Elections régionales : les réactions vues d'Angers


Rédigé par Tiphaine Crézé avec Hugo Checinski et Maxime Pionneau - Angers, le 14/12/2015 - 09:10 / modifié le 14/12/2015 - 17:37


Une mobilisation qui profite à la droite, un appel au rassemblement à gauche et une victoire pour le Front National, voilà comment pourraient être vite résumées les réactions des élus du département de dimanche soir, à la Préfecture de Maine-et-Loire.



Stella Dupont, tête de liste socialiste en Maine-et-Loire, Aymeric Merlaud, n°1 départemental du Front National et Christophe Béchu, sénateur-maire d'Angers.
Stella Dupont, tête de liste socialiste en Maine-et-Loire, Aymeric Merlaud, n°1 départemental du Front National et Christophe Béchu, sénateur-maire d'Angers.
la rédaction vous conseille
La victoire de Bruno Retailleau : « Une prime à l’authenticité »

Avec 43,60 % des suffrages en faveur de la liste conduite par Bruno Retailleau dans le département, les représentants de l’Union de la droite et du centre pouvaient afficher leur satisfaction dimanche soir dans les salons de la préfecture à l'image du député Michel Piron, « évidemment très content[e] du résultat ».

Pour le président départemental de l’UDI, le score réalisé par Bruno Retailleau (Les Républicains) est « une prime à l’authenticité. Il est élu pour ce qu'il a fait, plus que pour ce qu'il dit. C'est quelqu'un de reconnu par ceux qui le connaissent et c'est la meilleure garantie, c'est une belle récompense. »

Michel Piron n’hésite pas à fustiger l'attitude de Christophe Clergeau qui, selon lui « paie sa position pendant l’entre deux-tours, c’est-à-dire son renoncement sur Notre-Dame-des-Landes et ça, les gens ne l'ont pas compris et ils ont eu raison : on ne fait pas de la politique à la godille. »

Michel Piron, président départemental de l'UDI.
Michel Piron, président départemental de l'UDI.
Si tous, à droite et au centre, s’accordent à admettre que le sursaut de participation a profité à la droite et au centre, le sénateur-maire d'Angers Christophe Béchu (LR) n’en oublie pas pour autant le score réalisé par le Front National : « Il faut retenir les enseignements du premier tour. Car si ce vote sanction n'est pas pris en considération, si rien ne change et si la vie politique doit reprendre comme avant sans tenir compte de ce qui s'est passé un premier tour, cela veut dire que cet avertissement n'aura pas été entendu. » 

Un électorat du Front National « perdu et déboussolé », selon Marc Laffineur, le président départemental des Républicains, qui estime qu’il y a désormais « beaucoup à faire au Conseil régional, car les Pays-de-la-Loire ont perdu beaucoup de places, on le sait, notamment sur la question du chômage. »

  « Jouer collectif » à gauche

« Notre bilan à la région est très bon mais manifestement, ça ne suffit pas. C’est la loi de la démocratie et j’ai beaucoup de respect pour cette vieille dame ». Pour Stella Dupont, la tête de liste socialiste dans le Maine-et-Loire, vient maintenant « le temps de l’analyse et de la réflexion ». Pour elle, les raisons de la défaite trouvent plusieurs explications, à commencer par « une très faible mobilisation des électeurs de gauche ».

Grégory Blanc, premier secrétaire départemental du Parti Socialiste.
Grégory Blanc, premier secrétaire départemental du Parti Socialiste.
Autre élément d’explication pour celle qui, il y a quelques mois encore, était la leader de l'opposition de gauche au Conseil départemental : « Ce scrutin a été nationalisé, ce qui est dommageable. »

Une élection qui a pourtant été émaillée, au niveau régional, par la question cruciale de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Enjeu qui a finalement mené Europe-Ecologie-Les-Verts à s’accorder avec le Parti Socialiste de Christophe Clergeau. « Un accord qui satisfait tout le monde », selon Christelle Cardet, n°1 d’EELV en Maine-et-Loire au premier tour, devenue n°3 sur la liste départementale menée par Christophe Clergeau : « J'ai eu la sensation qu'il y avait une véritable compréhension des électeurs face à nos propositions. »

Christelle Cardet regrette le manque de « rassemblement des forces de gauche », à l’instar de Grégory Blanc qui admet que « quand la gauche part divisée au premier tour, c'est compliqué car nous avons besoin d'un programme clair. Il faut jouer collectif ! ». Le premier secrétaire départemental du Parti Socialiste constate par ailleurs que « les deux grands vainqueurs sont l'abstention et le Front National », et appelle au rassemblement : « Il va falloir que les partis républicains dans leur ensemble, c'est-à-dire le Parti socialiste et Les Républicains, se posent les bonnes questions et posent des actes forts. Il faut que l'on ait le courage d'aborder les choses dans l'intérêt général et que l'on arrête les discours de façade. »

Aymeric Merlaud, tête de liste Front National en Maine-et-Loire
Aymeric Merlaud, tête de liste Front National en Maine-et-Loire
Se poser les questions et poser des actes forts, c’est visiblement l’intention d’Alain Pagano, du Parti communiste français. Le meneur de la liste « L'humain d’abord » au premier tour -qui avait apporté son soutien à Christophe Clergeau dans l'entre-deux tours- souhaite « prendre des initiatives afin de reconstruire une gauche volontariste. Se rassembler afin de réaliser le changement promis. »

Front National : « d’un vote sanction à un vote d’adhésion »

Tête de liste du Front National en Maine-et-Loire, Aymeric Merlaud -qui siégera dès vendredi avec 12 autres de ses colistiers- s’est dit « extrêmement satisfait » du score réalisé ce dimanche : « Nous réitérons le score de la semaine dernière. Le vote Front National n'est plus un vote de protestation mais un vote d’adhésion. » 

Même s’il avoue le parti frontiste « un peu déçu » de ne pas remporter de région au niveau national, Aymeric Merlaud relativise : « Nous aurons des conseillers régionaux partout ». Et de poursuivre, avec le sourire : « Le Front National a l'avantage d'être habitué à perdre. Quand on nous vole notre victoire avec des magouilles, des tambouilles dans certains régions, nous progressons..."









1.Posté par barreau le 14/12/2015 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Piron c'est le gars du saumurois qui était prêt à nous faire disparaitre dans la région bretagne....il devrait aller se reposer (retraite) au lieu de dire n'importe quoi !!! c'est ce genre d'individus que les français ne veulent plus.
Un peu comme le gars Laffineur, d'ailleurs.... il y en a plein aussi chez les socialistes...enfin, que des gens qui ont réussi....à nous mettre dans la mouise !!!!















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com