Festival d’Anjou, un sexagénaire qui se porte bien.


Rédigé par yannick Sourisseau - Angers, le 04/04/2009 - 09:58 / modifié le 10/06/2009 - 07:35


Le Festival d’Anjou, est avec celui d’Avignon, la plus grande et la plus ancienne des manifestations théâtrales décentralisées en France. Cet événement, qui est désormais devenu incontournable, fêtera cette année en Juin et Juillet, son 60ème anniversaire. Outre une programmation riche de nouveautés, le festival présenté hier par Nicolas BRIANÇON, commémorera comme il se doit cet anniversaire.



Nicolas BRIANÇON et Christophe BÉCHU lors de la conférence de presse
Nicolas BRIANÇON et Christophe BÉCHU lors de la conférence de presse
En 1950, Le préfet de Maine et Loire de l’époque, un certain Morin organise une soirée de prestige au château de Brissac, devant plusieurs ministres. On présentera, sur la terrasse du château, une évocation de Roméo et Juliette. Ce sera le début d’un Festival qui deviendra tout d’abord celui d’Angers, avant de devenir officiellement celui d’Anjou en 1975.

Pour cette 60ème édition, qui aura lieu du 12 Juin au 4 Juillet, le Festival, présenté hier par son Directeur Artistique, Nicolas BRIANÇON et le Président du Conseil Général Christophe BÉCHU, reviendra sur les bords de l’Aubance, puisque le château de Brissac sera l’un des hauts lieux de l’édition 2009. Le Plessis-Macé et, pour la première fois, le château de la Perrière à Avrillé, accueilleront également les tréteaux du festival.

« Le festival d’Anjou, c’est plus de 500 000 spectateurs qui se sont succédés sur les gradins en 59 éditions, 3500 comédiens, 800 techniciens et 25 sites historiques pour 384 spectacles » dira la président BÉCHU en dévoilant l’affiche du 60ème festival. Celle-ci, très futuriste, est l’œuvre d’une artiste peintre autodidacte de Saint Barthélémy d’Anjou : Audrey MARIENKOFF.

« La période est morose et angoissante et nous sommes aussi touchés. Mais nous voulons que ce festival donne envie d’aller au théâtre » dira à son tour Nicolas BRIANÇON, le Directeur artistique depuis 2004, en présentant le programme de l’édition 2009. « Il y aura beaucoup de créations nouvelles, dont certaines éphémères. Découvreur de talents, c’est le rôle du festival ».

Retour aux sources, à Brissac-Quincé

L'affiche du festival 2009
L'affiche du festival 2009
Le Festival débutera par la Nuit des Rois de William Shakespeare, au château du Plessis Macé. « Je ne pouvais rêver mieux. C’est un honneur de mettre en scène une telle pièce » dira avec jubilation, Nicolas BRIANÇON. Le festival restera une semaine au Plessis Macé, avant d’investir le château de Brissac, le 22 Juin, pour une grande soirée anniversaire. « Ce sera une soirée spéciale, « one shot », éphémère, ludique et joyeuse qui retracera les 60 ans du festival en théâtre, musique et chanson » poursuivra le directeur artistique. On y donnera également du théâtre de boulevard avec « une trompinette au paradis de Boris Vian », mis en scène par Jérôme Savary et deux pièces de Molière avec Michel BOUQUET. « Le festival d’Anjou doit être une vitrine du théâtre sous toutes ses formes ».

A partir du 27 juin, le festival s’installera au château de la Perrière jusqu’au 4 Juillet avec notamment en clôture « Ristorante immortale » de la familie Flöz, troupe déjà présente l’an dernier. « Venez les voir, c’est ma grande fierté. Ils reviennent rien que pour nous, pour vous » continuera Nicolas BRIANÇON, toujours très enthousiaste

Le Festival d’Anjou accueillera également, sur le site du Plessis-Macé, les chapiteaux du Festival Chap’pays. Un festival dans le festival qui met à contribution les habitants de la région, dans la conception, l’organisation et l’accueil. Ces chapiteaux accueilleront autour de la troupe « les Farfada », une quinzaine de compagnie de la région des Pays de la Loire, dans des décors réalisés par des plasticiens locaux.

Le festival accueillera également un tambour géant, lequel « permettra de faire résonner les livres » dira Philippe MAHÉ l’initiateur du projet et par la même occasion du « bibliothéatre » qui s’installera à l’intérieur. Cette salle qui permettra de mettre les livres en scène est conçue pour être itinérante. Elle viendra d’ailleurs s’installer en centre ville d’Angers, dans la cour de la Préfecture, et ensuite en tout autre lieu du département selon les besoins.

Enfin le Festival d’Anjou est aussi un lieu de rencontre entre les artistes et le public et des ateliers pour les scolaires, ainsi qu'un jury jeunes : « ce n’est pas du jeunisme, c’est très important que les jeunes s’intéressent au théâtre » affirmera Nicolas BRIANÇON. C'est aussi une exposition sur le festival et surtout une semaine de compétition pour décerner les prix des meilleures compagnies de théâtre. « 60 ans c’est le moment de repartir, de faire de nouvelles choses » dira le Directeur artistique, convaincu, tout comme son Président, que le Festival d’Anjou a encore de beaux jours devant lui.

Pour en savoir + sur le Festival d'Anjou


















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03