Films d'ici : c'est arrivé près de chez vous !


Rédigé par Cyrille GUERIN - Angers, le Lundi 20 Janvier 2014 à 07:44


Samedi soir, aux 400 coups, dans le cadre de Premiers plans, Films d'ici, extension annuelle de la militante Cinéma parlant, présentait sa 21e sélection de courts métrages cofinancés par la Région. Quatre petits films charmants dont les actions respectives auraient pu arriver près de chez vous.



Films d'ici : c'est arrivé près de chez vous !
la rédaction vous conseille
Je vais partout où le cinéma me permet d'aller", déclarait Isabelle Huppert en octobre 2012 dans les colonnes de Libération. Elle a raison. En tant qu'actrice et en tant que spectatrice sûrement, Huppert ne doit rien s'interdire, et surtout pas les voyages intérieurs, même les plus infréquentables. Car, soyons sérieux et honnêtes : qu'exige-t-on du septième art au juste ? Qu'il nous fasse rêver, passe encore. Mais son rôle, sa raison d'être, c'est de nous transporter, de nous amener au-delà de nos frontières éthiques, de nous embarrasser pour être poli. Gravity est une échographie pro life, vaine et creuse. Les idiots de Lars Von Trier, auquel Premiers plans accorde judicieusement une rétrospective cette année, est, lui, un pur exercice de cinéma. Car il dérange.

Doit-on pour autant mettre sur le même plan de valeurs et de critères plastiques et immoraux un court-métrage dont, en outre, l'économie, pécuniairement parlant, se place à des années lumière du long métrage ? Non, bien entendu. Seulement voilà, ce type de format narratif plus long qu'un simple clip, qu'on le veuille ou non, appartient encore au registre du cinéma. "Encore" car en 2014, qu'est-ce-que le cinéma exactement ? Un long-métrage classique ? Un clip, "Happy", de 24 heures tourné à Los Angeles ? Une série, "'House of cards", diffusée d'un seul tenant sur Netfix?. Les frontières s'effacent et les genres se combinent. On ne s'en plaindra pas.

Quoiqu'il en soit, à sa manière, ainsi que le rappelait samedi soir Louis Matthieu, président de Cinéma parlant et passionnant exégète, conteur de la chose cinématographique, "le court-métrage doit donner une vision du monde, un point de vue". On adhère. Samedi soir, les quatre courts-métrages sélectionnés pour Films d'ici, et subventionnés en grande partie par la Région - la participation de celle-ci a doublé en 4 ans et c'est heureux -, partageaient un dénominateur commun : celui de ne pas transcender la réalité, à l'extraire de sa sordide quotidienneté. A imposer une vision, troublante, du monde. A désobéir.

Que ce soit Le Grand-père de Brad de Christine Paillard explorant la culpabilité d'une mère, Premier matin d'Eric Rouquette narrant un plan cul d'après biture, L'Homme qui avait perdu la tête de Fred Joyeux et son casting 3 étoiles - François Morel et Anne Alvaro, en hommage à l'ami Alain disparu en septembre 2010 ou Nora de Noêl Fuzellier sur les traces d'une Laurence Côte en Erin Brokovitch champêtre, c'est le processus d'identification qui prédominait. On s'est même parfois surpris à sourire devant Premier matin, à la base pièce théâtre d'une heure vingt que le jeune réalisateur voulait rendre moins bavarde. Une création doit-elle nous renvoyer à ce que l'on connaît ? De même, L'Homme qui avait perdu la tête, malgré son graphisme inventif et chiadé- un choix, selon son réalisateur de prendre de la distance, de s'éloigner de l’obscénité, peine à convaincre, à aller au-delà du réel. A nous questionner.

Malgré ces écueils, peut-être, l'une de ces quatre fictions connaîtra-t'elle un destin à la Fabienne Godet dont l'inaugural Un certain goût d'herbe fraîche fut projeté dans le cadre de Fims d'ici. On connaît la suite. Godet était venue en guest lors de l'édition 99 de Premiers plans. Toujours est-il que galvanisés par Films d'ici, la plupart des court-métragistes de la promotion 2014 se sont déjà relancés dans divers projets. Dont un long pour Eric Rouquette. Encore un matin ?

Les 4 courts-métrages seront diffusés ce mardi 21 janvier à 21h sur Angers Télé, accompagnée d'entretiens avec les lauréats.












Angers Mag












Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00







cookieassistant.com