Feu vert pour la nouvelle télé locale d’Angers


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 12/12/2012 - 17:55 / modifié le 12/12/2012 - 23:12


Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a émis un avis favorable au projet de télévision locale proposé par la SEM Angers Loire Télévision. Seul candidat à l’obtention de la fréquence, celle-ci pourrait "diffuser une première émission" dès février. Frédéric Béatse fait part de sa satisfaction. Et l'opposition, une nouvelle fois, de ses réserves.



Dès le mois de février selon la ville, les angevins pourraient découvrir la première émission de leur nouvelle télé locale
Dès le mois de février selon la ville, les angevins pourraient découvrir la première émission de leur nouvelle télé locale
la rédaction vous conseille
Le feu vert est tombé mardi. Et via son compte Twitter, Frédéric Béatse, le maire d'Angers, n'a laissé à personne d'autre le soin d'annoncer la nouvelle en premier.

Trois semaines après l'audition des porteurs du projet, le CSA, la haute autorité de l'audiovisuel français a donc, comme prévu, accordé la fréquence pour laquelle il avait lancé un appel à candidature, au dossier de télévision locale présenté par la Société d'économie mixte Angers Loire Télévision.

Montée à l'initiative de la ville et de l'agglomération d'Angers qui en seront les principaux financeurs, cette SEM associe une quinzaine de partenaires - entreprises, associations et clubs sportifs, médias - et était, rappelons-le, le seul candidat.

Son projet ? On sait que le budget devrait s'élever autour de 800000 euros. Mais pour en connaître les détails précis, les Angevins devront patienter jusqu'en janvier. C'est du moins ce que précise le communiqué publié ce mercredi par la ville. "(...) une présentation des contenus, de l’équipe, de la ligne éditoriale et du calendrier de lancement sera (alors) organisée pour que les Angevins puissent connaître précisément les programmes" indique celui-ci.

C'est aussi en janvier que devrait être signée la convention de lancement avec le CSA. Après quoi, la nouvelle télévision locale d'Angers aura trois mois pour commencer à émettre.

Sans attendre, Frédéric Béatse savoure ce qu'il considère comme "une excellente nouvelle pour les Angevins et le territoire". "Le CSA a jugé notre candidature sérieuse, équilibrée et conforme à ses exigences. Cette réponse récompense tous ceux et celles qui se sont engagés dans ce projet" a-t-il expliqué, remerciant au passage tous les partenaires du projet.

Indépendance éditoriale : "Mon rôle s'arrête ici" (Frédéric Béatse)

Dans les rangs de l'opposition municipale, et ce n'est pas nouveau, on n'affiche pas tout à fait le même enthousiasme. Laurent Gérault, le premier, réinterroge le choix des collectivités angevines d'investir dans ce projet à l'heure de la crise. "Je continue de penser que le contexte économique, en terme de recettes publicitaires, est complètement défavorable à ce type de projet" estime, de son côté, Gilles Groussard, l'un des porte-parole du groupe d'opposition.

Se demandant pourquoi la même énergie collective n'a pas été déployée pour soutenir un décrochage de France 3 ou de France Bleu, Laurent Gérault, pose aussi la question épineuse de l'indépendance du futur nouveau média. "La concomitance du lancement de cette télé locale (...) et de la campagne électorale aurait pu, voire du, être évitée" estime l'élu centriste. "En dépit des assurances de Monsieur le Maire, j'estime qu'il y a clairement un risque important de télé de propagande" indique aussi Gilles Groussard,

Par anticipation, Frédéric Béatse a répondu à ces critiques dans son communiqué : « Je considère que mon rôle s’arrête ici, avec la décision du CSA », « S’il était de la responsabilité du maire de donner l’impulsion, c’est à l’équipe et à la rédaction de prendre le relais pour définir les contenus des émissions ». Précisons qu'une assemblée générale constitutive est, selon nos sources, convoquée pour le 20 décembre pour former le premier conseil d'administration de la nouvelle société.

Reste pour l'équipe d'Angers Loire Télévision à passer à l'action. On relèvera que les travaux de rénovation nécessaires à accueillir la future chaîne dans le bâtiment Angers Citévision n'ont pas attendu le feu vert du CSA. Engagés courant octobre, ils sont aujourd'hui très bien avancés.

« Nous avons peu de temps pour réunir tous les éléments techniques, mais j’ai confiance pour que tout soit opérationnel en début d’année et que les Angevins puissent de nouveau disposer d’une chaine locale » a précisé Frédéric Béatse.









1.Posté par berthoux le 13/12/2012 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qui sont les éminents membres du conseil d'administration?
Quelles sont les personnes qui assisteront à l'AG ?

2.Posté par Barreau le 14/12/2012 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais pourquoi avoir souhaité créer une télévision angevine ?

Réponse de Monsieur Béatse sur Angers.fr :
-"Depuis de longues années, le Maine-et-Loire est systématiquement sous doté par la chaîne dédiée aux régions, France 3. Mes prédécesseurs et moi-même nous en sommes à de nombreuses reprises émus. En vain. Sans remettre en cause le travail des deux journalistes qui ont pour mission de couvrir tout le département, il existe une gigantesque distorsion de moyens par rapport au traitement réserv...

3.Posté par Restons Zen le 14/12/2012 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Beatse ne peut-être qu'ému.
Ce qui l'intéresse c'est de mettre en place sa propre chaine avec des personnes qui sont complètement à sa solde à l'exemple de Fabrice Gasdon. Vu ce qu'il fait pour la mairie (débats, tables rondes, colloques, etc ), au cours desquels il n'arrête pas d'encenser le maire, le maire n'aura pas de difficulté. Même si sa mission s’arrête à la décision du CSA comme il le dit, il peut compter sur son directeur de rédaction pour lui servir la soupe. Pas de doute s...















Angers Mag