Frédéric Béatse : "Nous attendons du maire qu'il prenne ses responsabilités"


Rédigé par - Angers, le 01/07/2015 - 20:55 / modifié le 07/08/2015 - 08:31


Les mots de l'adjoint aux Ressources humaines, Benoît Pilet, avaient conduit les élus de l'opposition à quitter le conseil municipal séance tenante, lundi soir. Mercredi, la minorité est revenue sur cet épisode qui met fin "à une période de concorde municipale". Et Frédéric Béatse appelle le maire "prendre les décisions qui s'imposent suite à ce type de débordement".



Estelle Lemoine-Maulny (EELV), Antony Taillefait (PS) et Alain Pagano (PC), à l'heure de quitter les rangs du conseil municipal d'Angers, lundi soir.
Estelle Lemoine-Maulny (EELV), Antony Taillefait (PS) et Alain Pagano (PC), à l'heure de quitter les rangs du conseil municipal d'Angers, lundi soir.
la rédaction vous conseille
On ne les avait plus entendus depuis lundi soir, et leur sortie en rangs serrés, peu avant 20 h, du conseil municipal d'Angers. L'opposition municipale, conduite par un Frédéric Béatse détendu et assez offensif, est revenue mercredi, en début d'après-midi, sur l'expression qui a mis le feu aux poudres : celle de l'adjoint au Ressources humaines, Benoît Pilet (visible en intégralité sur la vidéo ci-dessous). Avant de dérouler le fil des interventions qu'il aurait dû porter durant un conseil riche en délibérations, le groupe Aimer Angers a réaffirmé son envie de positionnement du maire sur un sujet qui ne leur paraît absolument pas anecdotique pour la vie démocratique de la cité. Il l'a eu mercredi soir, et ça n'est pas vraiment ce que l'opposition attendait...

La réaction à froid

Frédéric Béatse : "Je veux redire notre surprise, notre indignation. Nous sortions d'une période de concorde municipale, avec notamment l'inauguration de la Cité de l'Objet connecté, avec l'affirmation de la filière électronique. Nous avions montré que nous étions solidaires sur les sujets essentiels, notamment ceux de l'emploi et du développement économique. Et c'était bien le sens d'une opposition constructive. Nous avons tous pesé pour la réussite du territoire, des Angevins, avant de penser à une réussite d'équipe politique.

Dans ce contexte-là, nous avons assisté à une attaque sans précédent, d'une ampleur jamais vue depuis que je siège dans le conseil municipal (1995 NDLR) qui a mis en cause nos valeurs, sur le champ de la solidarité, notre intégrité, notre honnêteté et celle des élus qui nous ont précédé... bref un déversoir de propos complètement surréalistes, sans lien, marqués par la rancœur, par l'agressivité, par le souci du dénigrement."

Une stratégie d'évitement ?

"Je ne veux pas rentrer dans le détail de ce qui a été dit, parce que c'est peut-être purement l'objectif : une stratégie d'évitement de la réalité des dossiers... Je n'ai pas de raison de mettre en doute la parole du maire : il m'a dit qu'il ne connaissait pas la teneur des propos de Monsieur Pilet. Simplement, il ne vous a pas échappé qu'à chaque fois que l'on a des débats sur Terra Botanica, sur les finances du Conseil général... , on instrumentalise des dossiers connus, qui ne sont pas des surprises, et qui sont bien loin d'être problématiques ou d'avoir le même niveau de préoccupations que ceux dont on traite."
"Je ne crois pas que l'attitude de Monsieur Pilet soit majoritaire dans la majorité municipale. Nous ne faisons pas de procès d'intention : je pense que c'est un cas isolé, qui nuit à la fois à la Ville d'Angers, mais aussi à la majorité municipale" - Frédéric Béatse

Quelles suites attendez-vous ?

