Elections régionales 2015, les principales réactions du 1er tour


Rédigé par Rédaction Angers Mag - Angers, le 07/12/2015 - 07:49 / modifié le 09/12/2015 - 16:06


De Jacques Auxiette, le (toujours) président de la Région Pays-de-la-Loire à Bruno Retailleau (LR), en passant par Pascal Gannat (FN), Christophe Clergeau (PS), Sophie Bringuy (EELV) etc., voici les principales réactions recueillies auprès des candidats aux élections régionales, au soir du premier tour, dimanche 6 décembre.



Pour Jacques Auxiette, le président sortant de la Région Pays-de-la-Loire, Christophe Clergeau est "en ballotage favorable" pour le second tour et doit aujourd'hui rassembler.
Pour Jacques Auxiette, le président sortant de la Région Pays-de-la-Loire, Christophe Clergeau est "en ballotage favorable" pour le second tour et doit aujourd'hui rassembler.
la rédaction vous conseille
Jacques Auxiette, président de la Région Pays-de-la-Loire :
« Monsieur Retailleau est en tête, ce n’est pas une surprise, mais ce qui était annoncé par la plupart des instituts de sondage ne correspond pas tout à fait à la réalité. Christophe Clergeau fait un bon score et l’ensemble de la gauche totalise des résultats supérieurs à la droite. Par conséquent, Monsieur Clergeau me semble être en ballotage favorable. Il faut donc maintenant qu'il y ait une liste de rassemblement de toute la Gauche, en tout cas celle qui peut se rassembler, notamment Europe Ecologie Les Verts. Mon souhait se résume en "ni extrême-droite, ni droite extrême" et en un rappel à ce qu'est la politique régionale : la politique pour les lycées, l'apprentissage, les communes, le développement économique, la créativité culturelle... Il ne faut pas oublier ces enjeux-là. C'est une élection régionale. Je souhaite que toute la politique conduite pendant douze ans ne soit pas démolie."

Elections régionales 2015, les principales réactions du 1er tour
Bruno Retailleau, liste Les Républicains-UDI-MoDem :
"C'est une vraie dynamique évidemment car la liste du Parti socialiste est très loin derrière nous. On va se battre encore plus, on va porter nos convictions haut les coeurs, fièrement. On va se battre pour les jeunes qui décrochent, on va se battre pour les seniors qui sont en chômage de longue durée, on va se battre aussi pour les PME, pour l'agriculture. Ce que je veux vraiment, c'est l'alternance. Puisque le deuxième tour va se dérouler sous une forme triangulaire, en aucun cas le Front National n'est l'alternative à la gauche. Ca se jouera entre nous -la droite et le centre- et la gauche. Nous représentons la seule alternative au socialisme régional qui est exactement le même que le socialisme parisien de Monsieur Hollande avec son record de fiscalité. On a bien vu ce soir que les masques tombent, Christophe Clergeau qui se présentait comme le candidat du Centre, ce qui faisait bien rire dans les chaumières, veut faire alliance désormais avec les communistes, les écologistes... Ils vont devoir modifier les listes, de petits arrangements entre les deux tours. Nous, nous sommes droits dans nos bottes, nous avons une liste au 1er tour qui sera présentée au 2e tour avec le même projet. La bataille n'est jamais gagnée."

