Festival de Cannes : cherche place désespérément


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 17/05/2011 - 09:54 / modifié le 18/05/2011 - 21:05


De passage au Festival de Cannes, l’un des plus grands rendez-vous de la planète des professionnels du cinéma, pour y rencontrer les représentants d’un rendez-vous angevin, plus modeste, mais tout aussi intéressant, le Festival Premiers Plans, nous avons cherché à nous faire une place au soleil parmi les nombreux photographes présents sur la Croisette. Dur, dur ....



Jean Dujardin et l'équipe de The Artist lors de la montée des marches, depuis la foule des anonymes
Jean Dujardin et l'équipe de The Artist lors de la montée des marches, depuis la foule des anonymes
la rédaction vous conseille
Ceux qui n’ont jamais mis les pieds sur la Croisette pendant les dix jours du Festival de Cannes passent certainement à coté de quelque chose de peu commun, pour peu qu’ils soient cinéphiles.

La première chose qui frappe en arrivant c’est la foule, mais comme tous les événements de cette taille, renommée internationale oblige, c’est un peu normal. Cannes donne l’impression que la terre entière s’est donné rendez-vous sur le bord de la Méditerranée, et de mémoire d’habitués du Festival, il paraît que cela fait 64 ans que ça dure.

On vient à Cannes, non pas pour prendre la température de l’eau et encore moins de l’air, mais pour se montrer comme les starlettes ou tenter d’approcher et de saisir sur la carte de son appareil photo, l’une des nombreuses stars du cinéma qui participent à l’événement. Alors, au pied du Majesctic, du Carlton ou encore du Martinez, les hôtels de luxe qui ont pignon sur l’avenue de la Croisette, ça se bouscule pour saisir le passage furtif de l’un des occupants des lieux. On guette la ronde des limousines noires, l’ouverture d’une fenêtre, tout est bon pour immortaliser la rencontre avec l’une des stars internationales du cinéma, même avec son téléphone portable.

Et quand celles-ci sont connues, comme hier soir Brad Pitt et Angélina Jolie, ça frise l’émeute. On se monte sur les pieds, on s’invective, tout est bon pour arracher une photo De mémoire de photographe, je n’ai jamais autant croisé de confères au mètre carré. Au point que je n’ose même plus sortir mon matériel.

La forêt d'escabeaux vides après la montée des marches
La forêt d'escabeaux vides après la montée des marches
Le paroxysme de la guerre des images est atteint chaque fin de journée au pied du célèbre tapis rouge du palais du Festival. En cet endroit sévissent près d'un millier de photographes et cadreurs vidéo. Il y a tout d’abord le camp très fermé des 400 photographes accrédités, présents de part et d’autre de l’esplanade qui précède les marches. Pour y accéder il faut bien sûr posséder un badge, s’habiller avec un costume sombre, chemise blanche et nœud papillon de rigueur et surtout être à l’heure car les places sont limitées. Ce sont eux qui vont littéralement mitrailler des stars qui se prennent facilement au jeu.

De l’autre coté de la rue, au pied des limousines officielles qui livrent leurs vedettes du jour, se positionnent les photographes grand public, aussi nombreux que les accrédités. Juchés sur des escabeaux, ils attendent depuis 4 heures l’arrivée des stars. Les places sont aussi très chères. Arrivé tôt, il faut installer son matériel, son parasol pour se protéger du soleil et attendre inlassablement l’arrivée des monstres sacrés.

Une heure avant la séance, lorsqu’ils arrivent, tout ce petit monde s’agite, interpelle les stars, pour qu’elles se retournent, ou comme ce fut le cas de Brad Pitt hier soir, venu serrer les mains de ceux qui étaient au premier rang du public quitte à faire chavirer les cœurs des jeunes femmes. Ah, Cannes, difficile de se faire une place au soleil.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com