Emploi, ces chiffres qui confortent l'apprentissage


Rédigé par - Angers, le 10/07/2013 - 07:40 / modifié le 10/07/2013 - 08:35


En temps de crise, les apprentis de niveau V (CAP) s'en sortent (plutôt) bien. C'est l'un des principaux enseignements de l'étude réalisée auprès de 600 anciens apprentis et rendue publique par la Chambre de commerce et d'industrie de Maine-et-Loire. Un nouvel argument de poids pour tous ceux qui défendent les vertus de la formation par alternance.



Emploi, ces chiffres qui confortent l'apprentissage
la rédaction vous conseille
Dis, c'est comment la vie après l'apprentissage ? Depuis plusieurs années, un observatoire recense puis analyse les informations sur les parcours professionnels des jeunes passés par tous leurs centres d'apprentissage des cinq Chambres de commerce des Pays-de-Loire. Une manière très concrète de tenter d'évaluer, et adapter au besoin, les formations qu'elles délivrent.

En 2010 déjà, un premier panel d'apprentis avait été interrogé au niveau régional sur les niveaux 5 (CAP), 4 (BP, Bac Pro) et 3 (BTS). Trois ans plus tard, la Chambre de commerce de Maine-et-Loire vient de rendre publique mardi une étude centrée cette fois-ci uniquement sur les jeunes sortis de ses centres d'apprentissage en 2007, 2008 et 2009 avec un niveau V, équivalent soit à un CAP, une mention complémentaire ou un BEP Vente Action Marchande.

Au total, 660 jeunes représentant donc trois générations d'apprentis (vente, coiffure, tourisme, hôtellerie-restauration, bijouterie, automobile) ont répondu, par téléphone, aux questions de la CCI. "Nous avons eu seulement 7% de refus, ce qui est assez remarquable. L'accueil a été en général très bon car tous ces apprentis sont reconnaissants qu'on prenne de leurs nouvelles" indique Lorissa Burlot, la responsable du service étude de la Chambre de commerce.

Mais plus que ces marques d'attention, c'est bien la teneur des réponses qui donne aujourd'hui satisfaction aux responsables de la CCI, Eric Groud, son président en premier lieu. Pourquoi ? Parce qu'elle confirme les atouts en terme d'employabilité des personnes formées en alternance.

De bons résultats d'insertion

"Combien de temps avez-vous mis pour trouver un premier emploi ?" (source : CCI Maine-et-Loire)
"Combien de temps avez-vous mis pour trouver un premier emploi ?" (source : CCI Maine-et-Loire)
Ainsi, 59% des sondés sont entrés dans la vie active après leur formation (36% ont poursuivi leurs études, 5% ont effectué une période d'inactivité) dont 80% ont trouvé un travail moins de six mois après et 29% dans leur entreprise d'accueil. Plus de deux sur trois ont précisé que le poste trouvé correspondait à la formation qu'ils avaient suivie, et 77% qu'il correspondait à leurs attentes.

Sur le gros tiers qui a choisi de poursuivre leurs études, 86% le justifient par le souhait d'acquérir un nouveau diplôme ou de se perfectionner, 11% (seulement) pour se réorienter.

De façon générale, sur l'ensemble des sondés, 31% déclarent ne pas avoir connu de période de chômage et 38% avoir trouvé du travail en moins de six mois. Concernant la mobilité, pas de surprise, 57% confirment avoir changé plusieurs fois d'employeurs.

Au final, 66% d'entre-eux occupent aujourd'hui un emploi (43% en CDI, 13% en CDD, 10% autres) et 12% sont en poursuite d'études. 17% sont au chômage et 5% déclarent être sans emploi et ne pas en chercher.

Evolutions et confiance en l'avenir

Niveaux et évolution de rémunération depuis la sortie de formation jusqu'à aujourd'hui (source : CCI de maine-et-Loire)
Niveaux et évolution de rémunération depuis la sortie de formation jusqu'à aujourd'hui (source : CCI de maine-et-Loire)
L'autre principal enseignement de l'étude a trait à la confiance que semblent dégager les personnes passées par l'apprentissage, en dépit du contexte économique actuel. Ainsi 75% déclarent qu'ils referaient la même formation, justifiant leur réponse par la qualité de la formation, de leurs enseignants, et pour l'expérience engrangée.

Côté rémunération, c'est peut-être le point qui laissera sur leur faim certains observateurs, l'étude indique qu'elle a progressé par rapport à leur premier emploi mais pour, à fortiori, une minorité des sondés. Pour autant, pas de quoi manifestement les décourager.

Interrogés sur leur sentiment vis à vis de leur avenir professionnel, 77% se déclarent pas du tout ou peu inquiet. Et 47% expriment une envie de créer ou de reprendre une entreprise, particulièrement dans les secteurs de la coiffure et de l'hôtellerie-restauration. Près de 300 créateurs potentiels d'entreprise, on comprend mieux aussi la satisfaction des responsables de la Chambre de commerce.

"Ces résultats prouvent que l'apprentissage est une belle réponse au chômage et contribue à insérer durablement les jeunes, commente Eric Groud, Elle signifie aussi que dans l'adversité économique, les jeunes ont plus besoin de transmission par l'exemple, que par les discours."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com