Energie, un débat qui ne décolle pas


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers, le 14/11/2012 - 07:30 / modifié le 14/11/2012 - 07:30


C’était une première en France ! Les Greniers Saint-Jean ont accueilli mardi soir le premier des cinq débats citoyens qui doivent avoir lieu en Pays-de-la-Loire sur la question de l’énergie. Des « états régionaux » phagocytés par la polémique autour de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.



Essaimés dans le public, les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont manifesté en levant des pancartes au cours des échanges
Essaimés dans le public, les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont manifesté en levant des pancartes au cours des échanges
la rédaction vous conseille
Une chose est certaine : il a bien été question d’énergie, mardi soir, dans les murs des Greniers Saint-Jean. Mais c’est bien celle déployée par les opposants à l’installation de l’aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes qui a pris le pas sur le premier des cinq débats programmés dans la région, malgré une belle affluence (150 personnes).

Bonnets vissés sur la tête, grande banderole jaune floquée – « Ayrault, atterris : arrête ton projet, sauve le climat » -, une dizaine de policiers en guise de nounous… Le comité d’accueil du président de la Région, Jacques Auxiette et du maire d’Angers, Frédéric Béatse, était coloré. Mais c’est quasiment la seule note de couleur de la soirée car le grand débat annoncé sur l’énergie n’a pas eu lieu.

La faute, d’abord, au protocole, qui a vu défiler sur le podium les représentants des collectivités, rappelant les objectifs et les modalités d’organisation (Etat, Région) ou égrenant les réalisations locales (Ville d’Angers). La faute, ensuite, à la trentaine d’opposants à Notre-Dame des Landes essaimés çà et là dans l’assistance et bien décidés à faire entendre leur voix, au micro (voir par ailleurs) ou en levant des affiches à chaque intervention officielle à la tribune.

"Quels sont les modes de vie que l'on veut avoir ?"

Que retenir finalement, de ce débat, qui devrait irriguer les ateliers organisés par le Conseil régional, en même temps que la réflexion nationale sur le sujet de l’énergie ? Sans doute les interventions de Pierre Radanne, ancien président de l’Ademe et patron du bureau d’études en énergie et climat, Futur facteur 4. Missionné par la Région, il s’est attaché à réaliser un diagnostic de la consommation énergétique en Pays de la Loire, base de départ de toute réflexion.

« Le débat doit apprendre à être lent », insiste l’expert énergie-climat, mettant inconsciemment à mal la portée de la réflexion nationale engagée hier soir : au niveau régional ou national, de grandes orientations seront prises en 2013, après –seulement- un an de débats.

L’alimentation –de la production à la consommation- et le confort individuel (en gros le chauffage dans les habitations) représentent à aux seuls 52 % de la consommation énergétique dans la Région. « En s’appuyant notamment sur ces chiffres, il faut se poser la bonne question : Quels sont les modes de vie que l’on veut avoir dans le futur ? », insiste Pierre Radanne.

Dans le public, en dehors du cas Notre Dame des Landes, l’idée fait son chemin et installe (enfin) le débat. Il est question de gaz de schiste (vivement les recherches ad hoc), d’aides publiques à la réhabilitation (et l’angoisse, notamment chez les bailleurs sociaux, de voir la TVA augmenter à nouveau), d’éducation ou de taxe kérosène.

Parce que ça reste le nerf de la guerre, l’argent, sans lequel toute transition énergétique est impossible, s’invite également aux Greniers. Dans le courant de l’année 2013, la question du financement des différentes actions sera mise sur la table, aux niveaux régional et national, avec les banques », assure Jacques Auxiette. Pour enfin faire décoller la révolution énergétique.









1.Posté par Charles le 14/11/2012 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A noter que l'éolien n'a pas été abordé: sujet trop conflictuel que les élus préfèrent faire avancer sans informer les populations;

2.Posté par Jeannie le 14/11/2012 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Franchement, excellent débat, et le jeune monsieur blond qui prenait les notes était CANON.















Angers Mag