Elections départementales : un FN historique et un second tour indécis


Rédigé par La rédaction - Angers, le 23/03/2015 - 07:43 / modifié le 25/03/2015 - 13:29


Le premier tour des élections départementales a rendu son verdict, avec des enseignements extrêmement divers selon les territoires. Quoi retenir, en substance ? Que le Front national sera présent au second tour dans un tiers des 21 cantons. Qu'il n'y a qu'un candidat élu au soir de ce premier tour. Que la gauche, dans son ensemble, est en très net recul. Et que l'abstention, comme attendu, est élevée, plus importante encore dans le département (50,32 %) qu'en France (50,1 %)



Pas de grand chelem, durant ce premier tour, pour la majorité départementale de Christian Gillet (UDI, à droite) et Marc Laffineur (UMP). Le dialogue entre les deux hommes avait été quelque peu houleux dans les semaines qui ont précédé le scrutin. Qu'en sera-t-il cette semaine ?
Pas de grand chelem, durant ce premier tour, pour la majorité départementale de Christian Gillet (UDI, à droite) et Marc Laffineur (UMP). Le dialogue entre les deux hommes avait été quelque peu houleux dans les semaines qui ont précédé le scrutin. Qu'en sera-t-il cette semaine ?
la rédaction vous conseille

Comme en 2011, dernier scrutin départemental en date (la moitié du Conseil Général avait été alors renouvelée), moins d’un électeur sur deux s’est déplacé pour voter dimanche en Maine-et-Loire.

Très exactement, ils sont 277 317 à avoir glissé un bulletin (y compris blanc ou nul) dans l’urne et 280 930 à ne pas l’avoir fait, soit un taux de participation de 49,68%. C’est malgré tout mieux qu’il y a quatre ans où la participation s’était élevée à 43,54%, mais c’est beaucoup moins bien qu’en 2008 (65,50%) où le scrutin départemental était, il est vrai, jumelé avec une élection municipale.

C’est dans le canton de Cholet 1 qu’on a le moins voté (42,74%) et c’est dans celui de La Pommeraye que les électeurs se sont le plus mobilisés (53,65%). Sur les sept cantons d’Angers, les taux restent très proches de la moyenne départementale.

Pour un tout autre scrutin et pour mémoire, la participation électorale avait été également très faible lors des élections européennes l'an passé (44,74%).

 Voir les résultats du premier tour


Le FN n'a jamais été aussi fort dans le département

Gaétan Dirand, le secrétaire départemental du Front National (à droite) peut sourire devant le préfet de Maine-et-Loire, François Burdeyron : son parti récolte en moyenne plus de 22% des suffrages. Il sera au second tour sur un tiers de cantons.
Gaétan Dirand, le secrétaire départemental du Front National (à droite) peut sourire devant le préfet de Maine-et-Loire, François Burdeyron : son parti récolte en moyenne plus de 22% des suffrages. Il sera au second tour sur un tiers de cantons.
Les explications viendront en leur temps. Le constat, lui, est sans appel : le Front national, traditionnellement bas dans les scrutins du Maine-et-Loire, fait une percée spectaculaire au soir du premier tour.

Présent pour la première fois de son histoire dans l'ensemble des 21 cantons, le parti frontiste sera au second tour dans 1/3 des cas, dans les cantons de Doué-la-Fontaine, Beaupréau, Beaufort-en-Vallée, Longué, Saumur, Segré et Tiercé. Plus encore, dans les autres cantons -hors Angers- les candidats FN obtiennent quasi-systématiquement des scores supérieurs à 20 % des suffrages exprimés, avec des pointes à près de 30 % à Doué-la-Fontaine et Longué.

Mais à Angers aussi, le parti d'extrême droite -jamais en-dessous des 12 %- progresse. C'est particulièrement vrai dans les quartiers de Belle-Beille et Montplaisir.

L'enjeu pour le second tour ? Du point de vue arithmétique, le FN ne devrait pas avoir, au soir du scrutin, d'élus au conseil départemental. Mais à droite, la question du maintien des candidatures va se poser, lorsqu'il y a triangulaire. C'est notamment le cas à Doué-la-Fontaine, où 150 voix séparent le binôme arrivé en tête (Bruno Cheptou et Jocelyne Martin - Union de la gauche) de celui arrivé en 3e position (Alain Lauriou et Colette Gagneux - Majorité départementale), le FN de Benoît Lépine et Simone Matrat s'intercalant. Le patron de l'UDI, Michel Piron, comme l'actuel président du Conseil général, Christian Gillet (UDI) veulent se laisser le temps de la réflexion, et "d'abord joindre nos candidats". Marc Laffineur, la patron de l'UMP 49, ne dit pas autre chose, mais précise tout de même : "Alain Lauriou n'est pas de l'UMP"...

(ajouté lundi 23 mars à 19h15)  Sur Longué, le binôme Michel Ruault/Véronique Chouand Koenig, arrivé en troisième position, a fait savoir ce lundi qu'il se désistait au profit du duo Guy Bertin-Marie Seyeux, condamnant pour ainsi dire toute chance du succès du Front National sur le canton.

La gauche en recul... mais pas encore battue

L'autre fait marquant de ce premier tour de scrutin, c'est le recul net des forces de gauche, encore plus prégnants sur le cantons ruraux. A Angers, le Parti socialiste limite la casse, comme Europe Ecologie Les Verts, qui dépassent même parfois les 10 %. Pour le Front de Gauche, Alain Pagano (PC) analyse même des "résultats bons, voire très bons", avec des scores en moyenne supérieurs à 8 %.

On notera évidemment la qualification de Jean-Luc Rotureau (avec Marie-Hélène Chouteau - Divers gauche) au second tour, aux dépens du binôme validé par le Parti socialiste (Michel Houdbine-Catherine Jamil). Il jouera son siège dimanche prochain face au duo estampillé Majorité départementale, Philippe de la Bigne-Karine Engel.

Même si fondamentalement, les scores ne sont pas bons pour la gauche, Parti socialiste en tête, c'est évidemment au soir du second tour qu'il faudra faire les comptes. Sur de nombreux cantons -triangulaires ou non- l'élection devrait se jouer à peu de choses et établir la teneur du scrutin pour la gauche départementale.

Prime à l'ancrage local

Durant la campagne de ces élections départementales, le curseur a souvent oscillé entre enjeux locaux et nationaux. Si on ne peut nier le vote sanction contre le gouvernement -le score réalisé par le FN est de ce point de vue révélateur- l'ancrage ou non des candidats sur leur territoire a joué un rôle fondamental durant ce premier tour.

Le seul binôme élu dès dimanche soir, le conseiller général actuel Jean-Pierre Chavassieux et Myriam Dubois-Besson (Majorité départementale), est là pour le rappeler sur le canton Cholet 2.

Si l'on excepte le "phénomène" Front national, les élus -souvent municipaux- qui pratiquent le terrain depuis longtemps s'en sont bien sortis. On citera pêle-mêle Philippe Chalopin et Marie-Pierre Martin à Beaufort-en-Vallée (Majorité départementale), ou encore Fatimata Amy et Didier Roisné sur Angers 3 (Parti socialiste).

La preuve que l'élection départementale reste avant tout une élection locale ?

Point et perspectives sur les cantons "angevins"

Sur le canton des Ponts-de-Cé, Philippe Bodard a été largement battu. Le nouveau conseil départemental se passera donc des ses célèbres prises de parole...
Sur le canton des Ponts-de-Cé, Philippe Bodard a été largement battu. Le nouveau conseil départemental se passera donc des ses célèbres prises de parole...
Angers 1

Si le binôme que le président du Conseil général, Christian Gillet, forme avec Frédérique Drouet d'Aubigny n'a pas été élu au premier tour, il peut voir venir au second, avec une avance de plus de 20 points sur son adversaire PS, Florian Chauvin-Nathalie Parent...

Angers 2

Le duel s'annonce serré entre la conseillère générale sortante Norma Mével-Pla (avec Philippe Gaudin - PS) et le binôme porté par la majorité départementale, composé de l'adjoint au maire d'Angers, Gilles Groussard, et de la maire de Bouchemaine, Véronique Maillet. Du point de vue mathématique, les scores élevés des deux autres binômes de "gauche" (Europe écologie Les verts et Front de gauche cumulent 18 %) offrent un léger avantage au PS.

