"Grâce à la recherche, on guérit aujourd'hui 60% des cancers"

#TRIBUNE DU LUNDI


Rédigé par Francis LARRA, président du Comité 49 de la Ligue contre le Cancer - Angers, le 28/11/2016 - 17:45 / modifié le 30/11/2016 - 08:23


Contribuer au débat public sur le territoire angevin et, à notre niveau, participer à l'indispensable vie des idées, c'est l'objet de [La Tribune du Lundi]. La parole aujourd'hui au professeur Francis Larra (1), qui quitte officiellement cette semaine ses fonctions de président du Comité départemental de la Ligue contre la cancer. Une responsabilité qu'il aura assumée pendant 40 ans, soutenant en particulier le travail incessant de recherche mené pour améliorer les traitements des différentes formes de cancer. C'est l'axe qu'il a choisi de développer pour cette tribune à Angers Mag.



Francis Larra à son bureau du Comité départemental de la Ligue contre le cancer qu'il quitte semaine après 40 années de présidence.
Francis Larra à son bureau du Comité départemental de la Ligue contre le cancer qu'il quitte semaine après 40 années de présidence.
la rédaction vous conseille
"La Ligue contre le Cancer est une organisation indépendante politiquement et financièrement. Elle a des missions qui couvrent l'ensemble des domaines de la lutte contre le cancer, à savoir l'information et la prévention, l'aide aux malades et l'aide à la recherche. Elle repose sur un maillage territorial de 103 comités départementaux - chaque département ayant son comité - qui se fondent dans l'histoire de la Ligue. J'ai été président national de la Ligue (de 2007 à 2010, Ndlr) et je vais après 40 ans de présidence départementale mettre un terme à mon mandat. 

Au niveau national comme au niveau local, le soutien à la recherche est depuis longtemps le premier poste financier de la Ligue. Et celle-ci est le premier soutien privé à la recherche contre le cancer avec près de 37,5 millions d'euros injectés chaque année à l'échelle nationale. C'est à cette échelle qu'est étudiée par exemple la carte d'identité des tumeurs qui permet d'analyser le génome, à cette échelle aussi que travaillent des équipes labellisées, la recherche clinique ou sociale... Le soutien de la Ligue est supervisé par un conseil scientifique national. A son niveau, le Comité départemental de la Ligue contre le cancer de Maine-et-Loire a subventionné sur les dix dernières années 89 projets nationaux pour la somme de 3 millions d'euros. 

Mais ce comité mène aussi une action de soutien à la recherche au niveau interrégional et donc départemental. Pourquoi interrégional ? Car à l'époque de la création du Cancéropôle du Grand Ouest, j'ai voulu réunir les 19 comités des régions Pays-de-la-Loire, Bretagne, Centre et Poitou-Charentes qui y étaient associés par soucis de cohérence, pour qu'il n'y ait pas des équipes de recherche qui reçoivent plus et des équipes qui méritent, qui reçoivent moins. Là aussi, nous disposons d'un conseil scientifique. Et ce conseil, j'ai souhaité qu'il soit d'une objectivité parfaite avec des membres choisis à l'extérieur des quatre régions pour examiner les dossiers. Le Comité départemental de la Ligue a ainsi financé au cours des dix dernières années 91 projets de recherche interrégionaux pour près 1,8 million d'euros, et 21 équipements à vocation de recherche pour une somme à peu près équivalente. L'essentiel de ces aides a couvert des besoins départementaux.
"Quand j'étais étudiant, la maladie de Hodgkin, c'était 5 à 10% de guérisons"
Le cancer est une maladie extrêmement complexe dans ses mécanismes et son évolution. A quoi ont servi les séquenceurs que nous avons financé au Centre Paul Papin et au CHU ? Ils servent à analyser le génome de la tumeur et ses mutations qui sont à l'origine de cancers. De temps en temps, il y a des médicaments qui agissent spécifiquement sur ces mutations et permettent d'être plus efficaces, en épargnant des troubles secondaires. Mais on s'aperçoit finalement que le cancer trouve des parades et oblige à changer de traitement deux ou trois ans plus tard. Tout ça alimente notre recherche. Et finalement, on se rend compte que traiter le cancer, c'est traiter l'ensemble du corps humain. C'est une tache difficile mais qui ne doit pas nous faire oublier les progrès. 

Quand j'étais étudiant, la maladie de Hodgkin (souvent appelée le cancer des ganglions), c'était 5 à 10% de guérisons. Les leucémies, c'était 0%. Les maladies infantiles, 5 à 10%. Aujourd'hui, on guérit dans 75% des cas de la maladie de Hodgkin, dans plus de 75% des leucémies et dans plus de 80% des cas, des cancers infantiles. Il y a eu des progrès spectaculaires grâce à la biologie, grâce à la clinique parce qu'on fait des essais thérapeutiques. Parfois, ces essais ont des connotations péjoratives mais ces essais permettent de gagner en efficacité. Ces résultats cliniques ne se voient pas toujours, mais au bout d'un certain nombres d'années, leur amélioration est impressionnante. Grâce à la recherche, on guérit aujourd'hui 60% des cancers. Et ceux que l'on ne guérit pas, on les prolonge avec de meilleures qualités de vie. C''est ce pourquoi, je reste aussi très attaché au travail sur la réinsertion sociale des malades dans la société. Nous avons créé récemment un atelier de retour à l'emploi, une démarche qui n'existait pas autrefois. Nous avons soutenu des défilés de mode avec des malades ou, comme récemment au Salons Curnonsky dans le cadre d'Octobre Rose, des séances de photos : c'était magnifique, j'ai connu une époque où on ne disait pas à un malade qu'il avait un cancer ! Je ne sais si on peut se rendre compte le courage qu'ont ces malades. 

Pourquoi faire un don à la Ligue contre le cancer ? Au delà des arguments que je viens de décliner, il faut rappeler aux donateurs qu'à partir de notre rapport d'activité, ils peuvent savoir précisément ce que l'on fait de leur argent. Mais nous avons aussi un contrôle de la Cour des comptes et d'un comité d'audit. On dit ce que l'on fait, peut-être pas assez d'ailleurs, et on s'assure du contrôle de ce que l'on fait."

515 499 euros attribués aux actions de recherche en 2015
Projets de recherche départementaux : 120 000€
Projets de recherche Inter Régionaux : 45 000€
Programmes nationaux de recherche : 344 065€
Frais divers et frais de personnels affectés : 6 434€












Angers Mag















Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03