Fantastic Mr. Fox : Fantastique Mr. Anderson !


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Samedi 6 Mars 2010 à 20:59


Mr. Fox, voleur de poules à la retraite, décide de reprendre du service en tentant son ultime casse, plus ambitieux que jamais, pour enfin avoir la vie de famille dont il rêvait. Mais c’était sans compter sur les redoutables « trois B », qui ne vont guère apprécier les prouesses du cambrioleur aux pattes et au costume de velours.



Fantastic Mr. Fox :  Fantastique Mr. Anderson !
la rédaction vous conseille
Pour son septième long métrage, Wes Anderson ne manque pas de nous surprendre avec « Fantastique Mr. Fox ». Une histoire adaptée du roman « Fantastique M. Renard » de Roald Dahl, qui le passionnait déjà étant petit. C’est désormais nous qu’il captive avec un film d’animation très particulier, reprenant les origines du genre.

Loin des univers parfaits et lisses de chez Pixar, le réalisateur avoue avoir voulu retourner aux sources de l’animation, brute et simple, mais non moins poétique. C’est, en somme, des semaines de stop-motion, de : « On bouge, on prend une photo, on bouge », mais aussi un travail tout particulier sur les décors et les personnages.

Ceux-ci, à mi-chemin entre les animaux empaillés et la peluche articulée, donnent un aspect vivant et beau au film. Mais c’est surtout la photographie qui apporte toute cette magie au film : la séquence se passant dans l’entrepôt de cidre, avec les personnages éclairés à travers les teintes ambrées du cidre, nous transporte littéralement (voir image).

Le sens de la mise en scène de Wes Anderson est bien là. Les fameux tableaux vivants, sorte de signature du réalisateur, sont plus que jamais de la partie. Rappelez-vous, les longs travellings tout au long du train dans « A Bord Du Darjeeling Limited », ou les vignettes dans « La Vie Aquatique ». Ici, ils sont réemployés lorsque Fox subtilise les dindes, les poulets et les bouteilles de cidre (oui, apparemment... les renards aiment le cidre) des trois fermiers. Mais c'est aussi un univers plein de clins d'œil, et une bande son à base de morceaux des Rolling Stones ou des Beach Boys, reconnaissable de l'univers pop et décalé du réalisateur.

Une fois de plus, le cinéaste renoue avec ses précédents films : on retrouve quelques habitués tels que Bill Murray, Owen Wilson et Jason Schwartzman, parmi quelques nouveaux comme George Clooney et Meryl Streep. Mais attention, ils n’assurent que la voix des personnages… Pourtant, on aurait pu penser le contraire en les voyant jouer leur texte en plein champ, ou dans une ferme. Décidément, Anderson est bougrement inventif ces derniers temps : les voix des personnages ont été enregistrées dans les lieux de l’action (excepté peut-être les séquences souterraines, encore que…) pour ainsi donner une atmosphère et une authenticité particulière… Simple, non ?

Pour finir, grattons un peu dans le fond du film… Décidément, Anderson renoue avec ses démons, et reprend le fil conducteur de toute sa filmographie : les liens familiaux, et plus précisément les relations père-fils. On l’a déjà vu évoquer ce thème dans « La Famille Tenenbaum » ou « La Vie Aquatique », mais en peluches habillées, l’approche est tout de suite différente… Il avoue : « Mes thèmes de prédilection ont quand même réussi à reprendre le dessus… Mon subconscient doit être plus puissant que je ne l’imagine. »

Avec « Fantastic Mr. Fox » il parvient à faire réfléchir les adultes, tout en faisant rire les enfants… Futé comme un renard, celui-là !

Maxime.













Angers Mag