Gay Pride 2011 : homosexuels et fiers de l’être


Rédigé par - Angers, le 19/06/2011 - 08:18 / modifié le 20/06/2011 - 07:14


La 12ème Gay Pride qui se déroulait hier après-midi 18 juin, dans les rues d’Angers a connu, une fois de plus, un énorme succès. A mois d’un an de l’élection présidentielle la communauté homosexuelle d’Angers et tous ceux qui la soutienne dans ses revendications ont rappelé qu’ils entendaient peser de tout leur poids dans la balance. Le message est on ne peut plus clair.



Le tramway d'Angers, aux couleurs proches du drapeau gay, pendant le rassemblement du Ralliement
Le tramway d'Angers, aux couleurs proches du drapeau gay, pendant le rassemblement du Ralliement
la rédaction vous conseille
Une fois de plus, la Gay Pride qui défilait dans les rues d’Angers, n’est pas passée inaperçue. Colorée, musicale, conviviale et gaie, comme à l’accoutumée, la grande parade forte de plus de 2500 personnes, partie de la place Dumenil, à coté de l’espace culturel le Quai, a investi les rues du centre ville pour se rendre vers la place du Ralliement, désormais devenu le lieu rassemblement de tous les angevins. En dehors d’être une véritable fête pour la communauté homosexuelle, la Gay Pride c’est, et pour la 12ème année consécutive, l’occasion de se montrer et revendiquer le fait que les gays, lesbiennes, trans et bisexuels, sont des citoyens à part entière et qu’à ce titre ils doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits.

Le Maire d’Angers, Jean Claude ANTONINI a tenu à apporter son soutien à la communauté homosexuelle d’Angers, en l’accompagnant dans sa marche des Fiertés, pendant la première partie du parcours. « C’est la première fois », déclarait Stéphane CORBIN, le Président de l’association QUAZAR, animateur de ce grand rassemblement, qui voit là un soutien politique fort.

Avec pour thème : « pour l’égalité, en 2011, je marche, en 2012, je vote », les participants ont voulu démontrer qu’ils étaient aussi des électeurs lesquels voteront pour un Président de la République, mais aussi pour des députés qui auront une oreille attentive à leurs légitimes revendications. Et en ce moment ce n’est pas vraiment le cas, tous les participants ayant en mémoire le dérapage récent de la députée UMP du Tarn en Garonne, Brigitte Barèges laquelle mettait dans le même sac, homosexualité et perversion sexuelle.

« Si nous sommes encore dans la rue aujourd’hui, c’est pour revendiquer l’égalité, car nous considérons qu’homos et hétéros sont tous égaux », s’exclamait Stéphane CORBIN, sur les marches du théâtre d’Angers. « Et pourtant dans une même famille il y a des citoyens de seconde zone parce qu’ils n’ont pas les même droits. Les familles homos demandent à être protégées lorsqu’elles ont des enfants, c’est une simple revendication qui demande une volonté politique ».

Sous les huées de la foule à l’attention d’élus, plutôt de droite, considérés comme homophobes, Stéphane CORBIN a listé les revendications de la communauté qu’il défend et notamment le mariage civil pour les personnes du même sexe. « Certains député UMP commencent à reconnaître nos difficultés (dont la ministre angevine Roselyne BACHELOT-NARQUIN), je gage que nous y arriverons dans les années à venir, mais demain il sera trop tard », poursuivait le président de QUAZAR, exhortant ses amis à voter pour ceux qui prendront en compte leurs revendications. « Puisque nous sommes des citoyens responsables nous prenons notre destin en main, dans la droite ligne de 2012 ».

Propos soutenus par les élus municipaux présents aux coté de Stéphane CORBIN : Silvia CAMARA-TOMBINI, Frédéric BEATSE, Bruno BARON et plusieurs autres membres du PS et d’Europe Ecologie les Verts, mais aussi des partis politiques de Gauche et des syndicats, comme la CDFT qui luttent contre l’homophobie au travail.

« J’espère que ce sera la dernière Gay Pride et qu’un jour nous n’aurons plus à nous réunir ainsi pour défendre vos droits », a déclaré Silvia CAMARA-TOMBINI, laquelle représentait le maire d’Angers, lors de cette prise de parole. « C’est l’appel du 18 juin pour les homosexuels », ajoutait avec humour l’élu vert Bruno BARON.

Le cortège a ensuite repris sa marche vers la rue Lenepveu pour rejoindre la Place Dumenil avant la folle nuit qui avait lieu au CHABADA, le temple des musiques actuelles d’Angers.






Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com