Et si c’était le début.


Rédigé par yannick Sourisseau - Angers, le 18/02/2009 - 12:02 / modifié le 28/02/2009 - 08:55




Et si c’était le début.
Au fil de mes humeurs, ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas un révolutionnaire dans l’âme et que ce n’est pas ce genre de situation extrême que j’approuve. Et pourtant à voir ce qui se passe dans notre triste monde on se demande parfois si ce n’est pas la solution.

Prenez l’exemple des Antilles Françaises, ces îles paradisiaques pour ceux qui ont la chance d’avoir un peu d’argent pour y passer leurs vacances. Un paradis, peut-être, mais pas pour tout le monde. A force de se faire exploiter par quelques familles richissimes, lesquelles possèdent 80% des ressources économiques des îles (plantations, rhumeries, supermarchés, stations service, etc …) et voir défiler des hordes de touristes, le portefeuille bien rempli, nos concitoyens Antillais se révoltent.

Au fond, pour eux, descendants d’esclaves africains, la vie n’a pas changé. Même si le racisme n’est certainement plus de mise, il y a en bien quelques uns qui doivent encore les considérer comme des esclaves à peine bons à cueillir leurs bananes. Sous payés et obligés d’acheter à prix fort de quoi se nourrir, ce qui au demeurant ne gène pas les grosses fortunes et les touristes, leur mouvement d’humeur semble alors tout à fait justifié.

Et en métropole, nos dirigeants regardent cela d’un œil compatissant. Ces braves antillais se révoltent ? Mais que réclament-ils ? « Ils ont le soleil, les plages, les fruits à volonté, le rhum planteur, ...». Mais savent-ils qu’ils n’ont que faire des produits pour touristes. Eux, ce qu’ils veulent c’est vivre normalement et pas survivre.

Mais si c’était le début de la révolte des plus pauvres, commencée au paradis pour se terminer dans l’enfer des grandes villes, chez nous, en métropole ? Cela devrait inquiéter nos grands patrons, nos ministres, notre chef d’Etat. Et pour l’instant, en dehors d’envoyer quelques cohortes de CRS, rien de nouveau à l’horizon. Les pauvres deviennent de plus en plus pauvres et les riches perdent quelques Euros. Pas de quoi se plaindre, n’est-ce pas ?


LES TAGS : humeur

















Angers Mag











Angers Mag : L'aéroport d'Angers Marcé replie (en partie) ses ailes: Réunis en séminaire, en fin de... https://t.co/XND8g7qu0S https://t.co/AMbWr4PUM3
Lundi 16 Janvier - 19:27
Angers Mag : Les Archives redonnent vie au « Temps des Seigneurs »: Les Archives départementales... https://t.co/Z3J4HkRUMy https://t.co/pplyNKZENv
Lundi 16 Janvier - 07:52
Angers Mag : Salon : le Sival bien enraciné à Angers: Alors que d’autres sont en difficulté, le Salon... https://t.co/polQ44JjIe https://t.co/XMplIlQfNT
Lundi 16 Janvier - 07:32
Angers Mag : Angers SCO : le dos rond: Face à une équipe des Girondins de Bordeaux, comme elle, au... https://t.co/Om4sakVLQN https://t.co/2SQZlvw9n9
Dimanche 15 Janvier - 11:18



cookieassistant.com