Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Samedi 1 Novembre 2014







Festival d’Anjou : Francis Huster est le misanthrope


Rédigé par - Le 19/06/2012 - 13:56 / modifié le 19/06/2012 - 23:09


On le savait capable du meilleur. Hier soir au Plessis-Macé (Angers), avec le château pour seul décor, Francis Huster a présenté au public angevin, avec la troupe de France, un Misanthrope que Molière lui-même n’aurait pas renié. L’art d’haïr le genre humain selon Huster …



Alceste, Célimène et Philinte, hier soir sur la scène du Plessis-Macé
Alceste, Célimène et Philinte, hier soir sur la scène du Plessis-Macé
Convaincu que le Misanthrope qu’il a mis en scène est certainement l’un des meilleurs que l’on soit amené à voir, Francis Huster qui semble haïr la terre entière s’est glissé à merveille, comme on pouvait l’imaginer, dans la peau d’Alceste, le personnage principal de l’une des plus belles œuvres de Molière.

« L’ami du genre humain n’est point du tout mon fait », disait Alceste à Philinte (Francis Perrin), son ami, celui dont il ne comprend pas qu’il puisse au contraire apprécier ce qui l’entoure. Mais Alceste est ainsi parce qu’il aime follement Célimène. « Mais Alceste ne peut pas aimer parce qu’il ne s’aime pas lui-même », déclarait Francis Huster lors de la présentation de ce qu’il considère comme une véritable tragédie, loin devant celles de Shakespeare.

« Le Misanthrope est certainement l’un des plus beaux chants d’amour que l’on ait écrit », expliquait Nicolas Briançon, le Directeur artistique du Festival d’Anjou, en présentant cette comédie, qui inaugurait une semaine du Festival d'Anjou dédiée à Molière.

Sans décor, avec des costumes très actuels, smoking pour Alecste, anorak pour Philinte ou encore pantalon noir et chemise blanche pour Célimène, le Misanthrope d’Huster est certainement l’un des meilleurs que l’on puisse voir, tant il est imprégné de son personnage. Vraisemblablement invivable dans la vie, tout au moins c’est l’image qu’il se donne, il l’est parfaitement sur scène.

Comme il le fut l’an dernier dans Don Juan, sur la même scène, Huster - Alceste est un personnage odieux, vaniteux, à l’égo surdimensionné, faisant partie de ceux que l’on n’aimerait pas compter parmi ses amis. D’ailleurs a-t-il encore de vrais amis, pas sûr ? Sur scène, Francis Huster fait table rase de ses proches, le genre humain étant, comme il le déclare dans le Misanthrope, peu fréquentable.

« Moi, votre ami ? Rayez cela de vos papiers », adresse-t-il à Philinte, lui démontrant qu’il n’a que faire de son amitié. Quant à Célimène qui profite pleinement de la vie, faisant la fête avec quelques jeunes marquis, Alceste préfère fuir que se joindre à cette troupe. L’amour n’étant pas concevable selon lui, sans colère et sans mépris. Il n’arrivera jamais à lui déclarer sa flamme, préférant alors s’enfermer dans la solitude.

Dans ce style du personnage pédant, incompris, Francis Huster excelle, tout comme Philinte – Perrin, totalement opposé, qui essaie vainement de le ramener à la raison. Mais il n’y parviendra pas.

Tout en conservant le texte d’origine, Francis Huster qui se fond dans la peau de Molière, lequel jouait Alceste le 4 juin 1666 au Théâtre du Palais-Royal, a réussi la prouesse de transposer cette comédie à notre époque, grâce aux costumes, mais aussi aux comédiens, à l’exemple des deux jeunes marquis, que l’on imagine plus dans une fête branchée que sur une scène du théâtre classique.

Les comédiens ont l’âge de leur personnage. Ils démontrent que Molière n’a pas pris une ride, les mœurs de la cour de Louis XIV et l'hypocrisie des courtisans sont encore d’actualité notamment dans les milieux où s’enferment de nos jours les célébrités qui défraient la chronique people.




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Simoni Michel le 19/06/2012 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment peut-on dire qu'Alceste est un pédant ? Il ne faut pas confondre pédanterie avec indignation, laquelle est la marque d'une nature intrinsèquement sincère, donc portant la franchise pour flambeau.

2.Posté par florent le 21/06/2012 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette troupe est la conséquence d'une plainte déposée à la cour européenne des droits de l'homme.
La guerre entre le privé et le public se résume en une phrase : professionnels(publics) contre des amateurs (privés). Les écoles privées, qui sont des sociétés privées, sont là pour donner des cours avec des tarifs exorbitants mais amateurs. Qui va payer 300 euros par mois comme au cours Florent pour suivre des cours de théâtre amateur? Surtout qu'en parallèle, il y a la classe libre, l'excellence...

3.Posté par François Arouet le 08/07/2012 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Les comédiens ont l’âge de leur personnage". C'est ce que dit aussi volontiers Francis Huster lui-même. Mais à trente ans près, au moins, pour lui ! L'âge d'Alceste n'est pas précisé, mais il est vraisemblablement un homme jeune, comme ses rivaux les autres amants de Célimène. Rien n'indique qu'il est vieux ni même mûr. A titre de comparaison, l'Arnolphe de L'Ecole des femmes, présenté comme un vieux "barbon" a quarante-deux ans. Francis Huster, lui, à soixante-quatre ans, pourrait aisément ...

4.Posté par jean le 20/09/2012 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
voila un rôle pour lequel francis huster n'a pas eu a se forcer tant il est ce qu'il joue















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com