En Tanzanie, Damien a fait rebondir sa vie


Rédigé par - Angers, le 02/10/2014 - 08:13 / modifié le 03/10/2014 - 07:56


Formé au management commercial à Angers, il a trouvé sa vocation sociale en 2012 en Tanzanie. Damien Sellier, 28 ans, y dirige désormais une école ouverte aux enfants les plus pauvres. Séquence « détermination ».



L'association se déplace dans les orphelinats de la ville pour organiser des animations sportives, en photos les enfants du centre "Tumaini" qui accueille près de 50 enfants. Damien Sellier est debout à gauche sur la photo (photo AAJDT).
L'association se déplace dans les orphelinats de la ville pour organiser des animations sportives, en photos les enfants du centre "Tumaini" qui accueille près de 50 enfants. Damien Sellier est debout à gauche sur la photo (photo AAJDT).
la rédaction vous conseille
Depuis plus d’un an, de vrais ballons de foot font courir les enfants d’Usa River, petite ville de la banlieue d’Arusha, la touristique capitale de la région du même nom située au nord de la Tanzanie. Sur le site internet de l’Association d’aide au développement pour les jeunes tanzaniens (AADJT), les verts d’Usa Academy arborent fièrement leurs maillots siglés « Carrefour Grand Maine ». La grande distribution angevine n’est pas seule à l’honneur. Les responsables de l’entreprise Gesbert Déménagement de Saint-Lambert-la-Potherie pourront vérifier que les Fikiria Kwanza assurent leur notoriété jusqu’au pied du Kilimandjaro…

Automne 2012. SCA Angers, Sporting Club Gemmois, ASI Mûrs-Erigné, SC Beaucouzé… Damien Sellier fait le tour des clubs de foot de la région – il a joué dix ans à l’Intrépide d’Angers - avec une idée fixe en tête : retourner le plus vite possible en Afrique. Pour le compte de l’organisation de volontariat britannique Projects Abroad, il vient de passer trois mois à enseigner le sport dans les écoles publiques d’Usa River. Une révélation : « Je sortais d’une année sabbatique, rien ne me retenait trop à Angers. La Tanzanie m’a tout de suite plu. »

Hébergé chez un leader de la communauté locale, Damien découvre un peuple « accueillant et pacifique », une culture, une langue - le swahili – et un système scolaire précaire. « Cent élèves à occuper sur un terrain de foot, ça fait drôle au départ et puis on s’organise » sourit-il. Titulaire d’un BTS de management commercial, refroidi par ses premières expériences professionnelles en France, le volontaire angevin se dit que cette mission est une chance à saisir.

De retour à Angers, il mobilise famille et amis pour créer sa propre association et donner corps à un projet : « Monter des championnats pour faire se rencontrer les jeunes écoliers d’Usa River et fédérer les établissements et les éducateurs. »

"Je sais pourquoi je me lève le matin. Je suis heureux."

Damien Sellier, lors de son retour à Angers en août dernier.
Damien Sellier, lors de son retour à Angers en août dernier.
Retour en Tanzanie en février 2013 avec maillots, chasubles et ballons, le projet rencontre l’adhésion et s’étend aux enfants et ados des rues. Parallèlement, Damien s’installe volontairement dans un village à l’écart d’Usa River, « sans eau, ni électricité », où il croise Wema, une jeune autiste, qu’il décide de parrainer.

En janvier dernier, une nouvelle rencontre l’encourage à aller plus loin : un professeur d’université le sollicite pour l’accompagner dans un projet d’école ouvert aux enfants déscolarisés des villages les plus reculés de la région. Banco ! « J’ai commencé à sonder et démarcher les familles, en veillant à bien évaluer lesquelles étaient le plus dans le besoin » raconte Damien.

Pour 1,5€/mois et 5€ pour l’uniforme, une centaine d’élèves de 3 à 7 ans y suivent les cours dispensés par quatre enseignants : « L’asso a pris en charge leurs salaires et ceux de la secrétaire et d’une cuisinière, il y en a pour 250€ par mois. » Un peu plus en réalité : 6 à 10 jeunes orphelins intégreront le centre à cette rentrée. De quoi donner du grain à moudre aux relais angevins de Damien qui ne ménagent pas leur peine pour solliciter parrainages et dons. Une double motivation ici et là-bas : « Beaucoup de gens s’activent autour de moi, c’est une chance. Mais je sais pourquoi je me lève le matin. Je suis heureux. » Le 13 septembre dernier, Damien a repris l’avion pour la Tanzanie.

www.aadjtanzania.org – Tél : 07 81 71 51 38






Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par laurent le 02/10/2014 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bravo jeune homme : dans un monde de plus en plus tendu, agressif, intolérant, vous allumez une petite flamme qui brille dans la nuit du genre humain...

2.Posté par Eva Novert le 12/10/2014 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais tu n'as pas l'impression de t'être fait avoir par cette agence de voyage qu'est "projects-abroad" ?
2000 euro / mois voyage non compris et rien pour l'asso locale, c'est pas un peu de cher ?









Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com