Et Fukushima dans tous ça ?


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 20/05/2011 - 08:20 / modifié le 20/05/2011 - 19:20


Alors qu’on nous rabat les oreilles à longueur de journaux radio et TV avec l’affaire DSK, la grossesse de Carla Bruni-Sarkozy ou le Festival de Cannes, on en oublierait presque qu’à l’autre bout de la planète se joue une partie bien plus inquiétante : la mise en sécurité de la centrale nucléaire de Fukushima.



La centrale de Fukushima, lourdement endommagée (Photo extraite d'un reportage TV)
La centrale de Fukushima, lourdement endommagée (Photo extraite d'un reportage TV)
Les affaires de mœurs qui se traitent à coup de millions de dollars, les potins de l’Elysée ou en encore les paillettes des stars sont certainement plus juteuses que le scénario du pire qui se réalise actuellement au Japon. Si le sujet pourrait faire un excellent film pour le prochain festival de Cannes, pour l’heure nous ne sommes pas au cinéma, le cauchemar japonais est loin d’être terminé.

Plus de deux mois après le séisme et le raz de marée qui ont gravement endommagé la centrale de Fukushima, des hommes luttent toujours, au péril de leur vie pour essayer de faire en sorte que dans le réacteur N°1 le combustible radioactif ne perce pas la cuve et endommage durablement le sous-sol et les nappes phréatiques.

Selon nos dernières informations, l’opérateur TEPCO, qui gère la centrale nucléaire de Fukushima, aurait admis que la situation est loin d’être sous contrôle. Sur place malgré les tonnes d’eau déversées dans la cuve pour refroidir le combustible, on se demande si le fond de la cuve résistera encore bien longtemps. L’eau fuit à travers les fissures de la cuve, laissant le combustible à l’air. Si TEPCO affirme que les barres se seraient simplement déformées, les experts internationaux sont moins rassurants. Selon ces derniers, une telle situation conduit plutôt vers la fusion du combustible formant ainsi un bloc, le corium, d’une chaleur telle qu’il pourrait percer la cuve. Ce corium se rependrait ensuite dans le sous sol avec toutes les conséquences que l’on imagine.

TEPCO qui n’a d’ailleurs pas démenti cette situation continue à arroser le réacteur et à colmater les brèches avec du béton, espérant ainsi stabiliser la situation avant la fin de l’année. Mais rien n’est sûr, sachant qu’il faut à tout prix éviter cette fusion et les fuites radioactives avant la construction d’un sarcophage en béton, comme à Tchernobyl, dont les travaux pourraient démarrer en juin. Encore un lourd héritage pour nos enfants. Ces derniers devront apprendre à gérer ces bunkers afin d’éviter tout risque nucléaire dans le futur. Et quand on connaît la situation de la centrale ukrainienne on peut se montrer inquiet.

L’affaire est donc loin de se terminer et ce n’est pas l’écran de fumée médiatique de ces jours derniers qui doit nous faire oublier que le risque nucléaire est toujours bien réel.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par A. Lauvergeon le 23/05/2011 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La remise en mémoire de ce désastre nucléaire est plus qu'importante et nécessaire, parce que ce n'est effectivement pas un sujet du passé, ni même seulement un sujet du présent, mais bien un problème pour le futur.
Un suivi régulier est un devoir d'information.

2.Posté par Yannick Sourisseau le 23/05/2011 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour et merci Madame Lauvergeon d'avoir pris le temps de vous intéresser à ce que nous écrivons.

Vous pouvez compter sur nous, nous n'avons pas l'intention d'oublier pareille catastrophe et nous continuerons à informer les internautes sur les risques du nucléaire. Je suppose que de votre coté vous en tirez des enseignements pour faire en sorte que le nucléaire, que l'on soit pour ou contre, ne présente pas de danger pour les terriens que nous sommes.

Merci de votre collaboration.








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com