Finances : le Département va devoir trouver de l'air


Rédigé par - Angers, le 17/09/2014 - 17:36 / modifié le 28/09/2014 - 10:30


Le président du Conseil général de Maine-et-Loire, Christian Gillet, a livré sans fard son inquiétude sur la situation financière du Département. "Abandonnée par l'Etat", la collectivité va devoir serrer son budget de fonctionnement pour pouvoir "poursuivre ses efforts dans l'investissement productif" et "tenir ses engagements". Mais l'asphyxie est proche...



Christian Gillet est le président du Conseil général depuis le 28 avril dernier.
Christian Gillet est le président du Conseil général depuis le 28 avril dernier.
la rédaction vous conseille
Rencontre informelle pour un diagnostic formel. Depuis quatre mois qu'il est président du Conseil général (CG) -son unique mandat*- Christian Gillet n'a jamais fait mystère des difficultés financières rencontrées par les départements en général, par celui du Maine-et-Loire en particulier.

Mais à un peu plus d'un mois du vote en session du "véritable" budget supplémentaire de la collectivité, l'élu angevin (UDI) a sorti sa calculette et préfiguré les choix drastiques que devra faire le Conseil général pour maintenir la tête hors de l'eau.

C'est si grave que ça, docteur ? "Il va falloir serrer au maximum les dépenses de fonctionnement pour continuer à investir en respectant notre parole", avance d'emblée Christian Gillet, qui pointe, comme l'avait fait avant lui son prédécesseur au poste, Christophe Béchu, le désengagement de l'Etat en matière de dépenses sociales.

Pour aller à l'essentiel, les diverses dotations de l'Etat vont être inférieures de 12 M€ à celles prévues dans le budget prévisionnel pour 2014. Dans le détail -"nous n'avons reçu les derniers chiffres que fin août"- la péréquation des droits de mutation qui devait permettre au Conseil général de toucher autour de 2M€ lui coûtera en fin de compte 3,6 M€. Même (mauvaise) surprise pour la taxe d'aménagement, avec un rétroversement de 3M€ contre les 6M€ attendus.

Dans le même temps, les dépenses vont augmenter de 10 M€, avec notamment l'augmentation du RSA au 1er septembre. "C'est une bonne chose d'augmenter le RSA, mais les départements ne peuvent en supporter seuls la charge", explique Christian Gillet. Depuis le début de l'année 2014, il y a 800 bénéficiaires de plus dans le département. En entrant ces nouvelles données dans une calculette, la "douloureuse" s'élève, pour le CG, à 150 000€ en plus par mois.

Un budget bientôt infaisable ?

12 M€ de recettes en moins, 10 M€ de dépenses en plus : ça fait 22 M€ à trouver pour boucler le prochain exercice... Résultat -"et c'est le cas dans la grande majorité des Départements"- la collectivité est au bord de l'asphyxie financière. "Durant l'été, 40 présidents de Conseils généraux de gauche ont adressé une lettre au Premier ministre, lui indiquant que, sauf à augmenter l'endettement ou à augmenter les impôts, le budget 2015 serait infaisable", poursuit Christian Gillet.

Concrètement, dans le budget prévisionnel qu'il livrera début février, le Conseil général fera des choix. Sur les budgets de fonctionnement, d'abord, en "ne remplaçant pas tous les départs en retraite. Notre budget de fonctionnement se situera entre -3 % et +0 %", ironise-t-il. "C'est une condition indispensable pour maintenir notre investissement productif et les engagements que nous avons pris auprès des communes". Un investissement qui maintient également la tête des entreprises de travaux publics hors de l'eau...

S'il y a un engagement que le Département ne tiendra pas, c'est celui du désendettement. "Nous avions prévu de le faire, à hauteur de 2 à 3 M€ dès cette année. Mais c'est tout simplement impossible", regrette Christian Gillet. Au contraire, déjà endettée à hauteur de 444 M€, la collectivité va devoir emprunter 9M€ de plus, soit une ardoise de 453 M€ (l'encours de la dette passant de 8 à 10 ou 11 ans).

Patrimoine à vendre

Devant l'ampleur des économies à effectuer, le Conseil général a également commencé à regarder du côté de son patrimoine. Propriétaire de 150 lieux différents dans le département ou ailleurs (immeubles, terrains, forêts, fermes, châteaux...), la collectivité va mettre en vente progressivement ce véritable trésor de guerre. C'est déjà fait pour l'Hôtel Bessonneau, à Angers, ce sera bientôt le cas pour la forêt de Boudré, près de Seiches-sur-le-Loir ou de la galerie Vivienne, à Paris, dont elle possède 25 % des parts.

De la même manière, "sur l'agglo d'Angers, les services travaillent sur 11 sites différents. A terme, il ne doit plus y en avoir que trois : celui des Archives départementales, les bâtiments que nous possédons au sein de la Cité administrative, et le futur Centre d'activités Foch."

