorale.

Malheureusement, aux soirs des 22 et 29 mars, la douche risque d’être encore bien froide. Combien faudra-t-il de 21 avril 2002 pour que l’ensemble de la société –et ses représentants politiques en tête- ne se réveillent ? A l’époque, on nous l’avait assuré : il y aurait un avant et un après. On a dit la même chose après le 11 janvier.
 
Et au soir du 29 mars ?
 



















Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20



cookieassistant.com