Christophe Clergeau au micro de nos confrères de France Bleu Loire Ocean, dimanche soir à Nantes.
Christophe Clergeau au micro de nos confrères de France Bleu Loire Ocean, dimanche soir à Nantes.
Christophe Clergeau, liste "Tous unis pour les Pays-de-la-Loire..." :
"Ce qui m'intéresse dans une élection, c'est le parcours. Et cette élection se terminera le soir du deuxième tour. Il y a encore une semaine, tous les observateurs nous disaient que les Pays-de-la-Loire étaient acquis à la droite. Aujourd'hui, je fais le troisième score national du Parti Socialiste -plus de 26% des voix-, l'ensemble des forces de gauche est majoritaire en Pays-de-la-Loire. Mon score et ce rapport de force, c'est la surprise des élections régionales. Monsieur Retailleau et la droite traditionnelle reculent et la dynamique est aujourd'hui de mon côté. Pourquoi ? Parce que je suis le candidat qui ressemble aux Pays-de-la-Loire, à ses valeurs, à ce que les femmes et les hommes de cette région construisent au quotidien. Et j'ai cette capacité à dialoguer avec tous, à rassembler au delà de ma formation politique, au delà d'ailleurs du clivage droite-gauche, pour préparer l'avenir de cette région. Le score du Front National est une question qui s'adresse à l'ensemble des citoyens et à l'ensemble des démocrates. Après les attentats du 13 novembre, j'ai lancé un appel à aller voter parce que résister, c'est voter et que je ne veux pas que les habitants des Pays-de-la-Loire se soumettent à cette peur, à cette inquiétude. Nous devons ensemble construire quelque-chose de positif et le Front National n'apporte aucune solution pour l'avenir. Oui, la situation est difficile mais avec qui voulez-vous construire un avenir meilleur ? C'est la question que je pose aux électeurs."
 

Pascal Gannat, la tête de liste Front National, vise un objectif de 25% des suffrages au deuxième tour.
Pascal Gannat, la tête de liste Front National, vise un objectif de 25% des suffrages au deuxième tour.
Pascal Gannat, liste Front National :
"Nous étions à moins de 7% lors des dernières élections en 2010, nous sommes maintenant à plus de 21%. Ca correspond au niveau électoral que nous avions obtenu lors des Européennes puis des Départementales, et ce sont même des scores que nous amplifions. J'ai arrêté la vie politique il y a 15 ans pour me consacrer à ma vie professionnelle, et je suis revenu il y a à peine un an, nommé responsable de la Sarthe par le bureau politique du FN et là, je réussis à conduire, je pense, 17 ou 18 élus du Front National à la Région. Marine Le Pen et le contexte national jouent énormément, c'est une évidence. Mais nous avons mis chacun à notre manière un programme qui corresponde aux attentes de nos électeurs. Je pense que ça a payé. Nos concurrents, ça fait 30 ans qu'ils hurlent aux loups à propos du Front National mais il y a une fable de la Fontaine qui dit qu'à force de hurler au loup, le jour où il arrive, personne n'y croit plus. Les Français sont en train de se rendre compte que nous ne sommes pas des loups. Nous gérons déjà onze villes où il ne s'est rien passé de dramatique. On va maintenant gérer des régions et les Français vont voir que la gestion sera démocratique, pacifique, calme et efficace. Et nous préparerons ainsi, par les actes, la présidentielle de 2017."

Sophie Bringuy (EELV) : "Sur Notre-Dame-des-Landes, (...), j'ai mes convictions, Christophe Clergeau a ses convictions : on a mis un compromis sur la table avec la mise en place d'une étude indépendante en 2016 sur l'optimisation de l'aéroport actuel."
Sophie Bringuy (EELV) : "Sur Notre-Dame-des-Landes, (...), j'ai mes convictions, Christophe Clergeau a ses convictions : on a mis un compromis sur la table avec la mise en place d'une étude indépendante en 2016 sur l'optimisation de l'aéroport actuel."
Sophie Bringuy, liste Europe Ecologie Les Verts :
"C'est un score honorable. On fait partie des quatre listes qui peuvent jouer la partie du second tour. Je me sens responsable des électeurs et électrices qui nous ont choisi pour faire en sorte que l'écologie y soit dûment représentée car oui, il est très important que les résultats de dimanche prochain permettent à des écologistes d'être à nouveau en responsabilité dans la Région Pays-de-la-Loire pour les six ans qui viennent. Ce qui m'attriste autant que le score du Front National, c'est l'abstentionnisme car c'est bien lui le premier parti de France. On a voulu faire une campagne de renouvellement politique, en permettant à chacun de faire des propositions sur une plateforme collaborative et en intégrant plus de la moitié de nos candidats, hors de tout parti politique. Malheureusement, nous n'avons pas réussi à faire entendre ce message. Pour le deuxième tour, notre allié naturel, ce sera bien entendu le Parti socialiste. Ils ont besoin de nous, on a besoin d'eux et il va nous falloir trouver des synergies. S'il y a un accord, c'est essentiel qu'il laisse toute sa place à l'écologie, qui reste l'enjeu du XXIe siècle. Sur Notre-Dame-des-Landes, j'ai été très claire pendant toute la campagne, j'ai mes convictions, Christophe Clergeau a ses convictions : on a mis un compromis sur la table avec la mise en place d'une étude indépendante en 2016 sur l'optimisation de l'aéroport actuel. C'est une demande légitime car cette étude n'a jamais eu lieu pour un projet qui coûterait sept fois moins cher."