C'est une évidence, le Département taille dans le gras. Est-ce à dire qu'il a trop longtemps vécu au-dessus de ses moyens ? "Non", tranche Christian Gillet. "Ça veut dire que l'Etat charge la mule de plus en plus, nous coupant les vivres en nous demandant de continuer à investir. Depuis 2 ou 3 ans, la situation s'est singulièrement aggravée."

Et le président du Conseil général de conclure : "Les départements ne peuvent pas en faire plus, mais je crois que le Premier ministre l'a compris, en parlant d'une clause de revoyure concernant les charges qui incombent aux collectivités. Pour ma part, je pense que l'Etat doit reprendre à son compte le paiement de l'allocation RSA".

En a-t-il seulement les moyens ?

*Jusqu'alors conseiller régional de la minorité, Christian Gillet a envoyé mardi sa lettre de démission au président de la Région, Jacques Auxiette. "J'avais déjà démissionné de la Commission permanente, mais ma charge de président du CG est à temps plein". C'est le président du Pays des Mauges et de la Communauté de communes de Champtoceaux, André Martin (divers droite), qui siégera à sa place.

Finances : le Département va devoir trouver de l'air
C'est un jardin extraordinaire...

Dans un contexte financier aussi délicat, le soutien renouvelé du Département, propriétaire des lieux, à Terra Botanica, pose question. Au mois d'octobre, comme Christian Gillet l'a annoncé récemment à Angers Mag - lire "Terra Botanica n'est pas un fiasco" (05/05/09) - le Conseil général abondera pourtant de 1,5 million d'euros pour soutenir le parc. "Les résultats ne sont pas à la hauteur de ce que l'on espérait, mais depuis que j'ai été mis au courant de la situation de Terra Botanica, à ma prise de fonction (il était tout de même avant 1er vice-président du Conseil général NDLR), nous avons travaillé et consulté pour trouver des solutions".

Quelles conclusions ? "Il a été reproché à Terra Botanica de ne pas choisir entre le ludique et le scientifique, mais tous les professionnels sollicités nous ont dit que c'était un jardin extraordinaire, et qu'il fallait qu'il reste ce qu'il est", note Christian Gillet, qui poursuit : "C'est plus un problème de communication, et de structure juridique". La Société d'économie mixte (SEM) devrait devenir un Groupement d'intérêt public, resserré autour d'un cercle restreint de partenaires, dans lequel la Ville et l'Agglo prendront toute leur part. Il ne fait guère de doute que le conseiller général Jean-Pierre Chavassieux, actuel P-Dg de la SEM, n'en prendra pas les rênes. "Il cessera sans doute ses fonctions au profit d'un véritable patron", complète Christian Gillet.

Au-delà de ça, le président du Conseil général concède une "réflexion sur les tarifs familiaux, et ceux qui concernent les habitants du Maine-et-Loire", et livre une ambition : "Que chaque salarié soit un ambassadeur du parc". Il les rencontrait d'ailleurs mercredi après-midi. Quel avenir ? "Terra Botanica est une vitrine végétale, véritable marque de l'Anjou", insiste Christian Gillet. "Nous nous donnons trois ans pour redresser la barre". Trois ans, c'est peu ou prou le terme des obligations de la collectivité eu égard aux fonds européens (FEDER, à hauteur de 20 M€) qui ont été engagés dans le projet. Et au-delà ? "Il ne faut rien s'interdire, mais notre problématique n'est pas de vendre Terra Botanica", argue un Christian Gillet un brin sibyllin.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

9.Posté par Martin D., Angers le 21/09/2014 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce matin dans OF du 21 septembre, nous découvrons que la situation du conseil général de Maine-et-Loire est dégradée. Le seul de tout l'ouest avec un endettement de 8,3 ans, le second est à 5,6 (Manche, situation moyenne), les plus faibles avec 1,7et 1,8 ans sont le Morbihan et la Mayenne (situation excellente). Finalement les chiffres semblent dire que la ville d'Angers était mieux gérer que le Conseil général. Un petit goût d'amertume, effectivement Pierre.

8.Posté par paf le 20/09/2014 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Signalons que la bourse départementale pour les étudiants est remise en question et pourrait passer à la trappe ! Bien sûr le conseil général fait ça après le départ de Béchu...

7.Posté par Pierre M., angers le 18/09/2014 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y en a un qui doit bien rigoler!
IL montrait en mars dernier la paille dans les finances de la ville d'Angers et personne ne voyait la poutre dans son propre budget au département. A quand un audit sur les finances du Conseil Général ? un Vrai?
Parce qu'en fait, si je comprends bien les journaux, la situation du département est bien pire que celle de la ville d'Angers. Non?
Au fait c'était qui le leader de l'opposition? Un certain Jean-Luc qui se révoltait sur la situation de la ville, mais é...

6.Posté par Tonton flingueur le 18/09/2014 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on commence à brader les bijoux de famille, c'est pas bon signe...

5.Posté par Tonton flingueur le 18/09/2014 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que chaque salarié soit un ambassadeur du parc]qt : il y a 30 salariés, merci Monsieur Gllet, ça c'est de l'ambition...

1 2














Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com