"Monsieur Pilet a vu sa révolution -personnelle et politique- arriver à Angers, et se prend pour le Fouquier-Tinville de la majorité municipale... Maintenant, nous attendons que le maire, chef de la majorité municipale, prenne les décisions qui s'imposent suite à ce type de débordement et de propos. Je ne crois pas que l'attitude de Monsieur Pilet soit majoritaire dans la majorité municipale. Nous ne faisons pas de procès d'intention : je pense que c'est un cas isolé, qui nuit à la fois à la Ville d'Angers, mais aussi à la majorité municipale.

Maintenant, il faut aussi que la majorité comprenne que nous ne nous tairons pas. Nous continuerons à dire que c'est bien quand c'est bien -comme nous le faisons sur 90 % des délibérations- mais lorsque nous ne sommes pas d'accord, que nous avons une vision différente des choses, nous le ferons valoir. Nous pensons, parce que nous sommes optimistes, que c'est un accident, mais pour que cela soit confirmé, nous attendons les mesures de réparation qui nous donnent la possibilité de retourner siéger avec dignité et honneur."

Une suite judiciaire à ces propos ?

Frédéric Béatse : "Personne n'est cité nommément. Dans ce domaine, la question n'est pas juridique, mais politique et morale : nous sommes à un tournant des débats au sein du conseil municipal avec cette séance de lundi soir. Les Angevins jugeront de ces comportements. Le maire a tout un panel de choix, du retrait de la délégation à la demande de démission en passant par la sanction, mais c'est à lui d'en décider.  Nous saurons nous adapter aux contraintes et au sens que la majorité donne au débat, c'est elle qui donne le "la" !

La majorité en question

Gilles Mahé : "Le maire est responsable de la police au sein du conseil municipal, donc de la tenue des débats. Il faut condamner autant la forme que le fond de l'intervention de Benoît Pilet. Sur la forme, elle n'avait pas comme objet direct, comme fondement une réaction par rapport à une position. On est d'entrée dans une expression libre, défouloir, une monoanalyse qui pose quand même question : est-ce que cet type d'expression a sa place au sein d'un conseil municipal. Tout ça questionne aussi pour la majorité ce qu'est une opposition : il y a 10 % des dossiers sur lesquels on apporte une contradiction ou un point de vue différent. N'est pas cela notre rôle ? Est-ce que le conseil municipal doit être une chambre d'enregistrement des décisions de la majorité ? On attend donc du maire qu'il prenne ses responsabilités."

L'intervention intégrale de Benoît Pilet se situe aux alentours d'1 h 17.

La réaction de Christophe Béchu, la voici...
"C'est ridicule. Honnêtement, on est sur une posture. Quand à tête reposée, chacun a relu les propos, d'abord il n'y a absolument pas matière à une quelconque action juridique et judiciaire. Et si certains des points du discours de Benoît Pilet nécessitent des précisions, il y aura des précisions derrière. Quand depuis un an et demi, on utilise certains porte-flingues de l'opposition avec une violence à mon endroit ou à celle d'une partie de la majorité, qu'on est dans les postures et les caricatures, il y a un moment où il y a une réponse excédée de la part d'un adjoint vis-à-vis de l'opposition. Ça ne justifie pas tout ce cinéma.

Il y a des problèmes graves, il y a des sujets importants, ce n'est pas un beau spectacle politique. Je regrette une partie des propos qui ont été tenus. Derrière, quitter la séance, dire que ce n'est jamais arrivé depuis 1995, ça n'a pas de sens. Relisez les derniers conseils municipaux, les propos qui ont été tenus par le passé quand certains membres de l'opposition ont été traités de "mufles" ou qu'ils faisaient "la honte de ce conseil". 

Les conseils municipaux sont accessibles : que les Angevins se fassent une idée en allant regarder ces vidéos ou relire les propos. On a d'ailleurs découvert qu'il y avait un seul conseil municipal qui n'était pas consultable par les Angevins en ligne : celui de janvier 2012 où des propos pourtant particulièrement forts avaient été tenus. C'est le seul qui manque sur ces dix dernières années ! 

Il faut tourner cette page, que chacun balaye devant sa porte et je pense que les vacances feront le plus grand bien à tout le monde."




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06



cookieassistant.com