Elections, l'appel au vote du président de l'Université d'Angers


Rédigé par La rédaction d'Angers Mag - Angers, le 03/05/2017 - 07:15 / modifié le 03/05/2017 - 09:08


Dans le concert de prises de position de l'entre-deux tours à Angers, celle-ci n'est pas passée inaperçue. Christian Roblédo, le président de l'Université d'Angers, a adressé un appel au vote à l’ensemble des étudiants et personnels de l'établissement, soit près de 30 000 personnes, pour contrer le Front National. Et choisi de rendre public son texte. Que voici.



Pour Christian Robledo, le président de l'Université d'Angers : "Le devoir de réserve s’efface devant les menaces qui pèsent sur les fondements institutionnels sur lesquels reposent notre Université".
Pour Christian Robledo, le président de l'Université d'Angers : "Le devoir de réserve s’efface devant les menaces qui pèsent sur les fondements institutionnels sur lesquels reposent notre Université".
la rédaction vous conseille
Chers.es collègues, chers.es  étudiants.es,

Nous serons dimanche 7 mai appelés à voter pour le deuxième tour des élections présidentielles. Nous aurons le choix entre deux projets de société.

Si en tant que citoyen je ne peux me résoudre à vivre dans une société où l'extrême droite est au pouvoir, en tant que président d’université il est de mon devoir de dénoncer l’idéologie délétère qu’elle véhicule (repli sur soi, intolérance, peur de l’autre, refus des différences) et qui raisonne comme autant de menaces sur ce qui fait l’essence même de l’enseignement supérieur et de la recherche en France à savoir des valeurs d’humanisme, d’ouverture, de pluralisme et de liberté d’expression.

Déjà en 2002, nous avons été placés devant un tel choix. À l’époque un front républicain s’était réuni pour faire en sorte que le Front National fasse le score le plus faible possible. En 2017, il s’agit de le battre, et il ne sera pas battu en s’abstenant ou en votant blanc. Il nous faut donc aller voter massivement pour que sa candidate ne remporte pas l'élection présidentielle.

Il est parfois des circonstances où, dans la vie d’un homme, les valeurs qui l’ont porté à assumer des responsabilités, l’emportent sur toute autre considération. En m’adressant à vous en tant que Président de l’Université, le devoir de réserve s’efface devant les menaces qui pèsent sur les fondements institutionnels sur lesquels reposent notre Université.

« Se taire équivaut parfois à mentir, car le silence peut s’interpréter comme un acquiescement. Je ne saurais survivre à un divorce entre ma parole et ma conscience. » Miguel de Unamuno (philosophe, Recteur de l’Université de Salamanque, octobre 1936).

Christian Roblédo,
Président de l’Université d'Angers








Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par BILLAUD le 03/05/2017 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Monsieur le Président d'Université, Monsieur la Sommité,Monsieur le Directeur de conscience,

Je ne parlerai même pas de l'éventuel devoir de réserve du fonctionnaire payé par nos impôts.

Simplement une petite remarque quant à l'emploi de la langue française, cette salope fasciste:

Je cite:

"[...] l’idéologie délétère qu’elle véhicule [...] et qui raisonne comme autant de menaces bla bla bla..."

Je pense que vous vouliez écrire RESONNE, et non pas RAISONNE.

Je tenais à vous apporter tout mon so...

2.Posté par leroux le 03/05/2017 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher monsieur, Devons-nous donc continuer d'accepter l'islamisation et l'ensauvagement de notre société ?....je ne parle même pas du niveau lamentable des étudiants, que cela soit en collège-lycée ou en universités, hum....Souhaitez-vous les décébrer plus qu'ils ne le sont déjà ?

3.Posté par BlueMan le 03/05/2017 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Inique et lamentable !

Ahurissant !

Il n'a pas le droit de faire cela. C'est une violation du devoir de réserve imposé à tous les fonctionnaires de l'État. C'est anti-républicain.

Ces gens n'ont aucune éthique. Il sortent déjà du bois, et trahissent leur devoir alors que Marine Le Pen n'est même pas encore élue...

Des collabos du système, des anti-démocrates, des traîtres !

Ce président d'université ne mérite objectivement qu'une seule chose : d'être viré de son poste. Il a franchit une ligne rou...

4.Posté par MarvLSOne le 03/05/2017 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé ce commentaire a été modéré pour non respect de la charte éditoriale du site www.angersmag.info.

5.Posté par esef le 04/05/2017 04:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
deds

1 2














Angers Mag