Européens : paresseux ou amoureux du temps libre ?


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 20/07/2010 - 11:34 / modifié le 21/07/2010 - 13:49


Selon les américains, les européens qui ont plus de vacances, sont souvent en arrêt maladie et partent en retraite plus tôt, seraient tout simplement allergiques au travail. Rien de plus faux, souligne le très sérieux « Groene Amsterdammer », même si celui-ci estime qu’avec la crise les européens devront inévitablement changer de train de vie.



Européens : paresseux ou amoureux du temps libre ?
Les Européens sont-ils paresseux? Ou les Américains sont-ils fous ? » c’était le titre d’un article d’opinion publié par la Banque centrale d’Angleterre en 2006. A cette époque où l’économie américaine était encore florissante, notre réputation était bien ancrée outre Atlantique.

Selon l’auteur de cet article, il était important de se pencher dans un premier temps sur l’utilité de travailler. Au fond, pourquoi travaille-t-on ? A cela un économiste du nom de Thorstein Veblen avait semble-t-il répondu en 1899 dans un livre intitulé « Théorie de la classe de loisir ». Selon ce dernier, les gens travaillent pour survivre mais surtout pour s’affirmer socialement. L’idée serait toujours d’actualité aux USA, ou l’on montre de façon ostentatoire la classe à laquelle on appartient, moins en Europe où, même si l’on aimerait faire fortune, on préfère les congés payés au travail. Mais cela ne fait pas pour autant de nous des allergiques au travail.

Cette idée est renforcée par les statistiques de l’OCDE qui prouvent, chiffre à l’appui, que l’Américain travaille en moyenne 25 heures par semaine, alors que les Français, les Belges et les italiens travaillent 17 heures. Ces derniers et notamment les néerlandais et les Allemands auraient deux fois plus de vacances que les Américains, lesquels seraient 43 % à travailler entre 60 et 65 ans. Chez nous seulement 12% de cette tranche d’âge travaille encore. La réforme des retraites, laquelle devrait augmenter l’âge légal de départ, fait sourire aux États Unis.

Selon Andrew Moravcsik, politologue à Princeton et collaborateur du journal Newsweek, « le fait que les européens travaillent moins n’est pas lié à la paresse. Ils sont bien capables de travailler plus mais ils choisissent de passer plus de temps libre en échange d’argent ». En clair nous nous donnons les moyens de passer du bon temps. Ce que ne savent pas faire nos amis américains, lesquels travaillent plus pour gagner plus (Ça rappelle quelque chose…), toujours pour se hisser au sommet d’une catégorie sociale, voire passer à celle au dessus, sans vraiment chercher à profiter de la vie.

En fait l’européen paresseux est purement imaginaire d’autant que cette notion d’allergie au travail est souvent évoquée entre les habitants du nord et du sud de l’Europe, les premiers accusant les seconds d’être des fainéants. Et pourtant les Espagnols et Portugais actifs font plus d’heures que les Néerlandais. Le problème vient surtout du fait qu’en Europe du Sud, les inactifs sont plus nombreux que les actifs.

« En Europe beaucoup font endosser leur temps libre à d’autres », affirme l’économiste britannique Simon Tilford du centre de réflexion Centre for European Reform. « Certains réclament, au nom de la justice sociale, des retraites anticipées pour lesquelles ils n’ont pas cotisés. C’est une absurdité ». Selon ce dernier le modèle économique européen, dans lequel on échange de l’argent contre du temps, serait en danger, car il doit être soutenu par une source stable de croissance économique. Actuellement les gouvernements européens ne génèrent pas de la croissance. Ils font des économies alors qu’ils devraient plutôt augmenter la productivité, ce qui n’est pas, selon Tilford, la solution pour l’Europe. « Si les Européens arrivent à accroître leur productivité, ils pourront continuer à cultiver leur amour du temps libre. »

Source : Groene Amsterdammer – Juillet 2010



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01


cookieassistant.com