Cécile Bayle-de-Jessé (Debout la France) : "Le Front National est un parti qui rassemble tellement de tendances différentes, des royalistes aux anciens communistes, qu'on n'imagine pas qu'un parti comme celui-là puisse gouverner."
Cécile Bayle-de-Jessé (Debout la France) : "Le Front National est un parti qui rassemble tellement de tendances différentes, des royalistes aux anciens communistes, qu'on n'imagine pas qu'un parti comme celui-là puisse gouverner."
Cécile Bayle de Jessé, liste Debout la France :
"Le mouvement Debout la France est un mouvement qui monte et améliore ses scores à chaque élection. On aurait aimé faire plus de 5%, ne serait-ce que pour le symbole. Le Front National et Les Républicains attendent une consigne de vote, je le vois bien mais nous avons un bureau politique à Paris demain matin (ce lundi matin, NDLR) et les choses se décideront à ce moment là. Je suis surprise de la montée de l'UPR, un petit parti qu'on ne connait pas, et bien entendu de celle du Front National pour ce qui représente, pour moi, un vote de rejet et d'inquiétude là où nous proposons un vote d'adhésion pour un mouvement de patriotes. Le Front National est un parti qui rassemble tellement de tendances différentes, des royalistes aux anciens communistes, qu'on n'imagine pas qu'un parti comme celui-là puisse gouverner. Concernant l'abstention, je m'attendais à une réaction après les attentats, ça n'a pas été le cas et ça m'inquiète."

Alain Pagano (PCF) : "On appellera à battre la droite et l'extrême droite, comme on s'y était engagé."
Alain Pagano (PCF) : "On appellera à battre la droite et l'extrême droite, comme on s'y était engagé."
Alain Pagano, liste L'humain d'abord (PCF) :
"Je crois que la démocratie est malade. Du fait d'abord que les hommes politiques ont des actes contraires à leurs discours. Ce n'est pas la première fois que je le dis, il y a un besoin urgent de reconstruire la vie politique, à gauche notamment, pour plus de déontologie et de cohérence entre paroles et actions. Il y a un vrai désenchantement de nos concitoyens. Je ne vais pas vous dire que notre score me rend heureux. On voulait rassembler les déçus de la gauche mais je pense qu'on a été victime d'un mouvement de recentrage sur le parti majoritaire pour faire barrage au Front National. Le score du FN est très préoccupant. Quand un parti fascisant fait des scores aussi élevés dans le pays, c'est que la démocratie est bien malade. On appellera à battre la droite et l'extrême droite, comme on s'y était engagé."

Alain Parisot, liste UPR :
"C'est la première fois qu'on se présente aux élections régionales. Aussi, pour comparer notre score, on se réfère aux dernières élections européennes de 2014 où nous étions présents sur toute la France et avions réalisé 0,42% des suffrages exprimés.
Avec 1,3% aujourd'hui, c'est une progression satisfaisante même si on aurait pu espérer mieux. Mais nous souffrons au niveau national d'une absence dans les médias. Autant les médias régionaux ont fait leur travail, autant les médias nationaux nous ignorent. Pour le deuxième tour, nous sommes le seul à appeler à sortir de l'Union Européenne, de l'Euro, de l'Otan et d'être au dessus du clivage gauche-droite. On ne voit aucun parti sur lequel on peut appeler à voter au deuxième tour. Le FN a proposé 21 variantes sur son positionnement à l'égard de l'Europe et ne s'est engagé à en sortir sur une profession de foi, contrairement à nous. Chaque électeur fera ce qu'il voudra, nous leurs préconisons de plutôt s'abstenir."



















Angers Mag











Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30



cookieassistant.com