Angers 3

Dans le contexte d'une gauche en recul, la conseillère générale sortante Fatimata Amy et le maire de Beaucouzé Didier Roisné s'en tirent bien, avec plus de 35 % des suffrages exprimés. Ils partiront favoris au second tour, face au binôme de la majorité départementale composé de Michelle Moreau, la 1re adjointe au maire d'Angers, et Frank Poquin.

Angers 4

Avec quelque 100 voix d'avance, le duo emmené par Jean-Luc Rotureau (Divers gauche), conseiller général sortant, devance les PS Michel Houdbine et Catherine Jamil. Suffisant pour rallier le second tour. Certes avec un handicap de 12 points par rapport au binôme Philippe de la Bigne (ancien directeur de cabinet de Marc Laffineur) et Karine Engel, mais avec une perspective de report de voix beaucoup plus importante que leur adversaire. Si le PS appelle à voter pour lui...

Angers 5

Là aussi, un duel serré en perspectives entre Carolien Fel et Marc Cailleau (majorité départementale), qui ont pâti de la candidature dissidente de Valentin Rambault et Elisabeth Mingot (plus de 10 %), et le binôme Sophie Foucher-Maillard et le conseiller général sortant André Marchand, très ancré sur son territoire. Crédité de plus de 19 % sur le canton, le report des voix du FN fera la différence pour l'un ou l'autre.

Angers 6

Rachel Capron et le conseiller général sortant Marc Bérardi (PS) sont en difficulté, opposé au second tour à la paire François Gernigon-Véronique Goukassow. En ballottage favorable, ces derniers devront pourtant bénéficier d'un maximum de report de voix du FN (crédité de plus de 22,5 % des voix au premier tour) pour remporter la mise.

Angers 7

Largement en tête (mais moins que lors du dernier scrutin), le conseiller général sortant et premier fédéral du PS, Grégory Blanc devrait, avec Marie-France Renou, être logiquement être élu. Le binôme sera opposé à Maryse Chrétien et Pascal Houdemont pour la majorité départementale, dans un canton où le FN a réalisé plus de 20 % et le Front de gauche son score départemental le plus élevé, avec 10,60 % des suffrages exprimés.

Chalonnes-sur-Loire

La maire de Chalonnes et leader de l'actuel opposition départementale, Stella Dupont, n'était que remplaçante. Mais le binôme titulaire, composé de Christelle Janneau et de l'écologiste Martial Ruppert arrive en tête, devançant de peu le binôme de la majorité départementale, Marie-Paule Chesneau et Alain Maingot. Duel indécis pour le second tour, avec, encore une fois, la question de l'attitude des électeurs du FN (plus de 20 % au premier tour).

Les Ponts-de-Cé

Philippe Bodard et le conseil général, c'est terminé ! L'ancien maire de Mûrs-Erigné termine dernier des 4 binômes et assistera au duel -sans appeler à voter pour l'un ou l'autre- entre les deux binômes composés de Jean-Paul Pavillon et Brigitte Guglielmi (PS) d'un côté, Régine Arriberrouge et David Colin (majorité départementale) de l'autre. Quelques voix les séparaient au premier tour et là aussi, l'issue est très incertaine.









1.Posté par Muriel C le 23/03/2015 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien contente de se débarrasser de Mr Bodard. Un politicien carriériste fini, nombriliste, intolérant et véritable girouette ! Incapable de gérer des comptes, véritable démago, irrespectueux au possible. En quelques années, il aura perdu tous ses"compagnons" de route par son ingratitude et son mépris.

Au revoir Mr Bobard ! Vous allez enfin voir à quoi correspond le mot travailler maintenant !

2.Posté par Daniel Fleury le 23/03/2015 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je sais bien qu'il s'agit d'appellations "contrôlées" données par la Préfecture, mais il est quand même toujours bon de signaler que le Front de Gauche est en principe un cartel électoral composé de plusieurs partis. Hors, pour le Maine et Loire dans son ensemble, le Pcf, qui n'a jamais été très chaud pour cette union entre 2012 et 2014, se trouve aujourd'hui être seul, le Front de Gauche s'étant ici officiellement sabordé en 2014 après les Municipales. Il s'agit donc d'un faux nez électoral ...















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com