Foire d’Angers : Racine KEITA, le chef de village


Rédigé par - Angers, le 21/04/2012 - 17:37 / modifié le 21/04/2012 - 17:55


Secrétaire général de l’Assemblée permanente de la Chambre des Métiers de Bamako, Yamadou Racine KEITA est venu tout spécialement du Mali pour superviser l’installation de l’exposition « Mali, Terre du Peuple Dogon ». Les premiers visiteurs apprécient ce village grandeur nature, le contact avec le Mali est établi pour la plus grande satisfaction de Racine Keita.



Yamadou Racine KEITA, le chef du village Dogon de la Foire d'Angers 2012
Yamadou Racine KEITA, le chef du village Dogon de la Foire d'Angers 2012
la rédaction vous conseille
C’est la première fois que je viens à Angers. C’est une ville très agréable que je connais depuis longtemps grâce à la coopération qui s’est établie avec Bamako. Dans ma ville il y a une rue qui s’appelle la promenade des Angevins et quand j’étais plus jeune j’aimais bien m’y promener », explique avec calme et sérénité Yamadou Racine KEITA celui à qui l’on doit le village malien, thème phare de la ville d’Angers. « Angers aide beaucoup Bamako sur le plan de la santé, de l’éducation, de la culture. Je suis vraiment heureux de découvrir enfin cette ville dont j’entends parler depuis si longtemps ».

Secrétaire général de la chambre des métiers de Bamako, Racine KEITA qui n’a aucun lien avec le chanteur et musicien malien Salif KEITA, voyage dans le monde entier pour faire connaître son pays, sa culture et ses artisans. C’est au Mans, la ville voisine qu’il avait monté pour la première fois, en 2010, cette exposition animée par des artisans venus tout droit du territoire Dogon. La réalisation très fidèle de ce petit village avec ses maisons en pisé et toit de paille avait séduit Christian GROLL, le directeur d’Angers Expo Congrès. La ville d’Angers, jumelée avec Bamako depuis 1974, Thierry Gaillard, le décorateur, ont fait le reste.

« Les artisans qui travaillent dans ce village sont des Dogons authentiques. Ils viennent de Shanga et Endé, deux villages importants du pays Dogon », commente Racine KEITA. Grâce à lui, c’est un village en activité que les Angevins peuvent découvrir en visitant la foire, avec un tisserand et son métier à tisser, un vannier préparant des paniers pour la récolte, des femmes fabricant des poteries, un sculpteur sur bronze, un sculpteur sur bois réalisant de curieuses serrures de sécurité pour les habitations locales. Certains visiteurs s'installent à même le sol et discutent avec les artisans, quand ils parlent français, ce n'est pas le cas de tous. On s'y croirait presque.

Un bijoutier de Bamako attend les visiteurs dans une habitation un peu plus importante. Le dépaysement est assuré et les angevins auront ainsi l’impression d’être transporté en quelques minutes au cœur du Mali, un Dogon de 75 ans accueille même les visiteurs sous sa tente pour leur parler des traditions et de la culture de son pays.

« Le pays Dogon est très touristique et son artisanat authentique est très apprécié, car les Dogons ne fabriquent pas uniquement pour les touristes, mais aussi et surtout pour eux. Ils fabriquent les objets dont ils ont besoin au quotidien », précise Racine KEITA. « Il n’y a pas que le pays Dogon, la région du Mandé (au sud de Bamako), où je suis né, est également très intéressante ».

Mais ce village, même s’il respire la sérénité propre à ces peuplades africaines ayant su s’adapter aux conditions difficiles de leur pays, ne doit pas faire oublier la situation très compliquée du Mali. « Il n’y aucun risque dans le pays Dogon, lequel n’a jamais connu d’agression ni d’enlèvement. Mais compte tenu de la situation, c’est le pays tout entier qui est placé en zone rouge. C’est dur pour les Dogons qui vivent du tourisme ».

Yamadou Racine Keita et les artisans qui n’ont pas eu vraiment difficulté à obtenir leur visa, car ils ont su anticiper leur séjour, ce qui ne fut pas le cas de la délégation d’élus, restée sur place, se veut optimiste pour l’avenir de son pays. « Le Mandé est une calebasse remplie d’eau, qui peut tanguer, mais ne se renverse jamais, dit-on chez nous. Le Mali est ainsi, il est secoué, mais il retrouvera rapidement la stabilité qu’il connaissait avant », conclut le chef du village Dogon de la foire expo d’Angers.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Maguiraga Oulematou le 27/04/2012 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le Village Dogon c'est une bonne initiative car sa nous permettre de connaitre beaucoup de chose sur l'Artisanat et principalement en Pays Dogon.

j'aimrais que vous organise le village Dogon en chaque année.

Merci et bonne continuation.















Angers Mag