Eloisio Barbosa Pacheco, un artiste brésilien attaché à ses racines


Rédigé par Ralitsa Dimitrova - Angers, le Jeudi 25 Août 2016 à 07:45


Guitariste passionné et sculpteur talentueux, Eloisio Pacheco est un autodidacte brésilien qui a grandi avec la fierté de son pays. Depuis quelques années, il vit en France avec sa famille et a lancé sa carrière de musicien professionnel depuis peu. Ce jeudi 25 août, il se donnera en concert à l'île de St Aubin.



Guitariste depuis plus de 25 ans, Eloisio lance sa carrière en France avec beaucoup d'optimisme. (Crédit photo : Philippe Cadeau)
Guitariste depuis plus de 25 ans, Eloisio lance sa carrière en France avec beaucoup d'optimisme. (Crédit photo : Philippe Cadeau)
la rédaction vous conseille
Eloisio Barbosa Pacheco est un artiste brésilien de 57 ans, amoureux de la culture de son pays. Né à Mimoso do Sul, dans l’état de l’Espirito Santo, il  est le quinzième d’une famille de seize enfants. « Depuis tout petit j’ai été bercé par les rythmes d’Amérique du sud, ma mère jouait de la guitare et mon frère de l’accordéon. Au sein de l’église près de chez moi, j’ai rejoint un groupe de musiciens en jouant du pandeiro, une sorte de tambourin. L'église était souvent pleine et les gens aimaient ce que je faisais », explique l’artiste.

Néanmoins, le véritable coup de cœur musical d’Eloisio a été la guitare. A l’adolescence, il a appris à jouer de cet instrument de façon autodidacte. Aujourd’hui encore, sa guitare n’est jamais très loin. « Quand j’ai eu vingt ans, j’ai décidé de partir explorer le Brésil, qui est un pays de la taille d’un continent. En voyageant, j’ai pu jouer en compagnie de grands musiciens qui m’ont beaucoup inspirés », précise Eloisio.  Depuis son adolescence, l’artiste écoute les poètes et les grands maîtres brésiliens tels que Tom Jobim, Vinícius de Moraes, Toquinho.
"J’aime l’idée de pouvoir vivre de ma passion qui, pour moi, est une forme de thérapie."
En parallèle de sa passion pour la musique, l’artiste développe depuis 25 ans ses talents de sculpteur. Imprégné de l’environnement brésilien, il utilise des matériaux issus de la nature. Ses oeuvres contiennent notamment des pierres précieuses du Brésil, mais également des plumes d’oiseau et des objets chinés. « Les Amérindiens ne cherchent pas à contrôler ou à dominer la nature mais à en faire partie, en respectant la flore et la faune. Ils ne se croient pas supérieurs à ces deux formes de vie », précise l’artiste. Sur la célèbre plage de Copacabana, Eloisio vendait ses créations artistiques tout en jouant de la guitare. C’est sur cette même plage qu’il a rencontré son épouse d’origine française.  En 2009, le couple revient vivre en France, dans un village entre Chemillé et Cholet ; ils sont aujourd’hui parents de deux enfants, tout aussi passionnés par la musique.

Avec ses frisettes noires et son teint hâlé, Eloisio affiche un grand sourire lorsqu’on l’interroge sur ce qui lui plaît le plus dans son métier d’artiste. « J’aime l’idée de pouvoir vivre de ma passion qui, pour moi, est une forme de thérapie. J’ai décidé de tenter ma chance sur scène, de manière professionnelle, uniquement depuis cette année,  les retours sont très positifs et j’en suis ravi. » Depuis début 2015, Eloisio a enchaîné les petites scènes avec sa guitare et les percussions qu’il garde à ses pieds. Sa douce mélodie couverte de chants brésiliens parvient rapidement à séduire le public. Sur scène, l’artiste aime faire des reprises, mais également des compositions personnelles, qui se multiplient  au fil du temps. Ce dont rêverait Eloisio à l'avenir serait de pouvoir voyager à travers le monde, mais également de découvrir le sud ensoleillé de la France...

Ce jeudi Eloisio Barbosa Pacheco se donnera en concert sur l’île de Saint-Aubin, entre 14 h et 17 h. Entrée libre. 


LES TAGS : Angers, Art, Brésil, Concert, Musique










Angers Mag












Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20







cookieassistant.com