Gaza : les associations angevines réclament « l’arrêt du massacre »


Rédigé par - Angers, le 28/07/2014 - 07:37 / modifié le 28/07/2014 - 18:46


Répondant à l’appel d’une vingtaine d’associations pacifistes et pro palestiniennes, environ 500 personnes ont apporté samedi, à Angers, leur soutien aux Palestiniens de l’enclave de Gaza, fustigeant le gouvernement d’Israël et tous les politiques -notamment français- qui le soutiennent.



Manifestation de soutien au peuple palestinien : le public écoutant les discours des représentants des associations locales et des représentations nationales
Manifestation de soutien au peuple palestinien : le public écoutant les discours des représentants des associations locales et des représentations nationales
la rédaction vous conseille
Honte au gouvernement français », lançaient des manifestants lors des prises de parole des représentants de différentes associations lors de la manifestation organisée samedi après-midi, pour la seconde fois en quinze jours, sur la place du Ralliement à Angers.

Dénonçant les « exactions orchestrées » par le gouvernement nationaliste de Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien et de Tsahal, l’armée de défense israélienne, les participants ont apporté, par des pancartes, des slogans ou des discours, leur soutien sans faille au peuple palestinien.

« Assez de massacres, de violence et de haine. Nous ne pouvons pas rester insensibles à cette guerre dont les populations civiles sont les victimes. Ce n’est pas une guerre de religion, mais bien la volonté de l’armée israélienne d’anéantir le peuple palestinien », déclaraient unanimement les associations qui participaient à ce rassemblement, « tout de même important pour une période de vacances », soulignait Marinette Prouteau, présidente du comité angevin du Mouvement de la Paix.

« Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à prendre des initiatives à la hauteur du drame qui se noue à Gaza et demandons un retour au dialogue comme le réclament les pacifistes israéliens », déclaraient les représentants de l’association France Palestine. « En attendant, nous exigeons la suspension des accords entre l’UE et Israël qui confèrent à cet État des avantages économiques et un retrait des entreprises françaises qui travaillent actuellement sur les territoires occupés ».

"Manuel Valls attise le feu qui couve dans les banlieues"

De nombreuses personnalités, responsables d’associations, mais aussi élus locaux de gauche et artistes participaient à ce rassemblement pacifique, mais engagé, à l’exemple de Denis Péan de Lo’jo ou du chanteur angevin Titi Robin. Ce dernier, qui a joué quelques morceaux de musique devant les manifestants, a participé plusieurs fois à des concerts de soutien, sur place, à Gaza.

titi_robin_s__exprime_sur_la_situation_a_gaza.mp3 Titi Robin s'exprime sur la situation à Gaza.mp3  (1.3 Mo)



Parmi les nombreux intervenants qui se sont succédés à la tribune installée sur les marches du Grand Théâtre d’Angers, on retiendra le discours très enflammé du docteur Abdel-Rahmène Azzouzi, conseiller municipal de la minorité à Angers et membre de l’association Falsafa. Ce dernier s’en est pris au CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France), considérant que ce dernier « fait de l’ingérence dans la gestion de l’État ». Mais aussi à Manuel Valls, le Premier ministre, lequel, en interdisant les manifestations de soutien au peuple palestinien, « attise le feu qui couve dans les banlieues ».

S’adressant à ses concitoyens juifs, « l’État d’Israël et le CRIF vous enferment et vous entrainent loin des valeurs et de l’histoire de votre peuple », poursuivait le Dr Azzouzi.

« Votre mutisme vous déshonore et la Shoah n’est pas et ne sera jamais un blanc-seing à d’autres crimes contre l’humanité. Et si dénoncer la mort d’enfants innocents par les missiles de Tsahal c’est être antisémite, alors je vous le dis, je suis antisémite et fier de l’être ». Ces termes ont été considérés comme violents par plusieurs représentants d’associations.

« Ce que vous dites ne sert pas notre cause », a adressé sèchement un militant au Dr Azzouzi. Ce discours provocateur, l’élu ne le renie pas, considérant désormais qu’il ne faut plus se voiler la face et « qu’il est temps d’arrêter de jouer avec le mot antisémite avant qu’il ne perde son sens réel ».

abdel_rahmene_azzouzi_revient_sur_son_discours.mp3 Abdel-Rahmene Azzouzi revient sur son discours.mp3  (1.88 Mo)






Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01



cookieassistant.com