Festival des Arts Urbains d’Angers : « mettez un peu d’Artaq dans votre vie »


Rédigé par - Angers, le Samedi 1 Juin 2013 à 09:09


Lancée hier soir, au grand Théâtre d’Angers, la quatrième édition du Festival des Arts urbains Artaq, se présente comme le début d’une nouvelle ère pour des artistes jusque-là peu ou pas reconnus par les collectionneurs d’art. Le « Street Art » est devenu un art à part entière qui s’installe désormais dans les galeries et les musées.



La performance artistique de Painthouse, sur la place du Ralliement à Angers
La performance artistique de Painthouse, sur la place du Ralliement à Angers
la rédaction vous conseille
Cet événement est d’autant plus riche et fort qu’il arrive à combiner deux éléments marquants du territoire angevin : le cadre de vie allié à la découverte de la place de la culture dans ce qui fait notre force et, la dimension participative très forte cette année encore », déclarait hier soir Frédéric Béatse, le maire d’Angers, lors du vernissage du festival.

Celui-ci faisait allusion au travail d’une vingtaine de structures angevines, maisons de quartier, accueils de loisirs, écoles et même détenus de la Maison d’arrêt qui, comme l’an dernier avec le « Yarn bombing », ont réalisé, sous la conduite d’une artiste, une œuvre éphémère installée au cœur de la ville. Cette année, sous la houlette de « Mademoiselle Maurice », ces Angevins ont réalisé plus de 26000 origamis, installés depuis cette semaine sur les marches de la montée Saint-Maurice, ça ne s'invente pas ..., au pied de la cathédrale d’Angers.

« Ce projet participatif fort qui est au cœur de la politique culturelle de la Ville », comme le soulignait le maire, est à contempler depuis la rive opposée de la Maine jusqu’au dimanche 2 juin et plus si le temps le permet.

« Cette année encore, le patrimoine, l’art, la culture, se rencontrent pour créer l’émotion et susciter la création, renforçant ainsi la qualité et le cadre de vie de notre ville », poursuivait avec enthousiasme le maire en soulignant le fait que plusieurs œuvres, celles de Mademoiselle Maurice sur le quai des Carmes, mais aussi la performance de « Lek et Sowat » au pied du château du Roi René, sont installées sur les bords de Maine, rattachant ainsi l’événement au projet Rives Nouvelles dont le plan d’aménagement a été approuvé dernièrement.

Les rives de Maine pour terrain d’expression artistique

L'oeuvre collective de Mademoiselle Maurice sur la montée ... Saint Maurice
L'oeuvre collective de Mademoiselle Maurice sur la montée ... Saint Maurice
« François Grether, l’architecte chargé du projet Rives Nouvelles a proposé un aménagement en forme de plissé. Du pliage au plissé, il n’y a qu’un pas et il a été franchi avec succès », a souligné le maire dont les équipes n’ont pas manqué, une fois de plus, d’associer un événement angevin à ce projet fédérateur qu’est l’aménagement des bords de Maine. « Votre force créative rejoint notre vision stratégique pour ces berges ».

Le Maire a également rapproché ce festival des rythmes éducatifs, les enfants des écoles angevines ayant largement contribué à la fabrication d’origami pour l’œuvre de la montée Saint-Maurice. « Ce projet collaboratif c’est l’arbre qui dévoile la forêt de ce que nous voulons faire autour des rythmes scolaires dès l’an prochain. Nous voulons montrer comment éveiller toute une ville à partir des plus jeunes ».

Visiblement très intéressé par cet événement, le maire a avoué « avoir craqué l'an dernier pour une œuvre, négociée à petit prix », installée désormais dans son bureau et qui ne manque pas de susciter la curiosité des visiteurs, le dernier en date étant Michel Sapin, le ministre du Travail. « Vous avez réussi à mettre un peu d’Artaq dans ma vie de tous les jours », déclarait le maire à l'attention du président Suty.

Amusé par cet intérêt du maire pour le « Street Art », Yves Suty a précisé que le Festival Artaq avait changé depuis l’an dernier, les nominations des meilleurs artistes de la spécialité, les « Artaq Awards », n’ayant pas été reconduites.

« Le Street Art est devenu un art à part entière et reconnu comme tel. Les œuvres sont entrées dans les musées et chez les plus grands collectionneurs », expliquait Yves Suty, démontrant ainsi que ceux qui ont acheté une œuvre les années précédentes, à l’exemple du maire, se sont certainement enrichis. « L’an dernier on parlait des œuvres de la rue qui passaient aux murs des galeries, désormais ça temps à ce généraliser. L’exposition ST.AR.S installée dans le foyer du Théâtre d’Angers, dont les œuvres sont prêtées par des collectionneurs, en est l’illustration » ajoutait le président du Festival angevin.

Le programme du Festival Artaq

Samedi 1er juin

• Dans la journée, performances de Painthouse (Place du Ralliement), Roti, JBC, Lek et Sowat (quais et quartier St Aubin)
Stéphane Ragobert : danse hip hop de 14h/16h Place du ralliement
• 16h Sieste sonore par JLSB, promenade du bout du monde
• 21h Bal funk " Soul'n'pepper " avec la compagnie Engrenages place du Ralliement, en lien avec la compagnie Soulshine
Hugme : photos/calins, devant la façade du théâtre (10h/12h- 14h/18h)

Dimanche 2 juin

• 11h Sieste sonore par JLSB, promenade du bout du monde
• Matinée et début d’après-midi, suite et fin des performances
• 15h Battle Hip Hop au Grand Théâtre, organisée par la compagnie Soulshine – Début de la finale à 18h
Hugme : photos/calins, devant la façade du théâtre (14h/16h)

Les expositions

Depuis vendredi, deux expositions rentrant dans le cadre d’Artaq Angers ont ouvert leurs portes. Une première présente des œuvres exceptionnelles d’artistes majeurs des arts urbains, il s’agit de l’exposition ST.AR.S installé dans le foyer du Théâtre. La seconde est consacrée à une série de portraits signés de Philippe Bonan, « le photographe officiel » de la scène street art et des arts urbains, dans le cloitre du Ronceray.

Expositions ST.AR.S et Philippe Bonan, portraits
Accès libre
Ouverture : du samedi 1er juin au dimanche 15 septembre,
de 10h à 18h30, tous les jours.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag