Ginette Leroux, "une belle synthèse de la République laïque"


Rédigé par - Angers, le 29/10/2016 - 07:50 / modifié le 02/11/2016 - 07:52


Trente ans après son entrée à l'Assemblée Nationale, Ginette Leroux (1942-1987), la première femme députée de Maine-et-Loire est au centre d'un ouvrage, publié aux Editions du Petit Pavé : "C'était Ginette". Un livre-hommage à la parlementaire angevine, militante et élue socialiste à Trélazé, catholique convaincue, décédée prématurément 18 mois seulement après son élection. Jean Goblet, co-auteur* du livre, répond à nos questions.



Ginette Leroux à son bureau parlementaire (photo extraite du livre "C'était Ginette" (ed du Petit Pavé).
Ginette Leroux à son bureau parlementaire (photo extraite du livre "C'était Ginette" (ed du Petit Pavé).
la rédaction vous conseille
En quoi Ginette Leroux a marqué la vie politique angevine ?

"Parce que c'était une femme politique, pas une politicienne. Déjà, à l'époque, les parlementaires et les hommes politiques faisaient de la politique une profession. Ce n'était pas le cas de Ginette Leroux, qui était une femme de terrain et a essayé -et réussi en partie- à construire à partir de faits locaux des réflexions politiques générales pour améliorer la société. C'est ce que souligne dans une des préfaces du livre, Pierre Joxe, l'ancien ministre de l'Intérieur, en regrettant la professionnalisation des hommes politiques."

En politique, son autre singularité est d'être, pour l'époque, une femme dans un monde qui leur laisse bien peu de place...

"Bien sûr. C'est la première femme députée de Maine-et-Loire de tous les temps. Et il n'y en a eu qu'une autre depuis (il s'agit de Roselyne Bachelot. Précisons que deux des quatre sénateurs de Maine-et-Loire sont aujourd'hui des femmes : Catherine Deroche et Corine Bouchoux, NDLR). Au lendemain des élections législatives de 1986, il n'y a que 34 femmes à l'Assemblée nationale, ce qui est déjà une progression. En 1968, sous le Général De Gaulle, il n'y en avait que 7 ou 8. A l'époque en Anjou, il y a très peu de femmes-maires et une femme qui devient première secrétaire du Parti socialiste, c'était déjà un pas en avant extraordinaire."

On lui a posé des embûches parce qu'elle était une femme ?

"On lui a posé des embûches d'abord au sein de la municipalité de Trélazé. Je ne vous répéterai pas les injures et les accusations formulées contre elle mais comment ne pas rappeler surtout que Jean Foyer, l'ancien Garde des Sceaux du Général de Gaulle et autre figure politique de l'Anjou (il fut maire de Contigné pendant plus de 40 ans et député de Maine-et-Loire pendant 30 ans, NDLR) l'avait traitée de "pétroleuse". Catherine Trautmann le précise dans l'autre préface du livre."

Que signifiait ce mot ?

"Lors de la Commune de Paris (1871), c'est le nom que Thiers et le pouvoir exécutif ont donné aux femmes qu'ils accusaient de mettre le feu à différents immeubles de la ville. Un certain nombre d'entre elles ont été déportées. Jean Foyer, qui était un érudit extraordinaire, ne pouvait pas ignorer la signification de ce mot."
 
Son rapport sur la protection sociale : "Une prémonition"

Avant que de devenir députée, Ginette Leroux est élue socialiste au conseil municipal de Trélazé, un fief historique du communisme. Atypique aussi ?

"Oui. Mais Jean Bertholet, l'ancien maire de Trélazé, était un homme très ouvert sur ce plan là. Ca n'a pas toujours facile avec lui mais ça ne l'a pas été non plus toujours avec les socialistes de Maine-et-Loire."

A l'époque, vous étiez directeur de la rédaction de La Nouvelle République à Angers. Quels souvenirs gardez-vous d'elle en tant que personne ? 

"Quelqu'un de souriant, très ouvert et toujours jovial. Une personnalité très simple, accordant sa confiance facilement aux journalistes. Je retiens aussi son influence politique réelle. On a eu tendance à la considérer un peu comme la Mère Théresa de Trélazé -une comparaison qu'elle aurait bien évidement rejetée- mais on oublie, en raison de son parcours parlementaire très bref, son implication dans des dossiers nationaux. Avant même que d'être élue députée, elle a travaillé sur la construction de ce qui deviendra le Revenu Minimum d'Insertion. Son rapport sur la Sécurité sociale a fait date lui aussi. Elle y a avait souligné qu'il fallait faire payer les robots, dont le développement pesait sur l'emploi et donc le financement de la protection sociale. C'est une vraie prémonition quand on sait que la robotisation est appelée à supprimer un nombre très important d'emplois dans les années à venir."

6 novembre 1987. Cinq semaines avant sa disparition, Ginette Leroux avait accueilli Michel Rocard, alors pré-candidat à la présidentielle (et futur Premier ministre de François Mitterrand). Deux adjoints au maire d'Angers, Jean Monnier les entourent sur la photo : Jean Rousseau (à gauche) et Robert Robin (à droite) - Photo extraite du livre "C'était Ginette" (ed du Petit Pavé).
6 novembre 1987. Cinq semaines avant sa disparition, Ginette Leroux avait accueilli Michel Rocard, alors pré-candidat à la présidentielle (et futur Premier ministre de François Mitterrand). Deux adjoints au maire d'Angers, Jean Monnier les entourent sur la photo : Jean Rousseau (à gauche) et Robert Robin (à droite) - Photo extraite du livre "C'était Ginette" (ed du Petit Pavé).
Son décès prématuré a-t-il brisé un destin national ?

"Je constate que Catherine Trautmann et Georgina Dufoix, qui ont été élues en même temps qu'elles et sont devenues des amies -elles avaient constitué une petite association des élues socialistes-, sont devenues ministres. Pour moi, il est vraisemblable que s'il elle avait survécu à son cancer, elle aurait eu un destin national. Tous ceux qui l'ont connue de près en sont convaincus."

Quel rôle a joué la foi dans son engagement politique ?

"C'est une militante socialiste attachée à l'union de la Gauche, c'est une militante de l'égalité des droits hommes-femmes mais c'est aussi une militante catholique convaincue. Issue d'un milieu commerçant où on ne parlait pas trop de religion, elle s'est convertie au catholicisme sous l'influence des aumôniers de son lycée. C'est l'époque où l'on relaye les théories du philosophe Emmanuel Mounier selon lequel la construction d'un monde meilleur passe par des structures humaines qui concrétisent sur terre la volonté de Dieu. C'est l'esprit des prêtres-ouvriers. Ginette Leroux est le symbole d'une époque où les militants de l'action catholique issus de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) ont franchi le pas les menant de l'engagement social à l'engagement politique. En somme, sa personne est une belle synthèse de la République laïque."

* L'autre co-auteur du livre, notre confrère Patrick Amara, est décédé ce mois-ci

"C'était Ginette" (ed du Petit Pavé, 16€) - www.petitpave.fr
Jean Goblet signera l'ouvrage le sam 5 novembre au Centre culturel Leclerc d'Angers, le dim 13  novembre aux Journées du Livre de la Ménitré (14h-18h), le 19 nov à la Librairie Contact (15-18h).




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info

















Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com