Festival d'Anjou : ils font aussi le show (1/2)

Festival d'Anjou J-4


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le Vendredi 10 Juin 2016 à 07:45


Il n’y a pas que les comédien(ne)s et les metteur(se)s en scène au théâtre ! Dans l’ombre, de nombreux professionnels participent tout autant à la réussite des spectacles, avant et pendant la représentation. A la veille du festival d'Anjou, nous avons rencontré quatre d'entre eux. Aujourd'hui : Anne-Claire Ricordeau, costumière, et Aurélien Paviot, technicien-régisseur son.



Anne-Claire Ricordeau (photo Ben Ben).
Anne-Claire Ricordeau (photo Ben Ben).
la rédaction vous conseille
Sa grand-mère était modiste et sa mère aimait les travaux d’aiguilles, autant dire qu’Anne-Claire Ricordeau a grandi dans la laine et les boutons. « J’ai toujours été passionnée par les vêtements, la mode, les tissus ». Pourtant, ce n’est pas le premier chemin qu’emprunte la jeune femme à la sortie de son bac. Mordue de théâtre, elle entre au Conservatoire de Nantes en parallèle de sa maîtrise de Lettres.

C’est pendant ses études qu’elle se voit offrir une machine à coudre : « C’est devenu passionnel, voire obsessionnel. Je me suis mise à en faire tous les jours ». Ses diplômes en poche, les projets de théâtre côté scène laissent place aux envies de coulisses. « J’ai alors fait une rencontre importante : celle de la costumière du Jardin de Verre à Cholet, Hélène Lallier. Alors elle m’a appris le patronage, les cols, les poignets…Ma formation technique, je l’ai eu lors de cette transmission ».

Depuis trois ans, Anne-Claire Ricordeau est la costumière attitrée du Théâtre régional des Pays de la Loire (TRPL) – en parallèle d’une activité de création textile, Mademoizelle Zig-Zag. Sur place, elle dispose d’un atelier de confection mais également d’un stock de 1500 costumes pour les compagnies professionnelles ou amateures. « Nous essayons ensemble de trouver des costumes qui correspondent dans le stock. Dans le cas contraire, je les créé ».

Entre les lectures, le décorticage des textes, les essais, la couture ne représente alors que la moitié du temps passé pour confectionner un costume. « On se met au service de la mise en scène en tenant compte de plein de paramètres : le confort des comédiens, les temps dont ils disposent pour se changer… Il faut que les costumes correspondent au caractère et au rang social du personnage : on n’est pas amené à faire uniquement des belles robes. L’important c’est que tout fonctionne sur les comédiens, dans le contexte, avec le décor : que l’ensemble soit harmonieux. Un costume posé sur un mannequin n’a pas de sens en soi. ».
 
Anne-Claire Ricordeau a créé les costumes « L’Affaire de la rue Lourcine » (mise en scène par Patrick Pelloquet), présenté mercredi 15 juin au Château du Plessis-Macé, et de « Petite Rouge » (de Xavier Jollivet et Hélène Taudière), spectacle jeune public, présenté le mecredi 15 juin au Centre culturel René d'Anjou à Baugé, et le mercredi 29 juin au Cargo à Segré.
www.mademoizelle-zigzag.com

​Aurélien Paviot, technicien-régisseur son

Aurélien Paviot dans son studio con-fondé avec Matthieu Matignon et Francois Baron (photo Thomas Jean Langlet)
Aurélien Paviot dans son studio con-fondé avec Matthieu Matignon et Francois Baron (photo Thomas Jean Langlet)
Quand on lui demande ce qui lui plaît le plus dans son métier de technicien-régisseur son, Aurélien Paviot répond « tout ». Avant de préciser : « J’aime travailler dans une certaine liberté (dans les contraintes inhérentes aux contrats que je signe), sur plein de sites différents et plein de projets différents ». Avant d’être intermittent du spectacle, Aurélien Paviot est passé par une école de son au Mans avant d’enchaîner quelques stages au Chabada et des prestations dans une société de location de matériel audio.

Voilà quatre ans qu’il est à la régie générale son du Festival d’Anjou, où son champ d’action est beaucoup plus vaste que la simple console : il y gère le planning des membres de l’équipe, réalise des devis pour le matériel, installe les systèmes pour le son. Car, chose rare au théâtre, face à 1500 spectateurs et en plein air, les comédiens qui jouent au Château du Plessis-Macé sont amplifiés.

« Lorsque les compagnies viennent avec leur technicien, nous facilitons leur accueil. Mais quoi qu’il arrive, il y a toujours un technicien du festival, qui connaît bien le site et le système de sonorisation. Le régisseur de la compagnie n’a plus qu’à envoyer les bandes son ». Et la part de création dans tout ça ? « Lorsque Nicolas Briançon a monté « Paris-Broadway » l’année dernière, nous en faisions partie intégrante : j’ai réalisé le son sur le spectacle ».

Quand il n’est pas sur le Festival d’Anjou, Aurélien Paviot est parfois à la console du Chabada ou sur les routes, puisqu’il a déjà accompagné Vedett, Gérard Pierron et Miossec en live. Entre 2010 et 2012, il a monté un studio d’enregistrement avec François Baron et Matthieu Matignon : Love Island studio. Cherry Plum, The Lemon Queen, Eagles Gift, The Blind Suns, Zenzile ou encore Winston McAnuff y sont déjà passés.

www.facebook.com/Love-Island-Studio












Angers Mag












Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00







cookieassistant.com