Festival d’Anjou : Les Cancans de Carlo Goldoniau, au Plessis-Macé, le 4 juillet


Rédigé par - Angers, le 04/07/2012 - 08:18 / modifié le 05/07/2012 - 07:46


Le Festival d’Anjou présente ce mercredi 4 Juillet, à 21h 30, au château du Plessis-Macé, dans le cadre du Concours des compagnies, « Les Cancans» de Carlo Goldoniau. Mise en scène Stéphane Cottin, avec Adèle Bernier, Clément Moreau, Marine Lecoq, Laure Guillem, Aurélie Bargème, Emmanuel Curtil, Marie-Christine Letort, Stéphanie Vicat, Stéphane Cottin, Jean-Pierre Malignon, Jean-François Guilliet, Bernard Malaka



Les Cancans de Carlo Goldoniau, mise en scène de Stéphane Cottin, ce soir au Plessis-Macé
Les Cancans de Carlo Goldoniau, mise en scène de Stéphane Cottin, ce soir au Plessis-Macé
Checchina aime Beppo, Beppo aime Checchina, ils sont jeunes, ils sont beaux, leurs deux familles ont résolu de les marier : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Seulement il y a les ragots, les « on dit » et autres « il paraît que ». vSeulement il y a les cancans…

Dans la promiscuité des ruelles vénitiennes les racontars filent vite, de fenêtre en fenêtre, de confidences en confidences, de bouches bienveillantes en oreilles indulgentes. Et si cette fille n’était pas celle de son père ? Et si cette demoiselle bien « comme il faut » était la fille d’un moins que rien ? Ou pire encore, une bâtarde ?

Certes Goldoni signe avec « les Cancans » une comédie de caractère irrésistible. Mais ne nous y trompons pas : nous sommes loin d’un petit divertissement léger et gratuit. Comédie oui, mais aussi cruelle que débridée, aussi implacablement humaine que loufoque.

Une fois encore le rire fuse, franc et direct mais comme parfait exutoire à la cruauté des rapports humains. Une cruauté qui nous est si familière.

Ainsi, tout en goûtant au plaisir d’un véritable théâtre de troupe, nous nous attacherons avec les douze acteurs des « cancans » à soutenir dans un même élan la puissance comique de la pièce et l’humanité vivace et douloureuse qui en constitue le socle.

Des personnages hauts en couleur bien sûr, mais toujours incarnés au plus juste, au plus près, au plus vrai. C’est de la sincérité, de l’humanité, de « l’honnêteté » des comédiens que naîtra la formidable comédie de situations.

C’est de l’empathie que naîtra une comédie profondément humaine, celle qui touche, celle qui réveille, celle qui provoque un rire qui fait plus que divertir, un rire vers le haut, un rire humaniste. Le seul qui vaille.

« Nous avons choisi de situer l’action dans la Venise des années 50, sa truculence et son apparente douceur de vivre. C’est donc au son de vieux rock and roll, faisant écho tant à l’énergie de la pièce qu’au vertige de l’héroïne face aux rapides volte-face de son destin, que nous plongerons au cœur de l’humanité cruelle et touchante qui constitue l’essence du théâtre de Goldoni », ajoute Stéphane Cottin.

Source EPPC Anjou Théâtre

Réserver ce spectacle pour le mercredi 4 juillet



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20



cookieassistant.com