Fermeture de l’INAO d’Angers : inacceptable pour les élus


Rédigé par - Angers, le 05/06/2013 - 13:47 / modifié le 05/06/2013 - 23:00


Dans le cadre d'un projet de réorganisation, l'Institut national des appellations d'origine (INAO) envisage de fermer son antenne d'Angers. Président du Conseil Général de Maine et Loire, député, maire et président de l'agglo d'Angers se lèvent tous pour s'y opposer.



Avec 24 AOC viticoles le Maine-et-Loire affiche un véritable attachement pour les labels officiels
Avec 24 AOC viticoles le Maine-et-Loire affiche un véritable attachement pour les labels officiels
la rédaction vous conseille
Sous tutelle du ministère de l'Agriculture, l'Inao est un établissement public chargé de mettre en œuvre la politique française relative aux produits sous signes officiels d'identification de l'origine et de la qualité (AOC, label rouge, IGP, agriculture biologique...). C’est une réforme visant sa réorganisation sur l'ensemble du territoire français qui vient de mettre le feu aux poudres.

Car ce projet, dont la teneur devrait être dévoilée le 11 juin prochain, prévoit de supprimer une dizaine d'antennes dont celle d’Angers. Les onze agents travaillant pour celle-ci seraient répartis vers d’autres sites et notamment ceux de Tours et de Nantes. Suffisant pour faire bondir le monde viticole local et les responsables politiques.

« La fermeture du site angevin est inacceptable et je demande au ministère de l’Agriculture de revoir sa copie », déclarait hier le président du Conseil Général Christophe Béchu, lequel a écrit au ministre, Stéphane Le Foll, le soir même pour lui signifier son mécontentement.

« La suppression de l’antenne d’Angers aurait des conséquences graves pour le département de Maine-et-Loire, qui est le premier en production AOC du Val de Loire et le cinquième au plan national », ajoute le président, ardent défenseur du territoire, comme il l’avait signifié en février dernier lors de sa visite au salon de l’agriculture de la porte de Versailles à Paris.

Pour Christophe Béchu, « le site d’Angers constitue une entité viable, qui a su jusqu’ici mener sa mission avec efficacité, le projet de réorganisation ne tient pas compte du rôle central du département de Maine-et-Loire et du lien nécessaire de proximité avec les acteurs, notamment dans un secteur viticole qui a fait la réputation et l’identité de l’Anjou ». Ajoutant même que pour le coup, Nantes qui profitera de cette restructuration, « n’a à l’évidence aucune légitimité pour être le porte-drapeau dans ce secteur d’activités ».

Avec 24 Appellations d'Origine Contrôlées (AOC) viticoles, ainsi qu’une autre pour la viande Maine Anjou, le Maine-et-Loire affiche une grande diversité et un véritable attachement pour ces labels officiels, auxquels s’ajoute le pôle de compétitivité Végépolys, également installé à Angers qui permet d'établir une synergie entre les différents acteurs, notamment ceux de la filière végétale.

« Pour toutes ces raisons, la proposition de réorganisation territoriale de l’INAO n’est ni cohérente ni pertinente », conclut le président Béchu, appuyant sur le fait que « la fermeture du bureau angevin porterait un coup extrêmement dur au monde agricole, déjà confronté à des difficultés économiques majeures ».

Le député UDI angevin Michel Piron a également réagi à cette proposition du ministère de l'Agriculture. « Cette suppression serait en effet grave et d’autant plus injustifiée que le Maine-et-Loire est le cinquième département français en production AOC et de loin le premier en Pays et Val de Loire », déclare le député dans les colonnes du Courrier de l’Ouest.

Ce mercredi, la ville et l'agglomération d'Angers ont fait part à leur tour de leur opposition ferme au projet, estimant que la ville était "aussi légitime que Tours ou Sancerre pour accueillir l’antenne de l’INAO Val de Loire" . Un argument qu'elles ont déjà fait valoir elles-aussi par courrier au ministère de l'agriculture.






Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Tonton Flingueur le 05/06/2013 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah les fourbes !!! encore un petit tacle par derrière de la part de nos amis nantais...
heureusement, Monsieur Ayrault premier ministre, est là pour défendre notre ville...
Comment, il est nantais ? ah, zut...

2.Posté par mariustr le 06/06/2013 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De toute façon Zéro pointé n'est là que pour se goinfrer sur le dos du CONtribuable, s'octroyer une retraite de ministre... et avoir le toupet de demander des vigiles - payés par l'état - devant sa maison sur Nantes alors qu'il et sensé travailler à Paris.















Angers Mag